Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

La mort tragique de Mzee Kabila : un cauchemar interminable dans la vie de certains congolais

L’assassinat de l’ancien président de la RDC Laurent-Désiré Kabila a laissé beaucoup de questions sans réponses, des victimes sans justice, et beaucoup d’exilés presque ou sans espoir de retourner un jour dans leur cher et beau pays. Les vingt années du régime de Joseph Kabila n’ont pas réussi à élucider la question, ni à terminer la matière.

L’avènement de l’accession du Président actuel Félix-Antoine Tshisekedi à la Magistrature suprême a fait naître quelques espoirs chez les détenus encore en vie alors que certains n’ont pas pu tenir.

C’est le cas du Capitaine Jean Jacques Kakwata décédé en 2006, de Baby Mbumba en 2009, du Colonel Kunda en 2011, du Général Yav Nawej en 2013, du Colonel Mayebe en 2017 et de John Bompengo 2019…

A la suite de multiplication des procès qui ont eu lieu à ce sujet, des voix se sont élevées pour dénoncer le manque de clarté et de justice à l’égards des collaborateurs directs et indirects de Laurent-Désiré Kabila. 

L’amnistie accordée par le Président Félix Tshisekedi était une mesure visant à promouvoir la réconciliation et à favoriser l’unité nationale.

Il est, cependant, surprenant d’apprendre jusqu’à nos jours que certaines personnes soupçonnées dans le complot mentionné sont toujours en détention, malgré l’amnistie accordée, information confirmée par une des sources crédibles.

Les exilés dans cette affaire de crime au sommet de l’Etat comme Sylva Fiama, Justin Mirindi, Huguette Yav, George Yenga, Nelly Twite et tant d’autres éparpillés dans le monde, sont tous unanimes dans leurs réponses lorsqu’ils sont contactés pour avoir leurs avis sur un probable retour au pays : « rien ne garantit notre sécurité », répondent-ils.

Cette inquiétude d’autant plus justifiée est confirmé par l’Ordonnance qui a accordé la grâce présidentielle à toutes les personnes condamnées dans le cadre du procès pour le meurtre de Laurent-Désiré Kabila et dont le Colonel Eddy Kapend en fut bénéficiaire.

En effet, les mesures de cette ordonnance ne se sont pas appliquées aux « fugitifs » et aux détenus condamnés pour crime contre l’humanité, corruption, détournement des deniers publics et violence sexuelle, renseigne le journal Jeune Afrique, dans sa publication du 1er Janvier 2021. 

Il faudra donc moins s’attendre à voir cette affaire mise aux oubliettes car, le mystère autour est encore énorme.

Le malheur pour bien des victimes est d’avoir été dans le cercle rapproché de Mzee.

La Pros.