Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Kinshasa : Patrick Onoya lance officiellement la société coopérative agricole des étudiants de l’UNIKIN

Avec le concours du collège des délégués facultaires et la coordination estudiantine de l’Université de Kinshasa, Patrick Onoya, stratège en investissement et lobbyiste a procédé hier, mercredi 19 juillet 2023, au lancement du projet de coopérative agricole des étudiants de cette Alma Mater. Un projet qui se veut une  solution durable pour une autosuffisance alimentaire et qui va impliquer particulièrement les étudiants  congolais, intellectuels et futurs cadres du pays.

L’initiateur du projet, le professeur Onoya, a indiqué que l’idée d’impliquer les étudiants dans cette coopérative n’est pas un simple fait du hasard. Il a indiqué que c’est une façon de laver la mauvaise image de l’intellectuel congolais qui, selon lui, est resté longtemps inactif, sans songer à proposer des solutions plus efficaces pour résoudre le problème de la faim que connait la RDC depuis des années. C’est aussi, a-t-il ajouté, un moyen d’initier les étudiants, jeunes soient-ils la plupart, à intérioriser la notion de l’agriculture, bref du recours à la terre dans leurs têtes, gage de  l’autosuffisance alimentaire et pour une économie constante.

Cette initiative fait suite au constat amer qu’il a fait depuis un bon temps, sur base des statistiques du PAM, Programme alimentaire mondial, qui déclare que près d’un tiers de la population congolaise manque de quoi manger, soit plus de 27 millions des congolais.

« A l’égide du collège des délégués facultaires, associés à la coordination des étudiants, cet événement vient marquer un tournant décisif ici à l’université de Kinshasa particulièrement à l’intellectuel congolais de l’engagement de la jeunesse à pourvoir s’impliquer dans ce qui est la préoccupation majeure des congolais. Parce que, le programme alimentaire mondial a établi que plus de 27 millions des congolais, soit l’équivalent actuel, au moins ⅓ de la population souffre de la faim. Ce qui fait du problème alimentaire,  le sérieux problème de notre société » a-t-il expliqué

Et d’ajouter : « Ainsi, les étudiants de l’université de Kinshasa ont tenu à contribuer en trouvant des solutions à ce problème épineux, telle qu’est la nature de l’intellectuel. Voilà pourquoi, nous lançons en ce jour, avec le comité de l’encadrement des étudiants, le collège des délégués facultaires, la société coopérative des étudiants de l’université de Kinshasa, qui vise avant tout de développer la culture agricole au sein de l’intellectuel congolais, car les étudiants de l’université de Kinshasa ont mal digéré la crise du maïs, ont mal digéré la carence au niveau agricole, pendant que le pays a 80 millions d’hectares des terres arables et que nous devons aller quémander le maïs, ils ont dit non ».

Au-delà de l’UNIKIN

Dans sa peau de stratège en investissement, Patrick Onoya promet tout son soutien  et accompagnement au comité d’encadrement des étudiants de cette université. Mais aussi, il a affirmé que ce projet va déborder les frontières de l’UNIKIN pour d’autres Universités de la Ville-Province de Kinshasa. « Nous tenons à rappeler que l’université de Kinshasa est solidaire avec les autres universités, ceci dit que cette initiative des universitaires dans les projets qui touchent la société, commence  à l’université de Kinshasa, mais va se répandre prochainement dans les autres universités,  après avoir effectué un projet pilote ici à l’université de Kinshasa », a-t-il précisé.

Pour ce même projet, le recteur de l’Université, le professeur Jean-Marie Kayembe, a doté il y à peu à la société coopérative de 500 hectares, que l’université possède à N’djili Brasserie, qui constituent le premier palier de l’exécution du projet « 1 hectare pour un étudiant ».

Patrick Onoya précise qu’ils comptent  travailler sur base d’un effet de levier, c’est-à-dire que lui, en tant que consultant en investissement, va soutenir ce projet, parce que « lorsque qu’on possède 1% de l’argent dont on a besoin, à travers la finance internationale, on peut obtenir le 100% dont nous avons besoin. Donc, partant du fait que les étudiants vont mettre des placements, nous allons lever le nécessaire à travers la finance internationale, en utilisant nos réseaux pour permettre à ce que le projet soit considérable, à la hauteur et à la grandeur de l’université de Kinshasa ».

Appel au soutient et à l’appropriation !

La Présidente des étudiants de l’UNIKIN, Charol Rose Kapinga a signifié que sa présence à ce colloque est de soutenir le collège des délégués facultaires qui est un organe au sein de la coordination estudiantine à ce grand projet qui permet à l’étudiant de changer de paradigme. « Qu’on quitte l’étape où les jeunes se plaignent de ce qui se passe, observent en considérant qu’ils ne sont pas acteurs, et on change de paradigme dans le cas où l’étudiant décide de se lever et de pouvoir agir pour pouvoir résoudre les différents problèmes notamment le problème de famine intense auquel fait face notre pays.

« Alors la communauté estudiantine de l’université de Kinshasa dans sa globalité accueille avec vivacité et beaucoup d’enthousiasme ce projet. Je tiens à inviter tout les étudiants de l’université de Kinshasa et même ceux des autres institutions supérieures et universitaires, à pourvoir s’enregistrer dans cette société coopérative pour qu’ensemble nous créons une dynamique qui va impulser le changement et que nous puissions entreprendre, et surtout développer notre pays par nous-mêmes», a indiqué la coordonnatrice des étudiants de l’UNIKIN.

Fidel Songo