Son champ de bataille à lui, ce sont l’anesthésie, la réanimation et les soins intensifs. Et s’il a décidé de participer au débat organisé sur la recherche dans le domaine de la santé (*) mardi prochain au Cercle du Lac, c’est d’abord pour apporter un témoignage. "J’ai 34 ans. Je suis depuis le début de la crise sur le front. Je ne me plains pas mais il y a des moments où la fatigue était extrême. Surtout, je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de m’exprimer, d’apporter mon témoignage." 

"Des questions, j'en ai à la pelle...."

Un témoignage puissant mais posé. "On a frôlé à plusieurs reprises la catastrophe. On avait le couteau sous la gorge sur le plan matériel, surtout sur le plan de l’approvisionnement en matériel et en médicaments. Je sais que cela a été dit, déjà, mais cela doit être répété parce qu’il faut tirer les leçons d’une crise qui a été très mal gérée, et pas seulement en mars. Bien avant, des décisions de destruction de stocks, de réduction des coûts ont amené l’hôpital privé pour lequel je travaille, et bien d’autres, au bord de l’implosion. Je l’ai vécu de tout près et je peux vous dire que cela fait réfléchir. Comment peut-on sédater des gens pendant des jours et des jours sans à un moment avoir de quoi les soulager dans leurs souffrances ? Comment se fait-il qu’on n’ait pas eu plus vite des masques ? Des questions, j’en ai la pelle... ", lance Laurent Jadot. Qui estime n'avoir "jamais été rassuré" durant la crise. "Je vous assure qu'on était seuls, qu'on a dû faire face avec les moyens du bord alors qu'une vraie aide coordonnée aurait été salutaire"

Se doter d'outils de production

Le jeune médecin de cet hôpital de Liège garde un œil sur l’avenir, parce que pour lui, il est évident que la crise sanitaire n’est pas derrière nous et qu’une autre pandémie frappera forcément à nos portes. "C’est l’autre raison pour laquelle j’ai décidé de participer à ce débat. M’exprimer devant un parterre d’entrepreneurs et de personnes peu ou prou liées à la recherche. On a besoin de synergies, on a besoin de financements, on a besoin de coopération. Vous savez, poursuit-il, le secteur médical et de la recherche n’est pas mal loti en Belgique, mais il reste beaucoup à faire. On doit réinvestir dans l’avenir. On doit selon moi se doter à nouveau de capacités de production de matériel pour ne plus faire face aux pénuries qu’on a vécues. Juste avant que la crise n’éclate en mars, je me rappelle avoir lu que le groupe Janssen, notre fleuron, venait de délocaliser en Inde sa dernière unité de production. On n’a pas plus de chaînes de production ni de matières premières; c'est un souci majeur que le prochain gouvernement ne pourra pas ignorer", conclut le jeune médecin.

(*) : L’UWE, le Cercle du Lac, l’UCLouvain et l’UNamur proposent un cycle de 7 débats sur l’impact de la crise Covid sous différents angles et avec des experts reconnus. Le premier d’entre eux aura lieu le 22 septembre prochain et aura pour thème "L’angle Santé et Recherche : besoin de synergies !" Seront présent Dr Jean-Luc GALA (Chef de Clinique Saint-Luc, Professeur UCLouvain), Dr Laurent JADOT (CHC – MontLégia), Gauthier SAELENS (DG Grand Hôpital de Charleroi) et Hugues BULTOT, CEO & Co-Founder, Univercells.