Burundi
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Journée internationale de la langue maternelle: Des intellectuels plaident pour la promotion et la protection du Kirundi

A l’occasion de la journée internationale de la langue maternelle célébrée à l’Université du Burundi, ce 19 avril, les participants ont formulé des recommandations en vue de promouvoir le kirundi. Le ministère de l’Education encourage les chercheurs à produire des œuvres scientifiques en langue maternelle.

Gertrude Kazoviyo, professeure à l’Université du Burundi dans la faculté des lettres et sciences humaines, assure que les Burundais s’efforcent de plus en plus d’aimer leur langue maternelle. « Le kirundi gagne plus de place dans différents secteurs de la vie nationale. Elle est enseignée de l’école fondamentale à l’université, et fait l’objet des recherches scientifiques. De surcroît, on a des publications scientifiques en kirundi.»

Elle se réjouit que de nouveaux mots émergent dans différents secteurs, suite aux efforts de créativité de certains Burundais : « C’est une grande satisfaction pour ceux qui s’intéressent à la langue maternelle.»
Néanmoins, Gertrude Kazoviyo déplore que des autorités et chercheurs s’expriment en mélangeant les langues dans différents discours ou interventions : « C’est quelque chose à décourager, mais c’est un phénomène qu’il faut comprendre. Le mélange de langues est un phénomène culturel lié au développement.»

Et de regretter le manque d’un dictionnaire monolingue du kirundi : «Nous avions un projet de conception d’un dictionnaire monolingue qui était financé par la francophonie. Malheureusement, le bailleur s’est retiré.»
Elle appelle le gouvernement du Burundi à encourager et à financer les travaux de recherche sur le kirundi. Cette universitaire exhorte les Burundais à fournir plus d’efforts pour bien parler le kirundi et ne pas emprunter des mots que l’on a déjà dans la langue maternelle.

Pour le directeur de la recherche et de l’innovation à l’Université du Burundi, Mélance Ntunzwenimana, il faut accepter que le kirundi emprunte des mots dans les autres langues : « Nous devons protéger notre langue, mais il ne faut pas non plus nous enfermer. Nous avons besoin des autres langues.»

Pour faire du kirundi une langue d’enseignement, poursuit-il, il faudra ouvrir les portes aux autres langues et emprunter des mots dont nous avons besoin pour enrichir le kirundi, mais sans exagération.

« La place du kirundi dans l’enseignement reste déplorable »

« Dans le système éducatif burundais, le volume horaire réservé au cours du kirundi et à la culture burundaise n’est pas suffisant. Les élèves et étudiants passent plus de temps à apprendre la culture des autres pays », fustige Fulgence Twagirayezu, étudiant au département Kirundi-Kiswahili à l’Université du Burundi. Et de demander que le kirundi soit parmi les cours prioritaires dans le système éducatif burundais.

Pour Wenceslas Sinabajije, professeur à l’Université du Burundi, il faut mettre en place une journée nationale dédiée à la culture burundaise et au kirundi. « Que la célébration de la langue maternelle soit une affaire nationale, de tous les Burundais», insiste-t-il.

Dorothée Nshimirimana, professeure du Kiswahili à l’Université du Burundi, recommande que le Burundi s’inspire des autres pays de la sous-région pour savoir comment protéger et promouvoir le kirundi : «L’exemple est celui de la Tanzanie où l’enseignement est dispensé en kiswahili de l’école primaire jusqu’à l’université.»
Les autres participants ont proposé que des états généraux sur la culture burundaise soient organisés pour discuter sur l’avenir du kirundi.

Faible production en ouvrages scientifiques en kirundi

François Havyarimana : « Le nombre de productions scientifiques écrites en kirundi reste encore bas.»

Le ministre de l’Education nationale et de la Recherche scientifique, François Havyarimana, déplore que sur plus de 800 œuvres scientifiques produites à l’Université du Burundi de 2009-2019, très peu soient en kirundi : « On doit promouvoir et protéger notre langue maternelle, le kirundi. Nous encourageons les recherches scientifiques sur le kirundi et la culture burundaise.»

Et d’exhorter les scientifiques à traduire leurs œuvres en kirundi pour que tous les Burundais comprennent les résultats de leurs recherches pour qu’elles contribuent au développement du pays.