This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Patrick Roy le stratège

Était-ce volontaire ou non ? Patrick Roy a littéralement tassé et peinturé dans le coin Jeff Gorton et Geoff Molson.  

Quand il a déclaré publiquement « pourquoi ne pas m’essayer », Patrick a fait les premiers pas devant tout le monde, mais surtout de façon maladroite et inélégante.  

Pour un gars qui veut aller travailler de connivence et en équipe, ça ne part pas bien. Certains diront que Patrick a lancé un cri du cœur et c’est vrai. Je l’ai senti comme ça, mais il fallait plus de doigté, d’habileté et même de la discrétion dans la démarche.  

L’ex-gardien a la faveur du public et aussi de poids lourds comme Serge Savard, Jacques Lemaire et Mario Tremblay. Or, le message qu’ont reçu Molson et Gorton est simple : vous n’avez pas le choix, messieurs. Si Molson a embauché Gorton, c’est justement pour avoir le choix. Depuis la déclaration publique à Québec, les deux dirigeants ont perdu de la latitude, de la liberté. 

Admettons que Patrick m’aurait parlé avant de faire sa déclaration, je lui aurais déconseillé de tenter de régler l’affaire publiquement. Je lui aurais plutôt suggéré de donner un coup de fil directement à Molson ou même à Gorton leur expliquant son intérêt grandiose, mais aussi en démontrant, dès le départ, une complicité, une connivence, un acoquinement avant même une association officielle.  

LE CV

Neil Glasberg, le nouvel agent de Patrick Roy, est-il derrière cette stratégie ? Pas certain que Gorton apprécie que Patrick utilise le public et, par la force des choses, des anciens pour mousser ouvertement sa candidature. On dit que le coach des Remparts est un gars d’équipe, mais il a arraché des portes et brisé des vidéos quand il n’était pas d’accord avec Bob Hartley et il a levé les feutres d’un coup après une mésentente avec Joe Sakic. C’est dans son CV.

Vous et moi aimerions que Patrick revienne avec le Canadien, mais Gorton le voit-il du même œil ? Patrick n’a jamais été directeur général d’une équipe dans la LNH. Gorton veut-il d’un homme au nombril vert ?  

Roy, indéniablement, a démontré des qualités remarquables d’instructeur dans le junior et aussi chez les pros, mais ce n’est pas ça que l’on cherche pour sortir le Canadien du marasme. Du moins pas pour le moment.

LE CANDIDAT

On cherche du génie au repêchage, au développement et à la bonne marche d’un club de hockey dans une ligue extrêmement compétitive et appuyé par un public averti et très sévère qui est servi par une horde de journalistes implacables.  

Cet homme doit savoir composer avec un plafond salarial et entretenir de bonnes relations avec tous ses homonymes du circuit. Il doit suivre tout ce qui évolue au niveau junior, collégial et universitaire sur la planète en plus d’être informé du développement des joueurs de la Ligue américaine, de la KHL et autres circuits européens. Est-ce vraiment un travail pour Patrick Roy ? Comment sera-t-il quand viendra le temps de négocier des contrats ?

Je ne peux m’empêcher de sourire quand je pense à Patrick appuyé et regardant vers la glace depuis sa loge lorsque « son » coach en arrachera et ne fera pas à son goût avec ses joueurs. La porte du vestiaire pourrait s’ouvrir de façon assez raide entre la 2 et la 3, non ?  

Oui, j’aimerais ça que le 33 revienne à Montréal. Patrick est un gars enflammé, ardent, mais aussi extrêmement intelligent. Ce serait un nouveau défi. Il a l’habitude de les relever.

Gorton a dit que l’heureux élu ne sera pas choisi avant les Fêtes. Au moins, ça laisse le temps à la peinture de sécher.

De l’enclave    

  • Évoluant maintenant à Lausanne, en Suisse, le défenseur montréalais Mark Barberio vient d’écoper d’une suspension de huit matches pour un geste violent à la hauteur de la tête de Garret Roe, un joueur de l’équipe de Zurich. Un « cross-check » à la hauteur de la nuque et, sous le choc, Roe a subi une fracture de la mâchoire. Barberio, qui a porté les couleurs du Canadien il y a cinq ans, a aussi écopé d’une amende de 15 513 $.
  • Selon Hockey Feed, Claude et Brendan Lemieux sont devenus cette semaine le premier combo père-fils à être suspendus pour morsure. Est bonne.
  • Pour sa morsure à Brady Tkachuk des Sénateurs, Brendan Lemieux des Kings est suspendu 5 matches, ce qui représente une perte de salaire de 38 750 $.
  • Jacob perreault avance au rythme d’un point par match avec les Gulls de San Diego (Ligue américaine) sous les ordres de Joël Bouchard. Perreault a été le 1er choix d’Anaheim (27e au total) en 2020. 
  • Sherwood aura été la dernière entreprise à fabriquer des bâtons de bois en Amérique du Nord.
  • Yvon Lambert (photo) signera ses livres à la taverne Ste-Élisabeth de La Prairie, mardi après-midi
Yvon Lambert

Photo d'archives, Chantal Poirier

Yvon Lambert