logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada
An article was changed on the original website

Marc Emery : des allégations d’inconduite sexuelle contre le «prince du pot»

VANCOUVER – Marc Emery, celui qu’on surnomme le «prince du pot», a dû se défendre après avoir été visé par des allégations d’inconduite sexuelle. 

L’homme de 60 ans aurait harcelé, agressé et exploité plusieurs jeunes femmes à Vancouver, en Colombie-Britannique, où il réside, selon la journaliste Deidre Olsen. 

Mme Olsen aurait refusé en 2008 l’emploi que Marc Emery lui aurait offert à sa boutique Cannabis Culture. L’année suivante, le commerce est passé aux mains de la femme d’Emery, Jodie, selon le «Ottawa Citizen». 

Sur Twitter, elle a décrit Cannabis Culture comme un lieu où travaillent «des hommes d'âge moyen avec des adolescentes et de jeunes femmes vulnérables». 

Marc Emery a rejeté les allégations sur Facebook. «J'ai employé plus de 400 hommes et femmes depuis 1975, et peut-être 10 à 20 d'entre eux regrettent cette expérience, a-t-il écrit. La plupart de ceux qui ont travaillé pour moi ont connu un grand succès et une carrière heureuse. Certains de ceux qui ont exprimé des regrets ont été congédiés et sont/ont été amers à ce sujet.» 

Deidre Olsen affirme avoir été traumatisée par les propos sexuellement suggestifs faits par Emery par courriel à l’époque, alors qu'elle avait 17 ans. Elle soutient de plus qu’Emery invitait régulièrement de jeunes filles, aussi jeunes que 15 ans, à fumer du cannabis en s’asseyant sur ses genoux. Elles étaient des sans-abri ou issues de milieux défavorisés, et tiraient le diable par la queue à la recherche d'un gagne-pain. 

«Ils m'ont fait me sentir bizarre, a-t-elle dit. J'avais toujours tellement peur que ma mère ou mon petit ami entrent et voient ces courriels effrayants d'un homme de 50 ans, alors je les effaçais très rapidement», a confié Mme Olsen, qui vit maintenant à Toronto. 

Elle affirme que c’est sa mère, heureusement, qui l’a sortie de là. 

Rappelons que Marc Emery avait été arrêté à Montréal en décembre 2016 après l’ouverture illégale de boutiques de Cannabis Culture.

Themes
ICO