Burkina Faso
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Relecture des textes règlementant le mouvement syndical au Burkina Faso : Bassolma Bazié et les syndicats autonomes accordent leur violon sur quatre textes

Le ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale, Bassolma Bazié et ses proches collaborateurs ont rencontré le lundi 8 août 2022 à Ouagadougou, les secrétaires généraux des syndicats autonomes. Objectif, passer en revue quatre textes règlementant le mouvement syndical au Burkina Faso.

La suite après cette publicité

Les échanges ont porté sur l’arrêté portant modalités d’organisation des élections professionnelles, le décret portant modalités de mise à disposition d’agents de la fonction publique de l’Etat auprès des organisations syndicales, l’arrêté portant modalités de traitement du prélèvement volontaire à la source des cotisations syndicales des travailleurs des secteurs public et parapublic et l’arrêté portant procédures de traitement et modalités de liquidation de la retenue pour faits de grève.

D’entrée de jeu, le ministre Bassolma Bazié a salué la disponibilité de ces différents partenaires sociaux à ces travaux. « Le renforcement de la démocratie et de l’Etat de droit ne doit pas se faire sur les lèvres. Le rôle d’un partenaire social, c’est de pouvoir indiquer là où ça ne va pas, là où on peut améliorer », a signifié le ministre.

Au cours des travaux, les secrétaires généraux des syndicats autonomes ont peaufiné les différents documents soumis à leur appréciation. A cet, les secrétaires généraux ont apporté des amendements aux différents textes. De ses quatre textes, les représentants des syndicats autonomes ne se sont pas accordés sur l’arrêté portant modalités d’organisation des élections professionnelles.

« Nous ne sommes pas d’accord avec ce texte parce qu’on risque de transformer l’administration en un champ politique. Nous avons émis des réserves pour pousser la réflexion », a indiqué Koudougou Robert Kaboré du SYNAFEB.

« Nous ne renforçons pas ces textes pour des individus. Nous les renforçons pour la nation »

Mais qu’à cela ne tienne, les secrétaires généraux ont salué la tenue de cette rencontre qu’ils jugent capitale dans le renforcement de la liberté syndicale au Burkina Faso. Ils ont invité le ministre et ses services techniques à prendre en compte leurs observations et amendements.

Et le ministre Bazié de les rassurer en ces termes : « Nous ne renforçons pas ces textes pour des individus. Nous les renforçons pour la nation ».

Source : DCRP/MFPTPS

Écouter l’article

publicite

publicite