Burkina Faso
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Oubritenga : L’Association Yiikri outille des filles et femmes déplacées internes de trois communes

Autonomisation économique et bien-être des personnes déplacées internes dans la province de l’Oubritenga, l’Association Yiikri dote les femmes et filles déplacées de 03 communes en kits d’installation dans le cadre du « Projet de soutiens aux initiatives des femmes et des jeunes filles déplacées internes de la province de l’Oubritenga ».

La suite après cette publicité

Le mardi 09 août 2022 s’est tenue dans la cour de la maison de la femme de Ziniaré, la cérémonie de remise des kits d’installation à 200 femmes et jeunes filles déplacées internes de la province de l’Oubritenga ». La cérémonie fut présidée par le Haut-commissaire. 

Depuis 2019, consécutivement à la crise sécuritaire qui secoue le Pays des intègres, la province de l’Oubritenga reçoit des flux très considérables de personnes déplacées internes (PDI). Parvenues dans la province sans un minimum vital, ces dernières font malheureusement face à une crise humanitaire sans précédent. Si les loger et nourrir constituent essentiellement leurs besoins primaires, leur réinsertion socio-économique en vue de leur permettre de s’auto-suffire se révèle en casse-tête chinois.

C’est en vue de permettre à ces personnes vulnérables de créer leurs unités économiques et de pouvoir survenir à leur besoin que l’Association Yiikri grâce au soutien de l’ambassade France à travers le fonds PISSCA a mis en place ledit projet. 

C’est avec satisfaction que nous assistons à la remise de cet important lot de matériels

Président la cérémonie de remise, Monsieur Sahabani ZEBA, Haut-Commissaire de la province de l’Oubritenga, a salué et félicité l’Association Yiikri qui joint l’acte à la parole. Tout en remerciant l’ambassade de France, il s’est dit satisfait en assistant à la remise du lot de matériels. Il a par ailleurs invité les bénéficiaires à en faire un bon usage.

Sahabani ZEBA, Haut commissaire de la province de l’Oubritenga

Nous n’allons pas nous contenter de nous tenir debout. Nous allons marcher.

Pauline BONKOUNGOU, la représentante des bénéficiaires, a magnifié les membres de la structure donatrice qui ne se sont pas contenté de leur donner du poisson à manger, mais plutôt leur a appris comment pêcher.

Elle a promis qu’à l’image du nom de l’Association qui est Yiikri, qui signifie en français « se tenir debout », elles vont n’ont seulement se tenir debout, mais elles vont surtout marcher et faire en sorte que l’objectif visé par le projet qui est leur épanouissement socio-économique soit une réalité.

La représentante des bénéficiaires

Au regard de ce que nous constatons comme engouement, nous  nous disons que nous ne nous sommes pas trompés en retenant le projet de Yiikri

Irène KABORE, Chargée de la mise en œuvre du Projet PISCCA à l’Ambassade de France, s’est montrée très satisfaite au regard de l’engagement et de l’avancée du projet conduit par leur partenaire de mise en œuvre.

Mme Irène KABORE, représentant l’ambassade de France

Au regard de ce que nous constatons, dit-elle, comme engouement, nous  nous disons que nous ne nous sommes pas trompés en retenant le projet de Yiikri sur plus de 340 projets. Elle a exhorté les bénéficiaires à utiliser le matériel dont elles sont propriétaires désormais dans le cadre du projet, afin qu’il puisse leur être bénéfique. 

La présidente de l’association, Bibata SINARE s’est réjouie de la réussite et de la conduite de ce projet. Tout en remerciant tous les acteurs présents, elle a promis de continuer à assister les personnes déplacées internes en vue de faciliter leur insertion sur les sites d’accueil.

Bibata SINARE, Présidente de l’Association Yiikri

Mis en œuvre dans 03 communes de la province de l’Oubritenga que sont Ziniaré, Nagréongo et Loumbila. Le projet a formé 200 femmes et jeunes filles déplacées internes, dans divers métiers tels que la transformation des produits forestiers non ligneux, la saponification, l’élevage, l’éducation financière et la gestion des coopératives, avant la dotation en kits d’installation. 

D’un montant de plus 48 millions, le projet est financé par le Fonds PISCCA à plus de 40 millions avec une contribution de l’Association Yiikri de plus de 08 millions.

Bambingnélé P. OUEDRAOGO

PLURI’COM BURKINA

Pour Burkina 24 

Écouter l’article

publicite

publicite