This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

«On va avoir un hiver sans doute assez difficile»

La hausse des cas de COVID-19 et les lenteurs à déployer la 3e dose de vaccin aux personnes de 18 ans et plus font craindre un hiver à l’image de l’an passé.

• À lire aussi: Premiers signaux «encourageants» sur la gravité des cas d’Omicron

• À lire aussi: Ce que veut dire «vivre avec le virus»

• À lire aussi: COVID-19 – Épisode 5: Ras-le-bol!

«On va avoir un hiver sans doute assez difficile, un peu comme l’année dernière, malheureusement», croit le Dr Julien J. Cavanagh, professeur assistant en neurologie à l’Hôpital universitaire Emory, aux États-Unis. 

Chez nos voisins du sud, la cinquième vague, «qui fait plus de 100 000 nouvelles infections par jour depuis ce week-end», selon le Dr Cavanagh, se concentre principalement dans les États du Nord. 

«Je pense que ça vient du fait qu’il fait plus froid en ce moment, que les gens se retrouvent à l’intérieur, c’est un peu le caractère saisonnier, mais aussi le fait que ce sont des États qui ont vacciné leur population très rapidement, dès le début de la disponibilité des vaccins», soutient le docteur en entrevue à LCN.

Le retard dans le déploiement de la troisième dose de vaccin contre la COVID-19 aurait un effet sur la hausse des cas observée. 

«Il doit y avoir, sans doute, un certain nombre de ces malades qui commencent à avoir une immunité qui diminue après la vaccination», dit-il. 

Bien que les États du Sud semblent moins touchés, pour le moment, par la cinquième vague, le Dr Julien J. Cavanagh invite tout de même les snowbirds à la prudence. 

«Je dirais aux snowbirds de faire très, très attention parce que malheureusement, ce sont des États où il y a peu de réactivité de la santé publique et où les autorités, malheureusement, ne mettent pas en place les mesures de santé publique comme le port du masque ou la distanciation sociale lorsque la circulation virale augmente», prévient-il. 

Le médecin ajoute que lorsque l’épidémie reprendra dans ces États du Sud, «il y aura peu de choses mises en place pour la freiner». 

«Donc, je dirais aux snowbirds: continuez de regarder très régulièrement quelle est la circulation virale dans le coin du pays où vous vous trouvez», conseille-t-il. 

Écoutez l’entrevue complète dans la vidéo ci-dessus.

À lire aussi