logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada

Les Bombardier évitent l’expropriation de leur lac privé au cœur du parc du Mont-Orford

Québec a renoncé à exproprier un lac appartenant à la famille Bombardier dans les Cantons-de-l’Est, de sorte que des tests de motomarine se dérouleront bientôt en plein cœur du parc du Mont-Orford agrandi.

Depuis plus de 13 ans, le gouvernement tente de doubler la taille du parc populaire. L’État a déboursé près de 18 millions $ pour acquérir les terres dont il a besoin pour ce projet, mais Placements Bombardier refuse net de vendre le lac La Rouche, situé près de la route 222 dans la municipalité de Racine.

En catimini, le ministère des Forêts a décidé en 2016 de « se désister » de l’avis d’expropriation qu’il avait émis un an plus tôt concernant le lac La Rouche.

« Plus requis »

Dans une décision du Tribunal administratif du Québec rendue en mai 2016, mais passée inaperçue jusqu’ici, on peut lire que le lac « n’est plus requis par les autorités du ministre » parce qu’il « ne sera pas intégré dans l’agrandissement projeté du parc national du Mont-Orford ».

lac Larouche

Capture écran: Faune Québec

« C’est deux poids, deux mesures. Quand on est riche, on est au-dessus des lois et on ne se fait pas exproprier. Je ne comprends pas », s’indigne l’environnementaliste Pierre Dépôt, qui habite dans le secteur.

Selon lui, il serait envisageable d’aménager une plage au lac La Rouche, ce qui permettrait de diminuer la pression sur celles que compte déjà le parc du Mont-Orford aux lacs Stukely et Fraser, qui sont très achalandées.

Le ministère avait mis de côté une « indemnité provisionnelle » de plus de 1,8 million $, en 2014-2015, pour acheter le lac de 744 000 mètres carrés. Cela représente près de trois fois sa valeur actuelle de 628 000 $, selon le rôle foncier (dont 90 000 $ pour un petit bâtiment construit sur le terrain).

Des employés y pêchent

Bombardier Produits récréatifs (BRP) teste depuis plusieurs années des motomarines sur le lac La Rouche, lequel est situé à une dizaine de minutes de route de ses installations de Valcourt. De plus, les employés de l’entreprise ont accès au lac pour y pratiquer la pêche.

« Nous effectuons toujours, de façon occasionnelle, certains tests de motomarine sur le lac La Rouche », confirme une porte-parole de BRP, Elaine Arsenault.

Cette dernière n’a pas pu dire si l’entreprise allait continuer d’utiliser le lac une fois qu’il aura été complètement enclavé par le parc national. « Pour tout ce qui a trait aux ententes et modifications d’utilisation du lac, ces décisions reviennent aux propriétaires du lac », a-t-elle indiqué.

Il a été impossible de contacter un représentant de Placements Bombardier.

Robert Benoît, président de Memphrémagog Conservation et ancien député libéral d’Orford, aurait préféré que le lac soit exproprié, mais il s’accommode de ce qu’il appelle un « compromis ».

« Mon cœur d’environnementaliste balance : d’un côté, je me dis que ce serait bien que les Québécois soient propriétaires de ce lac-là, mais de l’autre, il faut penser aux emplois, affirme-t-il. C’est une entreprise qui, chez nous, est importante. »

Le député caquiste d’Orford, Gilles Bélanger, a un avis semblable. « Je suis généralement satisfait, car le parc doublera tout de même sa superficie », a-t-il déclaré au journal Le reflet du lac.

Les motoneiges d’abord

C’est faux, rétorque M. Dépôt. Québec a exclu de l’agrandissement une zone de 8,6 kilomètres carrés, à cause d’un sentier de motoneige.

« Comme ils ne pouvaient pas mettre le sentier de motoneige dans le parc, ils ont décidé de faire la nouvelle limite du parc avec le sentier. À cause de ça, la superficie du parc ne sera pas doublée. »

Le cabinet du ministre des Forêts, Pierre Dufour, n’a pas rappelé Le Journal.

Notons que Josée Perreault, l’épouse du président du Conseil du trésor, Christian Dubé, est vice-présidente principale chez BRP. Elle s’occupe toutefois des motos à trois roues, pas des motomarines.

Février 2006

Thomas Mulcair démissionne du gouvernement Charest, en raison notamment du projet de privatisation partielle du parc national du Mont-Orford.

Mars 2006

Le ministre Claude Béchard annonce le doublement de la superficie du parc.

Mai 2007

La ministre Line Beauchamp annonce l’abandon de la privatisation du parc et du projet immobilier au bas des pentes.

Mai 2010

L’Assemblée nationale adopte une loi réintégrant le centre de ski et le terrain de golf au parc.

Mai 2016

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs renonce à exproprier le lac La Rouche.

Themes
ICO