logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada

Les Remparts pas de taille

Les problèmes des Remparts de Québec au Centre Vidéotron se poursuivent. La troupe de Patrick Roy s’est inclinée 6-1 hier face à l’Océanic de Rimouski pour subir un huitième revers en onze matchs à domicile depuis le début de la saison.

Les Diables rouges avaient pourtant connu un bon début de match. Dès les premières secondes de jeu, Thomas Caron avait bien failli ouvrir la marque en échappée, mais il avait été frustré par Raphaël Audet qu’il avait tenté de battre entre les jambières. Anthony Gagnon a aussi été frustré peu de temps après par le gardien rimouskois et c’est finalement l’Océanic qui a été la première équipe à marquer.

Frédéryck Janvier a ouvert la marque à mi-chemin au premier tiers, mais c’est vraiment en deuxième période que le rouleau compresseur a fait son œuvre.

Opportuniste, la formation de Serge Beausoleil a inscrit cinq buts sans réplique lors de la période médiane, chassant au passage le gardien Carmine-Anthony Pagliarulo après que ce dernier eut cédé cinq fois sur 19 lancers.

« On aurait pu sortir à égalité ou en avance après la première période et ensuite en deuxième on a perdu quelques batailles qui nous ont coûté des buts. La rondelle roulait pour eux, ils ont marqué cinq fois en sept chances de marquer. Parfois, tu ne peux pas rien faire contre ça », a mentionné Roy avec positivisme après le match.

« Ce que j’ai aimé, c’est qu’on a travaillé pendant 60 minutes, a quant à lui commenté Serge Beausoleil. Même à la fin, on appliquait un échec-avant très intense. J’ai aimé notre match », a-t-il ajouté, félicitant un peu plus tard le vétéran défenseur Vincent Martineau, auteur d’un but et deux aides hier soir.

« C’EST FRUSTRANT »

Le capitaine des Remparts, Félix Bibeau, n’a quant à lui pas caché sa frustration lorsqu’il s’est présenté devant les médias.

« En deuxième, tout fonctionnait pour eux. La game s’est jouée là. L’effort était là et c’est ce que Patrick nous a dit, mais c’est vraiment frustrant. »

L’attaquant de 20 ans a reconnu que la séquence actuelle joue dans la tête de l’équipe, surtout en attaque. En troisième période hier soir, les Diables rouges n’ont dirigé que deux lancers au but.

« En troisième, on doit avoir eu quatre deux contre un et on n’a pas lancé une fois au filet. Si on veut marquer, va falloir lancer. Un moment donné, c’est bien beau faire des passes, mais l’autre bord, ils ont marqué parce qu’ils ont lancé. Il va falloir mettre plus de rondelle et de circulation devant le but. Ça va faire du bien demain (aujourd’hui) d’aller sur la route et changer d’air un peu. »

EN BREF

Le défenseur Nicolas Savoie s’est ajouté à la liste des blessés des Remparts, hier... Le no 14 des Diables rouges souffre d’une blessure au dos et les Diables rouges ont rappelé l’arrière Olivier Archambault pour pallier la perte de Savoie, hier... Savoie devrait rater le match de demain à Baie-Comeau, et sa présence dimanche à Chicoutimi demeure incertaine.

Première période

Deuxième période

2-Rim: Vincent Martineau (1) (Zavgorodniy, Lafrenière) 7:54 3-Rim: Zachary Bolduc (6) (Martineau, Janvier) 11:13 4-Rim: Cédric Paré (24) (Zavgorodniy, Belliveau) 13:59 5-Rim: Nathan Ouellet (6) (Durocher, Soucy) 15:25 6-Rim: Dmitry Zavgorodniy (14) (Martineau) 16:32 7-Qué: Thomas Caron (5) (Sans aide) DN-19:33

Troisième période

Aucun but.

Tirs au but

Rimouski 7 - 13 - 12 - 32 Québec 9 - 6 - 2 - 17

Gardiens:

Rim: Raphaël Audet (G, 2-2-0) Qué: Carmine-Ant. Pagliarulo (P, 8-9-0), Emerik Despatie (15:25 2e pér.)

Avantages numériques:

Rim: 0 en 3, Qué: 0 en 1

Arbitres:

Mathieu Binette, J-P. Sylvain

Juges de lignes:

Daniel Béchard, Antoine Leblanc

ASSISTANCE:

7 944

Un deuxième choix payant

Photo Jean-François Desgagnés

Serge Beausoleil avait le sentiment, en juin 2018, que l’Océanic de Rimouski avait fait un bon coup en sélectionnant le défenseur Isaac Belliveau au 25e rang au total du repêchage de la LHJMQ. Jusqu’à présent, l’arrière de 17 ans lui donne raison : il est non seulement le meilleur pointeur des recrues dans le circuit Courteau, mais également de tous les défenseurs de la ligue.

Avec 24 points en 20 matchs, avant celui d’hier contre les Remparts, Belliveau détenait trois points d’avance sur Jérémie Poirier des Sea Dogs de Saint-Jean en tête du classement pour les arrières, et six sur Zachary L’Heureux des Wildcats de Moncton pour les joueurs de première année.

Le pire, c’est que l’Océanic a bien cru s’être fait subtiliser le produit des Cantonniers de Magog, le jour du repêchage, lorsque le Drakkar de Baie-Comeau a fait l’annonce de son choix, un rang avant celui de Rimouski. « Des Cantonniers de Magog... Jérémy Lapointe. »

« Mon adjoint Danny Dupont ne pouvait pas croire qu’on l’avait échappé et, dans la confusion, il n’avait même pas remarqué qu’on l’avait confirmé avec le choix suivant. On l’agace encore avec ça », a raconté Beausoleil, hier, avant le match.

L’Océanic avait décidé de le renvoyer midget AAA à 16 ans, l’an dernier, où il avait terminé la saison avec 40 points en 41 matchs.

« Ça m’a donné beaucoup de confiance de retourner midget AAA, a admis le défenseur de 6 pi et 195 lb. À ma première année midget AAA, j’étais un peu moins offensif et l’an dernier, j’ai joué avec plus de confiance et j’ai pu présenter du jeu plus offensif. Je pense que l’Océanic a pris une bonne décision. »

UN PRODUIT DU GROS TRIO ?

Les mauvaises langues diront que Belliveau profite beaucoup de la présence du trio infernal de l’Océanic, composé d’Alexis Lafrenière, Cédric Paré et Dmitry Zavgorodniy, avec qui il évolue sur la première vague d’avantage numérique, pour gonfler sa fiche personnelle.

Ne comptez pas Beausoleil parmi celles-ci. « On a essayé plusieurs choses au début de l’année et une fois qu’on l’a placé là (sur la première vague d’avantage numérique), ç’a été instantané. Personne n’est venu me voir à mon bureau pour me dire qu’il était trop jeune et qu’il n’avait pas sa place ! Son intelligence sur la patinoire est là. »

UNE PREMIÈRE EN VUE ?

Une recrue n’a jamais terminé au premier rang des pointeurs des défenseurs dans l’histoire de la LHJMQ. Ni même au sommet des compteurs chez les recrues.

C’est Gaston Therrien qui détient le record pour le plus de points pour un arrière à sa première saison dans la LHJMQ avec 77 lors de la saison 1977-1978.

Mais ça, Belliveau ne s’en soucie pas trop. « Je ne me suis pas fixé d’objectif de points. Pour moi, c’est du bonus. C’est quelque chose de positif, et je le prends », note-t-il.

Themes
ICO