Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Kinshasa : LA VOICI attire l’attention de la CENI sur quelques aspects importants

La voie citoyenne, LA VOICI, une plate-forme de la Société civile, a présenté son rapport d’observation sur l’identification et enrôlement des électeurs effectué à Kinshasa entre le 24 décembre 2022 au 17 février 2023. Il s’agit d’un rapport qui décrie notamment, le manque d’éthique professionnelle dans le chef de certains agents et de l’hospitalité des policiers au niveau des centres d’inscription. La cérémonie s’est déroulée le vendredi 16 juin 2023 dans la salle de conférence de la commission nationale des droits de l’homme, CNDH,  dans la commune de la Gombe, en présence René Kabala, directeur de cabinet de l’observatoire national de droit de l’homme.

Dieu-merci  Batsino Ekole, président national de la plate-forme, a tout d’abord  laissé entendre que la présentation de ce rapport n’est pas une manière de critiquer la CENI. ‘’Ici, nous ne venons pas critiquer ou jeter les pierres à la CENI. Mais, juste présenter le travail effectué par les observateurs tout en formulant des recommandations’’, a-t-il rassuré.

A cet effet, le président a affirmé que les observateurs ont rencontré plusieurs problèmes  au niveau des centres d’inscription.  Il s’agit de problèmes liés au manque d’éthique professionnelle pour certains agents et de l’hospitalité chez certains policiers des centres, le favoritisme surtout au moment de l’enrôlement de certains élus ou futur candidat, une situation qui a toujours créé d’incident ou des désordres…, a-t-il  confirmé.

Pour lui, la CENI doit organiser des activités de renforcement des capacités sur l’éthique professionnelle et de l’hospitalité pour ceux qui sont affectés dans des centres d’inscription. Et au niveau de la police, le renforcement des capacités pour une police professionnelle et hospitalière dans des centres d’inscription. En ce qui concerne l’enrôlement en-soi, la structure propose la création d’une loi exclusive pour l’identification et l’enrôlement  des électeurs avec des sanctions, en cas de violation. Mais, aussi, la nécessité d’ajouter quelques éléments de la police dans chaque centre pour équilibrer la sécurisation des opérations électorales dans les centres d’inscription et des bureaux de vote ainsi qu’aux antennes de la CENI.

Il a, par ailleurs, renseigné que la voie citoyenne avait réussi à obtenir  de la CENI l’accréditation de 184 observateurs.  Mais, par manque de partenaires d’appuis et des moyens,  elle n’a déployé que 40 observateurs dont 18 femmes et 22 hommes.

Le président  a de tout de même affirmé que le travail qui reste à faire est celle de l’organisation des activités de renforcement de capacités des observateurs électoraux , en vue  de l’observation des dépôts et traitement des candidatures des députés nationaux  qui vont bientôt débuter mais aussi les dépôts des candidatures des députés provinciaux en août et présidentielle en septembre.

Il a rappelé que la Voie Citoyenne est une organisation de la société civile qui est toujours proche de la population, engagée à observer  les élections qui se déclarent crédibles,  inclusives, apaisées, fiables. Donc, pour arriver à obtenir ce genre d’élection, il faut que la société civile soit aussi représentée par les observateurs électoraux reconnus par la CENI, a précisé  Dieu-merci  Batsino.

Du côté de René Kabala, directeur de cabinet de l’observatoire national de droit de l’homme, on a estimé que ce rapport est très important et sa présentation était une activité très importante.

Car, d’après lui, l’observation d’une élection détermine même le degré de transparence et d’intégrité. ‘Nous devons avoir beaucoup d’ONG de la société civile qui s’intéresse à l’observation du processus électoral en cours’’, a lancé  le directeur de cabinet. 

Pour lui, c’est de cette manière ‘’que le pays pourra avoir un processus électoral apaisé et qu’il n’y aura pas des violences après la publication des résultats parce que nous serons nous même témoins de ce qui s’est passé avant, pendant et après le processus électoral’’.

Car, ‘’ces recommandations vont nous permettre d’améliorer  les autres étapes notamment, les dépôts de candidatures, le scrutin lui-même et d’autres étapes  pour avoir un processus légitimé,  transparent et crédible, a-t-il renchéri.

Nelly Somba