logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada
An article was changed on the original website

Cruauté animale au Zoo de Saint-Édouard: le Miller Zoo est prêt à accueillir des animaux maltraités, soutient sa copropriétaire

Ébranlée par les accusations de cruauté et de négligence envers les animaux au Zoo de Saint-Édouard, la copropriétaire du Miller Zoo, Émilie Ferland, s’est dite prête à accueillir des bêtes maltraitées au sein de son établissement. 

«On a été contacté. C’est vraiment un cas particulier, je n’ai jamais vu ça depuis que j’accueille des animaux», a-t-elle commenté en entrevue mardi à QUB radio.

Mme Ferland a indiqué que la relocalisation et la réhabilitation de ces animaux traumatisés demanderont «énormément» de travail, mais que rien n’était impossible.

«Ça ne nous stresse pas. Il y a des animaux qu’on a qui sont bien zen, mais qui ne l’étaient pas quand ils sont arrivés. Ça ne se ramène pas en deux minutes [par contre]. C’est comme prendre un enfant qui vivait dans une cave en captivité et, du jour au lendemain, tu le sors», a-t-elle imagé, notant qu’il s’agirait d’un «travail de longue haleine».

«C’est révoltant, c’est enrageant»

Elle aussi propriétaire d’un zoo privé, l’invitée de Mario Dumont a par ailleurs déclaré qu’elle était d’autant plus consternée par les accusations au Zoo de Saint-Édouard.

«Je dirais que dans le domaine des zoos privés, c’est encore plus enrageant. Souvent, les gens ont tendance à mettre tout dans le même panier. Ce qu’on voyait, ce sont des gens qui disaient "ah, les zoos, les zoos", mais on est loin de tous fonctionner comme ça», a-t-elle souligné.

Pour tenter d’expliquer l’inexplicable, Mme Ferland a noté que puisque le Zoo de Saint-Édouard était à vendre depuis quelque temps. Il est possible «qu’il y ait eu du laisser-aller» de la part du propriétaire, si jamais les accusations s’avéraient fondées, a-t-elle avancé.

«Je me dis qu’il y a une raison, il n’est pas rendu là pour rien», a-t-elle ajouté.

ÉCOUTEZ l’entrevue de la copropriétaire du Miller Zoo, Émilie Ferland, à QUB radio: 

All rights and copyright belongs to author:
Themes
ICO