logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada

Des intéressés pour l’illustre île Moukmouk?

Vos amis se moqueraient de vous si vous disiez avoir récemment fait l’acquisition de l’île Moukmouk... près de Rouyn-Noranda ?

L’endroit est pourtant loin d’exister uniquement dans le folklore québécois. Et comble de surprise, il est présentement à vendre pour la coquette somme de 2 millions $ américains (2,7 millions $ canadiens).

Selon le site web « Private Island Online », l’île de 2 km de long par 0,5 km de large, située à une cinquantaine de kilomètres de Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue, est « la seule île privée de la région qui est à vendre dans son entièreté ».

C’est dans l’objectif d’en faire un site de villégiature pour la pêche et la chasse que Catherine Dubesset en a fait l’acquisition pour 34 000 $ en 1997. Elle a dû mettre fin au projet pour des raisons financières.

« Je ne veux pas m’en débarrasser pour une poignée de peanuts. Donc j’attends le bon moment », a dit au Journal celle qui dit avoir reçu quelques offres depuis sa mise en vente, il y a un peu plus d’un an.

Elle avoue par ailleurs qu’être propriétaire de l’île Moukmouk fait parfois sourciller ses interlocuteurs.

« Déjà, les gens croient que l’île Moukmouk, c’est une légende. Donc oui, effectivement, les gens sont surpris », a indiqué celle qui travaille à son compte comme massothérapeute.

Ghislain Larochelle, expert en immobilier chez Immofacile, juge que si Mme Dubesset parvient à obtenir le prix qu’elle demande, ce sera « une grosse vente pour le coin ».

« Aucune vente de terrain avec courtier de plus de 2,5 millions $ n’a eu lieu en Abitibi-Témiscamingue depuis 2000 », a-t-il indiqué au Journal.

Éloignement

Selon Geneviève Joncas, professionnelle de recherche au Trésor de la langue française du Québec, ce sont des visiteurs de l’île qui auraient, à la blague, baptisé l’île « Moukmouk ».

Les villégiateurs pourraient avoir opté pour un nom à consonance étrangère afin de mettre l’accent sur le caractère éloigné de l’île.

– Avec la collaboration de Marie Christine Trottier

All rights and copyright belongs to author:
Themes
ICO