logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada

Route des saveurs: vent dans les voiles

Établie depuis 1977 à Jonquière, l’entreprise qui était à la base uniquement une framboisière a pris un tournant important au début des années 2000 avec l’implantation d’un petit vignoble artisanal. Si elle fut fondée par Donald Tremblay, c’est aujourd’hui son fils Pierre-Philippe qui est officiellement à la tête du Domaine Le Cageot.

« J’étais déjà copropriétaire de l’entreprise depuis 2005, et en novembre dernier, j’ai acquis les parts de mon père. Avec un nouveau partenaire d’affaires, nous développons actuellement de nouveaux produits. On produit annuellement entre 30 000 et 35 000 bouteilles. On vise le million de bouteilles d’ici cinq à dix ans », explique le propriétaire du Domaine Le Cageot, Pierre-Philippe Tremblay.

Précurseure, l’entreprise devient, en 2002, la première dans la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean à mettre sur pied un espace de production de boissons alcoolisées à base de petits fruits.

Et comme la région est principalement reconnue pour sa culture du bleuet, il était donc tout naturel de voir la famille Tremblay réaliser un produit à partir de ce petit fruit sacré. C’est ainsi qu’a vu le jour Le Cageolais.

Il s’agit d’un vin mousseux aux bleuets dont la fraîcheur et la délicatesse se marient à merveille avec l’acidité subtile du fruit. Perso, en digestif pour accompagner un soufflé au chocolat, c’est le paradis !

« On peut se vanter, bien humblement, que nous avons été les premiers au monde à produire un mousseux de bleuets. De plus, nos bulles sont très fines et c’est par cet aspect que l’on sait si un produit est de qualité ou non. »

Lancé dernièrement, un nouveau produit fait déjà tourner bien des têtes. Et pas seulement au Québec. Des exportateurs de l’Europe et de l’Asie s’y intéressent déjà. Il s’agit du 1870 – Le Grand Feu, un spiritueux goûteux et liquoreux fait à base de bleuets et de sirop d’érable. Il s’agit d’une belle rencontre entre ces deux produits typiquement québécois. Si nous goûtons, dès les premières notes, à l’intensité sucrée du sirop, les suivantes tout en douceur rappellent la simplicité et la subtilité du bleuet.

« Nous rencontrons un seul problème actuellement : on manque de produits. C’est un heureux problème en soi, cependant. Tout se vend au domaine ainsi qu’à notre boutique au Grand Marché de Québec », conclut M. Tremblay.

L’entreprise aspire à bâtir un nouveau centre de production afin de pallier la demande grandissante. De nouveaux produits sont également en développement. Force est d’admettre que, même après 42 années, l’entreprise a encore le vent dans les voiles.

All rights and copyright belongs to author:
Themes
ICO