Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Littérature : la guerre de Kolwezi revue 45 ans après via une pièce de théâtre signée Cheikh Fita Dibwe

45 ans après,  jour pour jour, les traces  de la guerre qui éclata, durant six jours, à Kolwezi, dans l’actuelle province du Lualaba, précisément du Samedi 13 au jeudi 18 mai 1978, restent encore visibles dans la plupart des rues de la ville sus-indiquée.  Le dramaturge et metteur en scène congolais, Cheikh Fita Dibwe, congolais résidant en en Belgique, a immortalisé cette histoire à travers sa pièce de théâtre intitulée ‘’MOINS HOMME’’.

‘’MOINS HOMME’’ est un ouvrage dramaturgique de 129 pages, paru aux éditions Collections Théâtre, à travers les tableaux duquel son auteur est en train de commémorer les douloureux moments de la guerre ci-haut évoquée et qu’il a, lui-même, vécue au moment où il avait 24 ans d’âge, à dater de sa naissance intervenue en 1954 à Shinkolobwe, toujours dans le Lualaba.

La pièce a pour toile de fonds une histoire vraie connue de tout historien qui s’y connait en la matière, à savoir, la Guerre de Kolwezi. Une histoire dont la littérarité, l’auteur l’a voulue fonction d’une dose d’imagination qui met en scène un couple belgo-congolais que la guerre a surpris enfermé dans leur salon conjugal, avec leur enfant et leur domestique. 

 « Vendredi 12 mai 1978, peu avant minuit, Alain Suarez arrive chez son frère Georges à Kolwezi, ville minière du Shaba en République Démocratique du Congo, alors  Zaïre. Georges a épousé Claudine, une zaïroise avec qui il a eu trois enfants. Le lendemain matin, une guerre éclate, la ville est envahie par des rebelles. Avec Serge, leur fils aîné, et Ilunga, leur domestique, ils resteront ainsi enfermés à cinq, durant six jours, sans nourriture, sans eau, sans courant, sans informations, sous les bombardements et les crépitements des balles’’, lit-on sur le résumé de l’histoire.

45 ans après, jour pour jour, soit vendredi 12 mai 2023,  l’ouvrage a été porté sur ‘’les fonts baptismaux’’ de la bibliothèque du Centre Wallonie Bruxelles, par le professeur Itenge de l’Université Hokkaido du Japon. C’était en présence du Ministre provincial du Lualaba en charge de la culture, Paulin Kalau Kapend, et sous la facilitation de Richard Ali, Directeur de la bibliothèque hôte.

Dans la même succession des choses, le samedi matin de l’éclatement de la guerre qui a fait immédiatement suite à la nuit du vendredi 12 mai 1978, a correspondu, 45 ans après, à celui d’il y a deux jours. Il s’agit donc du samedi 13 mai 2023, date que Cheikh Fita Dibwe a soigneusement  mise à profit pour commémorer ces tristes moments via une représentation théâtrale, justement tirée de son livre souvenir MOINS HOMME. La représentation a eu lieu dans la salle haute de l’immeuble ADONIQUE à Gombe, non loin de la place des Evolués, devant un public V.I.P. constitué de plusieurs têtes pensantes. On a noté parmi ces dernières, à tout seigneur, tout honneur, Paulin Kalau Kapend, Ministre lualabais de la Culture ci-haut évoqué ; monsieur Tshimwang, son collègue en charge du tourisme ; Jean-Pierre Lisanga Bosanga, ex-ministre national des Relations avec le Parlement ; monsieur Corneille Mulumba, homme politique et co-fondateur de l’UDPS, Marcel Ngoyi, Editeur du quotidien La Prospérité, Edith Meta Mwa Mbuyi, présentatrice de journal à la RTNC doublée d’Editrice du journal Elaeis Hebdo ; Carl Kalire, critique littéraire fraichement venu de Kolwezi pour le besoin de la cause, et la liste n’est pas exhaustive.

Dans sa prise de parole intervenue après la scène, l’homme en charge de la culture du Lualaba a eu des mots bien placés pour proposer la représentation très prochaine de cette pièce à Kolwezi, lieu de la survenance de ces tristes événements, afin de donner au livre qui les porte son goût du terroir.

D’ici là, la  commémoration continue jusqu’au 20 mai, dans la salle haute d’ADONIQUE  CENTER via exposition, échanges et rencontre avec l’auteur qui s’entretiendra à tour de rôle avec, entre autres, le gouvernement du Lualaba, le cabinet du Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, celui du Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, la diaspora congolaise, et la liste n’est pas exhaustive.

A en croire les témoignages, MOINS HOMME est lauréat du prix Théâtre Interafricain de la Radio France Internationale.

Après sa création à Kolwezi en 1979, la pièce a été jouée plusieurs fois dans plusieurs villes du Katanga par le théâtre ORGAN, puis à Kinshasa, en 83, par le théâtre africain des MUSES, en direct à la télévision nationale, juste après le journal du soir.

Saint-Germain Ebengo