logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Canada

Sur l’aide sociale, il voudrait aller deux semaines en Floride

 Un bénéficiaire d’aide sociale qui a l’habitude de s’occuper de sa famille à l’étranger conteste la règle qui l’empêche de quitter le Québec pour plus de sept jours. 

 «C’est moi qui a le plus de disponibilité [pour s’occuper de ses parents vieillissants à l’étranger], mais je n’ai pas le droit d’y aller», dit Arié Moyal, 39 ans. 

 Il fait partie des deux prestataires de l’aide sociale qui ont commencé à être entendus, hier, par le Tribunal administratif du Québec pour contester une mesure qui leur interdit depuis 2015 de passer plus d’une semaine consécutive ou 15 jours cumulés par mois hors de la province sous peine de voir leur chèque amputé. 

Des manifestants ont déroulé une banderole en soutien aux requérants à l’extérieur de l’édifice où se tenaient les audiences, hier.

Photo Dominique Scali

Des manifestants ont déroulé une banderole en soutien aux requérants à l’extérieur de l’édifice où se tenaient les audiences, hier.

 Une vingtaine d’organismes communautaires dénoncent le fait qu’une forte majorité (83%) des personnes affectées soient nées à l’étranger, alors qu’elles ne représentent que 18% des assistés sociaux. 

 «Dans beaucoup de cas, il s’agit de gens dont une personne de leur famille est malade, ou qui sont eux-mêmes malades», explique Sheetal Pathak, de Projet Genèse. C’est en général la famille qui paie pour le transport, ajoute-t-elle. 

 Éparpillés 

 M. Moyal est né et a grandi à Montréal. Mais ses parents sont des snowbirds qui passent l’hiver en Floride. Son frère habite en Ontario et sa sœur, en Israël. 

 Il n’a pas le choix de demander de l’aide sociale en raison de contraintes sévères à l’emploi depuis un traumatisme crânien subi en 2012 qui lui occasionne notamment des étourdissements et des difficultés de concentration, a-t-il expliqué en audience. 

 En 2016, sa famille lui a payé un billet d’avion pour qu’il se rende en Israël pour rencontrer son neveu qui venait de naître, le premier de la famille. 

 «Je ne peux pas demander à tout le monde de revenir au Québec.» Il est plus logique que sa famille lui paie un billet d’avion pour qu’il puisse les rejoindre à l’occasion, a-t-il expliqué en audience. 

 En collant une semaine à la fin avril et une semaine au début mai, il croyait être dans ses droits. À son retour, 150$ lui ont été coupés sur sa prestation de 940$. 

 Il aurait pu perdre son appartement s’il n’avait pas eu un propriétaire compréhensif qui est lui-même déjà passé par l'aide sociale, dit-il. 

 À la base, cette règle est «discriminatoire», dénonce-t-il. Mais en plus, «les fonctionnaires ne savent pas comment l’appliquer.» 

 Mission anti-solitude 

 Cette règle l’empêche aussi de réaliser pleinement la mission qu’il se donne de combattre la solitude. Depuis une dizaine d’années, il distribue des câlins gratuits à bord de trains qui voyagent à travers le Canada et les États-Unis, un rôle pour lequel il a même fait l’objet de divers reportages dans les médias. 

 «C’est ma façon de contribuer à la société.» Il avoue lui-même souffrir de solitude, ses possibilités de se «ressourcer» en famille étant limitées. «La solitude, c’est une épidémie, un gros problème de santé publique», rappelle-t-il. 

 Avant l’entrée en vigueur de la règle en 2015, il pouvait participer au «train des câlins» pendant six semaines grâce à ses amis, qui se cotisaient pour financer la mission. 

 Cette règle vient donc induire «encore plus d’isolement qu’avant [...]. C’est lourd. C’est pesant», a-t-il conclu devant la juge administrative. 

 Moins restrictif ailleurs 

 Pendant ce temps, des provinces comme l’Alberta et le Nouveau-Brunswick n’imposent aucune limite de temps de voyage à leurs prestataires d’aide sociale. Une telle limite n’existe pas non plus au Québec pour les prestataires qui ont subi un accident du travail ou de la route, indiquent les organismes. 

 Le ministère du Travail et de la Solidarité sociale n’a pas souhaité commenter, notamment parce que la cause est devant les tribunaux.  

 ►Les audiences se poursuivent aujourd’hui à Montréal.

Themes
ICO