Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Kinshasa : le droit à la santé et éthique au numérique prêchés aux enfants vivant avec handicap

Activiste de droit des personnes vivant avec handicap, Annie Ngoy, présidente de l’Association congolaise pour la libération et le développement de la maman handicapée, ALCODEMHA, a organisé une conférence le samedi 24 juin 2023 au centre de rééducation pour handicapés physiques avec comme thème : ‘’Le droit de l’enfant dans un environnement numérique’’. Dans cette conférence, les enfants handicapés ont été sensibilisés au bon usage de nouvelles technologies de l’information et de la communication et informés sur le droit à la santé.

Toujours au chevet des enfants en situation d’handicap, Mme Annie Ngoy milite pour que ceux-ci ne se sentent pas complexés parmi les enfants qui n’ont pas des déformations physiques. Deux interventions ont balayé cette rencontre. La première a tourné autour de ‘’Droit de l’enfant handicapé à la santé’’. Dans son intervention, Valentin Tshitenge, activiste de droit des personnes handicapées a cité quelques articles sur le droit d’accès de l’enfant à la santé. «L’Etat a ratifié beaucoup d’instruments juridiques qui promettent et proposent de droit à la santé de l’enfant. A titre d’exemple, la convention des Nations Unies sur le droit de l’enfant, en son article 25, fait allusion à la gratuité des soins de santé pour l’enfant handicapé et au soin à coût réduit. Il y a, aussi, au pays, dans le cadre règlementaire national dans la Constitution de la RDC, l’article 47 qui parle du droit à la santé et alimentation garantit et ceci pour toute catégorie des personnes.

Francky Miantuala, conseiller technique d’ALCODEMHA  a exposé sur la problématique de l’accès des enfants handicapés à l’éducation et a relevé quatre défis majeurs qu’éprouvent les enfants handicapés pour accéder à l’éducation et les a appelés au bon usage du numérique. «Quatre obstacles  limitent l’enfant handicapé notamment, l’accès à l’éducation ; l’inaccessibilité géographique, insuffisance des moyens financiers par les parents, insuffisance des enseignants formés pour l’encadrement et la formation des enfants handicapés, persistance des perceptions négatives à l’égard de l’enfant handicapé», a-t-il expliqué.

Pour finir, il a conseillé les enfants à l’utilisation responsable des outils numériques. «Veillez à l’utilisation responsable du numérique, il ne doit pas être utilisé inutilement mais pour l’éducation», a martelé Franky Miantuala.

Michel Onoseke