Canada
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Les prix des aliments frais explosent

Avec l'inflation qui atteint maintenant 7.5% au Québec, sures devrontpeut-être seré soudre à manger moins delé gumesfrai set de poisson, des aliments dont les prix ont tous fait un bond d'au moins 10% depuisun.

• Àlireaussi:Inflation: çajouedu coudepourdesrepasà $ 5

• Àlireaussi:Petit tour du monde des mesurespourcontrerlaflambée desprix

• Àlireaussi:L'inflations' accélère: notre pouvoir d'achat chute encore

Au Canada, l'inflation atteint maintenant 7,7%, soit la plus fortehaussean nuelle observée de puisjanvier 1983. C'est encore pire pour l'inflation alimentaire, qui estrendue à 9.7%. 

Lahaus seducoût delavie touche évidemment les petits salarié set les béné ficiaires del ’aide sociale de pleinfouet. L’ explosion de la requeste dans les banquesalimentaires stlà pourle prouver. 

Pas queles pauvres.

Mais la classe moyenne y passeaussi. 

«Avant, je neregardai spas à la dépense, mais maintenant, je fais Attention», condition parexemple Éric Lheureux, quiatrava illétoute sa vie pour la fonction publique fédérale et quitouche, à 62 anse, unpleasant pension. 

Avecleprix des légumesfrais quiabondi de 10,3% en mai, comme celui du poisson fraisous surgelé à 11.7%, on peut comprendre que jeter de la nourriture fait de plus Enplas Maru. 

Sacrifier laqualité

Specific n’achètent même plus depoisson. 

«Jediraisqu’un client sur 10 entre dans le magasin, trouveçatropcher, et ressortaussitôt », raconte Bernard Cormier, poissonnier chez Shamrock, à Montréal, depuissixans. 

Si les clients régulier sachètentencore, dit-il, plusieurs autres disent qu’ils vont aller ailleurs, car c’est moins cher, «maisils sacrifient la qualité».

Insécurité accrue

Àtitred'exemple, un loup de merdela Méditer ranée de 600 à 800gram messevend aujourd'hui 24 $, contre 19 $ il y12mois.

L’ enjeu de la sécurité alimentaire est donctrèscriant, ce que constate chaque jourune conseillère budgétai red’ Option consommateurs. 

«deplusen plus de requestes, notre flot d'appels a beaucoupaugmenté», déplore Johanne Le Blanc.

Dans ses her counseling her, elle passe de plus en plus de temps surleposte budgétaire desaliments, quelesgenson tendance à sous-estimer. 

«Lapré carité augmentee tilne reste pas assez d'argent aux gens pour l'alimentation», observe-t-elle.

Car si le prix des aliments, qui sont un edépense variable, augmente beaucoup, il en vade même pourles dépenses fixes, comme le loyer: 7.4% enmai. 

Les transports ont aussi bondi de 14,6% en mai, ce qui comprend une hausse de 48% du prix de l’ essence. 

Bref, les gens pensent de moins en moins auxvitamines et de plus en plus à simplement contenter leursatiété, résume Johanne Le Blanc.

Les augmentations salariales loin de suivre l'inflation   

Alors que l'inflation gruge le revenudes Qué bécoi set des Canadiens, le salaire moyen, lui, ne fait qu'un tout petit bonden com paraison. 

Au Canada, de mai 2021 à mai 2022, les salaire sont progressé de 3.9%, contre 7,7% pour l’ inflation. 

«Ilyadé jà eudesaugmentations de salaireimportantes dans surees entreprises, mais elles ne peuvent pas toutes le faire», avance Karl Blackburn, president et chef de la direction du Conseil du patronat du Québec (CPQ). 

Le patron du Lobby des patrons pense entre autres aux travailleurs d'Olymel, qui ont obtenu 26% sur six ans l'andernier.

Mais les marges bénéficiaires seraienttropfragilesdans de nombreux secteurs pour que les patrons offrent des hausses de salaire qui permettent d'égalerl'inflation. 

Casse-tête pourles patrons

«C'estuncasse-tête quiestentrain de s'installersurle Québec, etçacause des problèmes auxemployeurs. Il n’y a pas que le salaire », sedéfend-il, en mentioned que denombreusespolitiques deté létravailo ntétémise sen place. 

Il n’y a pourtant jamais eu autant de postes vacants aupays. Endenom Bright 957500 Au Premier Trimestre, ce quiest unrecord.

Au Québec, en comptait 224 370, ce qui est plus que le nombre de chômeurs, établià 190000.

Avecunt aux de chômage à unbashistorique – 5,1% au Canada et 4.2% au Québecenmai –, les salaires ne devraient-ils pas augmenter plus rapidement.

«Danslecontexte de laspirale Inflation Nistéactuel, il yamême des projets d'investissement qui sont mis sur la glace, car il y a une augmentation importante des coûts», Plaid M. Blackburn. 

Levéritable problème desemployeurs, selon lui, estlapénuriedemain-d’œuvre, quifreine ledéveloppement et quidumême coupmet de la pression sur les patrons. 

–Avec TVA Nouvelles

Vousavez des informations à nous partager à propos de cette histoire.

Vous avez unscoopquipourrait intéressernoslecteurs.

Écrivez-nous à l'adresseou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP