Canada

Les 25 ans de l’album D’eux: la petite histoire d’un succès monstre

Vito Luprano se rappelle la première fois qu’il a entendu Pour que tu m’aimes encore. C’était en septembre 1994 à Paris, durant une séance d’écoute des démos que Jean-Jacques Goldman avait concoctés pour l’album D’eux de Céline Dion. « Quand il l’a fait jouer, je suis tombé à terre, raconte le producteur exécutif du disque au Journal. J’ai dit : “OK that’s it! We have the big hit.” Ce n’était pas bien réalisé, mais côté mélodie, c’était incroyable. »   

Vito Luprano ne s’était pas trompé. Paru le 28 mars 1995, D’eux s’est rapidement hissé au sommet des palmarès grâce au succès monstre de la pièce. Les extraits suivants, une collection de numéros un en devenir incluant Je sais pas, Les derniers seront les premiers et Destin, allaient parvenir à prolonger son règne.     

Vingt-cinq ans plus tard, les chiffres de ventes du disque donnent le vertige. Selon les données officielles de Sony Music, D’eux s’est écoulé à plus de 10 millions d’exemplaires dans le monde, devenant au passage l’album francophone le plus populaire de tous les temps.     

« Avec Jean-Jacques Goldman et René [Angélil], on pensait qu’on en vendrait maximum 2 ou 3 millions, révèle Vito Luprano. C’est complètement fou ! »     

Sur mesure  

Au-delà des records de ventes, D’eux marque avant tout une rencontre : celle entre Céline Dion et Jean-Jacques Goldman. En entrevue au Journal en mars 1995, l’auteur-compositeur français confiait qu’avant de rencontrer Céline Dion et d’entamer l’écriture du disque, il avait pris plusieurs mois pour tout lire ce qui s’était écrit sur elle, histoire de pondre des chansons encore plus personnalisées. Constat de Goldman : « Céline Dion n’est pas la petite fille parfaite qu’elle veut bien montrer. »     

Ce travail de longue haleine effectué en amont explique la réussite du projet, selon Mike Gauthier. Joint au téléphone, l’animateur décrit D’eux comme l’album « le plus égal » de Céline Dion. « Parce qu’il y avait une ligne directrice, un seul réalisateur, un seul auteur-compositeur. Goldman l’a écrit pour elle. Les autres, c’était du prêt-à-porter. D’eux, c’était du sur mesure. C’était comme un couturier qui avait trouvé sa muse. »     

Vito Luprano ne tarit pas d’éloges envers Jean-Jacques Goldman, qu’il qualifie de « Bruce Springsteen français ».     

« C’est l’un des gars les plus honnêtes et ouverts d’esprit que j’ai rencontrés. Il était ouvert aux suggestions. Il prenait souvent les miennes. Ça m’a beaucoup touché. »     

Un tournant  

Céline Dion s’apprêtait à souffler ses 27 bougies au moment de lancer D’eux. Sonia Benezra, qui pilotait un talk-show quotidien à TQS, se souvient d’une chanteuse fébrile et transformée. « Je m’en rappelle comme si c’était hier, partage l’animatrice. Son look, ses cheveux courts, ses clips... Tout était sobre. Ils avaient choisi de laisser la musique parler. Tout était planifié. Jean-Jacques Goldman avait fait un travail de maître. Il y avait une douceur qu’on avait rarement entendue chez Céline. Une énergie plus réelle, moins showbiz. »     

Vito Luprano confirme le tournant. « Dès qu’on a commencé l’enregistrement du disque, Jean-Jacques Goldman a averti Céline : “Le vibrato, il faut arrêter ça.” Et elle l’avait écouté. Ç’a donné plus de feeling. »     

Les planètes alignées  

L’enregistrement de D’eux s’est déroulé au mois de novembre 1994 au Studio Méga à Paris. Céline Dion, qui vivait toujours à l’heure de Montréal, se réveillait chaque jour aux alentours de 13 h et poussait la note jusqu’au soir, raconte Vito Luprano. L’enregistrement s’est déroulé dans l’harmonie, soutient le producteur exécutif. « Je n’oublierai jamais cette expérience, parce qu’on a eu beaucoup de plaisir. Faire un disque, ça peut être difficile. Il faut parfois jeter des chansons qu’on pensait qui allaient marcher, faire des compromis... Mais pour D’eux, c’était magique. Tout est tombé en place : sa voix, les mélodies, les textes, la production... On sentait que tout flottait. »     

Un rouleau compresseur  

La maison de disque de Céline Dion, Sony Music, a commencé à souligner le 25e anniversaire de D’eux la semaine dernière en publiant sur YouTube des vidéos en haute résolution du spectacle qui accompagnait l’opus. Les fans peuvent notamment apprécier les interprétations de J’attendais, Prière païenne et Destin. À voir le sourire éclatant que l’artiste affichait sur scène, on voit bien qu’elle appréciait le succès qu’elle remportait.     

« À cette époque, Céline sortait un album par année, commente Mike Gauthier. Avec Falling Into You [1996] et Let’s Talk About Love [1997], c’était comme passer le rouleau compresseur. L’impact était immense. C’était une domination semblable aux Beatles. Ça n’arrêtait pas. Je travaillais à MusiquePlus dans le temps. J’ai vécu une décennie incroyable à cause de Céline. Il y avait tellement d’effervescence autour d’elle. »    

Un choix difficile    

Céline Dion

Photo courtoisie

D’eux mérite sa place au panthéon des albums les plus marquants du Québec. Au fil du temps, des artistes tous azimuts ont repris ses chansons : des Sœurs Boulay à Lara Fabian (Pour que tu m’aimes encore), en passant par Safia Nolin (Destin), Alex Nevsky (J’irai où tu iras) et Guylaine Tanguay (Vole). Nous avons demandé à quelques chanteuses de sélectionner leur extrait préféré.     

Guylaine Tanguay : La mémoire d’Abraham   

Céline Dion

Photo courtoisie, ARTV

« Mon père est décédé dans un accident de travail. Brutale, inattendue, incompréhensible, sa mort fut un réel choc. Les flammes ont emporté notre père qui n’avait que 47 ans... Exactement l’âge que j’ai aujourd’hui. Mon père était un homme bon, il avait un bon cœur, mais il avait à vivre avec ses démons qui le hantaient. Pour nous, sa famille, c’était difficile à vivre et aussi à comprendre. Petite, je priais tous les soirs pour que la vie libère mon père de ses grandes noirceurs, sans bien sûr savoir que la seule libération pour lui était la mort... J’ai accepté sa mort en me disant que du haut de son nuage, il était libéré de ses malheurs et qu’il était enfin heureux... »  

Depuis trois ans, Guylaine Tanguay réalise un rêve de petite fille en présentant Ce n’était qu’un rêve, un spectacle entièrement consacré au répertoire de Céline Dion, dans lequel elle reprend quelques pièces du disque D’eux, dont Pour que tu m’aimes encore et Vole. Quand nous l’avons contactée pour connaître sa chanson préférée sur l’album, l’étoile du country est sortie des sentiers battus en citant La mémoire d’Abraham, une pièce qu’elle a chantée aux funérailles de son père, Guy. Voici le message qu’elle nous a envoyé.    

Annie Villeneuve : Destin  

Céline Dion

Photo d'archives, Agence QMI

« Des chansons qui traversent le temps, il n’y en a pas des tonnes. Mais il y en a beaucoup sur cet album »  

Printemps 1995 au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Au retour de l’école, les jumelles Villeneuve s’enferment régulièrement dans leurs chambres pour chanter. D’un côté du mur, Suzie s’époumone sur l’album Obsession d’Éric Lapointe ; de l’autre, Annie fait pareil sur D’eux de Céline Dion.    

« C’est ce que j’écoutais le plus, se rappelle Annie Villeneuve. J’avais aimé son disque Unison, mais quand tu viens du Saguenay–Lac-Saint-Jean, t’as un anglais assez douteux, donc j’étais contente de pouvoir chanter en français sur D’eux. Je savais toutes les paroles par cœur. »    

Un quart de siècle plus tard, Annie Villeneuve continue d’écouter cet opus. Elle partage désormais cette activité avec Léa, sa fille de six ans. En voiture, depuis quelque temps, elles montent le volume sur Destin. « C’est la chanson qu’elle me demande tout le temps. Elle l’a apprise à l’école. C’est aussi ma préférée. Mais ça pourrait changer le mois prochain ! »    

Niveau supérieur  

Pour Annie Villeneuve, Céline Dion a accédé au niveau supérieur avec D’eux. Particulièrement comme interprète. « Céline avait prouvé qu’elle était capable de tout vocalement. C’était un exploit vocal après l’autre. Avec D’eux, elle a montré qu’elle était capable d’introspection. [Jean-Jacques] Goldman l’a fait chanter d’une façon plus humaine. C’était plus accessible. »    

Annie Villeneuve a souvent repris les chansons de l’album D’eux sur scène. Parmi ses plus beaux souvenirs, elle mentionne sa participation au spectacle de Céline Dion à Québec en 2008, quand cette dernière avait pris d’assaut les plaines d’Abraham devant 200 000 personnes. « C’était fou ! » s’exclame celle qui assurait les chœurs durant cette inoubliable soirée du mois d’août.    

Pas démodé  

Annie Villeneuve parle des chansons du disque D’eux avec beaucoup d’affection, comme Cherche encore. Elle souligne également la charge émotive de Vole, une ballade qu’elle décrit comme un « immense défi d’interprétation ».    

« Des chansons qui traversent le temps, il n’y en a pas des tonnes. Mais il y en a beaucoup sur cet album », souligne-t-elle.    

Seul bémol : elle n’est « plus capable » d’endurer Pour que tu m’aimes encore. « Je l’ai juste trop entendue. »    

Véronic DiCaire : Je sais pas  

Céline Dion

Photo d'archives, Chantal Poirier

Quiconque connaît le parcours de Véronic DiCaire ne s’étonnera pas d’apprendre qu’elle affectionne particulièrement Je sais pas, une chanson que Jean-Jacques Goldman a écrite pour dépeindre la relation de longue durée entre Céline Dion et René Angélil. La populaire imitatrice a rencontré son conjoint et gérant, Rémon Boulerice, quand elle était adolescente. Depuis, ils font leur route ensemble.    

Véronic DiCaire se rappelle la première fois qu’elle a entendu Je sais pas. Dans un message transmis au Journal, l’artiste franco-ontarienne parle d’un coup de foudre. C’est une chanson qu’elle a interprétée à plusieurs reprises en spectacle. Les paroles la touchent « droit au cœur », particulièrement celles du refrain : « Mais la vie sans toi, je sais pas. »    

Critique    

Céline présente la tournée D’eux au Capitole de Québec le 25 septembre 1995

Photo d'archives, Serge Lapointe

Céline présente la tournée D’eux au Capitole de Québec le 25 septembre 1995

CE QU’ON EN PENSAIT EN 1995  

Voici quelques extraits des archives du Journal de Montréal du printemps 1995.    

« Céline Dion fait mouche ! »  

« Son meilleur disque francophone [...] »  

« Elle réussit encore à nous surprendre. »  

« Elle chante mieux que jamais. Elle a appris à retenir sa voix. »  

CE QU’ON EN PENSE EN 2020  

Est-ce que l’album D’eux a bien traversé le temps ? Voici une appréciation du disque, chanson par chanson, 25 ans plus tard.    

1. Pour que tu m’aimes encore   

2. Le ballet   

3. Regarde-moi   

4. Je sais pas   

5. La mémoire d’Abraham   

6. Cherche encore   

7. Destin   

8. Les derniers seront les premiers   

9. J’irai où tu iras   

10. J’attendais   

11. Prière païenne   

12. Vole   

Note : ★★★★½ 

Football news:

La Liga wants to start the new season in September with 30% of the stands filled
The management of the Premier League excludes the possibility of canceling the relegation this season
In 2001, Beckham played the best match for the national team. He was inspired by a girl with a unique disease-an inverted heart
Inter will get 15 million euros if PSG sell Icardi to another Italian club
Langle does not want to leave for Inter from Barcelona
Lineker on Messi: I am a fan of Ronaldo, but the title of the best player in the world can not even be discussed
Gianfranco Zola: Hazard and Willian suffered from Sarri's training