Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Allons au dialogue pour avoir de bonnes élections !

(Par le Prof. Gaston Dyndo Zabondo)

Il y a une tendance machiavélique au sein de la classe politique congolaise qui oppose le dialogue politique aux élections. Personne ne peut nier que la situation pré-électorale dans notre pays est caractérisée par plusieurs conflits: conflit armé à l’Est du pays avec M23, la terreur semée par le phénomène Mobondo dans certaines provinces de l’Ouest; conflit politique couronné par les répressions des manifestations de l’opposition, les arrestations arbitraires et  l’assassinat d’un opposant politique; la crise financière qui empêche le Gouvernement de financer à temps et efficacement l’organisation des élections; le processus électoral dont le manque de transparence et d’exclusivité est dénoncé par plusieurs observateurs tant nationaux qu’ internationaux. Tout cela montre suffisamment que dans un tel contexte, il sera impossible d’avoir une campagne électorale  sécurisée et les élections apaisées. Le danger qui menace notre pays en organisant les élections dans ce contexte de crise généralisée et de conflit est tellement perceptible qu’il ne peut laisser indifférent tout vrai patriote. Ceux qui se préparent à aller aux élections coûte que coûte dans ce climat n’écoutent pas la voix de la raison. Ils ressemblent aux gens qui fourbissent  leurs haches, machettes, couteaux et autres armes pour aller s’affronter, en découdrent les uns avec les autres, et après reviendront pour  dialoguer, après avoir semé la désolation dans la nation toute entière. Cet instinct animal de vouloir se battre au lieu d’éviter, à travers les discussions, les conséquences de la bagarre, ne devrait pas dominer sur la raison humaine qui nous montre que la voie du dialogue est la seule voie juste à emprunter pour éviter la destruction de la communauté.

Chers compatriotes, nous devons refuser  d’être embarqués dans la  voie qui sert les intérêts égoïstes de certaines personnes qui veulent profiter de la situation chaotique pour en tirer profit au détriment du bien-être de toute la population.

Le dialogue est la seule voie de résolution des conflits. On ne devrait pas attendre que l’on se batte d’abord, que l’on cause des dégâts qui risquent d’être irréparables, avant de dialoguer. Arrêtons de fonctionner comme des moutons de panurge qui vont quand même tous tomber dans l’abîme  bien qu’ils le voient. Le danger que court notre nation est évident. Nous risquons même de ne plus être un nation après les troubles post-électoraux.  Est-ce cela que nous voulons? Est-ce que le chef de l’État, garant de la paix et de l’unité nationale, ne voit-il pas ce danger venir? Les leaders de l’Union sacrée, de l’Opposition politique et de la société civile ne voient-Ils pas eux-aussi ce danger venir?

Quant à moi, je ne cesserai de tirer la sonnette d’alarme et d’appeler la population de manifester notre inquiétude d’aller aux élections chaotiques ainsi que notre souhait de voir la classe politique et la société civile dialoguer dans le but d’organiser les élections inclusives, transparentes, justes et apaisées.