Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Catherine Kathungu soutient le concept « miziki lolenge mosusu » et interpelle les artistes

Catherine Kathungu, ministre de la Culture, arts et patrimoines et Ray Lema, un des grands de la Rumba congolaise

Malgré sa consécration sur la liste des patrimoines immatériels et culturels de l’humanité, la Rumba congolaise connait une indécence criante dans ses textes et paroles chantées. Nombreux observateurs dans la société déplorent l’obscénité dans les œuvres musicales qui sont proposées par les pratiquants de cette musique. Face à cette situation, Jean Goubal Kalala et tant d’autres vedettes authentiques de la Rumba s’engagent à promouvoir l’éthique à travers leurs créations artistiques.

C’est dans cette optique qu’ils ont créé un concept dénommé « Miziki lolenge mususu ». Très respectueux, ces artistes incarnent des valeurs morales et probités dans la société. Ils pensent réellement que la Rumba congolaise a non seulement la mission de divertir mais aussi de contribuer au changement de mentalité d’un peuple. 

A la fois technique, pratique et philosophique, ce concept a rencontré la vision du gouvernement congolais, qui souhaite, par la culture, la transformation et l’épanouissement le plus exquis de l’Homme congolais.

C’est dans ce contexte que la Ministre de la culture, arts et patrimoines, Catherine Kathungu a défendu bec et ongle le projet « Miziki Lolenge Mosusu », au cours d’une conférence de presse animée le week-end dernier, au Musée national de la République Démocratique du Congo, à Kinshasa.

 « Miziki lolenge Mususu est une grande originalité culturelle congolaise que nous avons immédiatement adoptée et soutenue, car elle rentre dans la ligne droite de la feuille de route du gouvernement au 15ème pilier dans ses axes 61 et 62. C’est la nouvelle philosophie de concevoir les paroles des chansons, les textes. En soutenant « Miziki Lolenge Mosusu », mon ministère remplit son devoir de collaborer avec les artistes, ainsi que les culturels privés pour la promotion de la culture Éthique Nationale qui figure à l’alinéa 337 de l’axe 52 du gouvernement », a déclaré la Ministre de tutelle.

Faire de l’art autrement !

Pour elle, la pratique de ce nouveau concept permet aux artistes de donner une expression plus garnie et une vitrine mieux fournie de la créativité musicale congolaise.

Ainsi, cette philosophie doit être appliquée dans toutes les disciplines artistiques en RDC. « Nous devons penser et créer autrement dans la sculpture, la littérature, la danse, la mode, la poésie, la peinture, le cinéma et dans la culinaire afin d’avoir une culture aérée, pure et scientifique », a-t-elle martelé. 

En ce qui concerne la musique qui est une discipline de masse, la Ministre de la culture, arts et patrimoine, préconise la perfection des textes et paroles.

Elle a appelé les artistes au respect des normes et à la protection des mœurs, selon le critère scientifique et des enjeux sociétaux. 

« Il faut nécessairement une autre façon de faire de la musique en mettant un point d’orgue sur l’éthique dans l’art et le respect des mœurs dans les créations artistiques. Il faut une nouvelle façon de composer en ajoutant la science sur nos talents naturels et connaissances empiriques. Nos arts, nos mœurs et notre culture font partie de notre identité et de nos valeurs. Ils font partie de notre richesse patrimoniale à préserver », a signifié Catherine Kathungu. 

Pour joindre l’utile à l’agréable, le concept vise également à couronner les diverses distinctions musicales observées au fil de nombreuses années à travers une abondante créativité des œuvres musicales qui font ensemble la grandeur de RDC.

L’un des pionniers et polyvalents à faire la musique avec ses recherches sublimes et doyen dans l’art, Ray Lema sera honoré au cours d’une soirée de gala, ce 26 mai au Salon Congo du Pullman Hôtel, dans le cadre du lancement la 1ère édition de « Miziki Lolenge Mosusu ». Cet événement va réunir des artistes, des culturels et célébrités musicales venus de partout.

Jordache Diala