Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Ni intrusion, ni interférence intempestive, Chérubin Okende : André-Alain Atundu exige qu’on laisse   la vérité s’exprimer à son rythme !

Chérubin Okende (Photos d’archives)

Ambassadeur André-Alain Atundu Liongo (Photo d’archives)

*’’Pour honorer sa mémoire de Chrétien de grande foi, laissons la vérité s’exprimer à son rythme sans intrusion, ni   interférence intempestive. Car, la mort de Chérubin est une preuve que l’homme est intrinsèquement inintelligible tant grande est sa capacité à faire le bien suprême ou le mal absolu sans raison apparente’’, écrit, dans un message profond, André-Alain Atundu Liongo, Ambassadeur de son état et en tant  l’une des personnalités politiques congolaises  mieux connues pour ses analyses acérées,  sa verve oratoire,  sa capacité à traverser  les âges, depuis sa tendre enfance jusqu’à ce jour, et, surtout, sa ferveur transcendantale    dans la recherche effrénée de  la consolidation de la démocratie pluraliste  et de  la transformation inexorable   des mentalités en vue du développement  en RD. Congo.  

En chrétien pratiquant, tout en présentant ses adieux, il recommande à Chérubin Okende Senga, là où il est maintenant de saisir son destin divin.

’’De là où tu te trouves, nos préoccupations et agitations semblent bien terre à terre. Mais, si ton destin divin est glorieux, absurde et peu enviable est ton sort sur terre’’, soutient-il, dans ce même message.

’’Adieu Chérubin, que les anges te conduisent au Paradis et qu’à ta venue, les martyrs te reçoivent pour participer à la félicité éternelle aux côtés du Père !’’, conclut-il, tout en rappelant ici, tout au long de son message, le mystère du   pardon divin qui, lui, ne devrait donc pas, normalement, empêcher à César, quelques soient les raisons et les circonstances, de construire un monde harmonieux par la recherche de la vérité et de la justice.

Marcel Ngoyi 

Le destin divin de Chérubin

Lorsque j’ai appris la nouvelle de l’odieux assassinat du Député Chérubin Okende, chrétien pratiquant, je me suis retourné vers Dieu pour l’interpeller ainsi : Seigneur, pourquoi, comme pour le fils d’Abraham voué au sacrifice, vous n’avez pas suspendu la main de l’Assassin au moment du sacrifice suprême ?

Cette apostrophe raisonna dans mon fort intérieur comme une interpellation personnelle de ma foi chrétienne face à l’absurdité de cet acte.

Alors j’entendis une voix intérieure qui me parlait : jusqu’à quand comprendras-tu que la gloire divine passe par la passion sur terre ? – telle est ma souveraine volonté.

Mais, Seigneur, alors dois-je pardonner ou me venger ?

Se venger n’est-ce pas la réaction du faible, inspiré par le Malin pour détruire le monde, tandis que pardonner est la caractéristique d’un être fort et d’une foi inébranlée    au Seigneur pour la construction harmonieuse du monde.

Seule cette foi est capable de nous amener pour accéder à la vertu divine du pardon.

Me vint alors la double image du Pape Jean-Paul II en conversation avec son assassin dans sa cellule et sortant de la prison sans celui-ci.

Le pardon divin ne devrait donc pas empêcher à César de construire un monde harmonieux par la recherche de la vérité et de la justice.

De là où tu te trouves, nos préoccupations et agitations semblent bien terre à terre.

Mais, si ton destin divin est glorieux, absurde et peu enviable est ton sort sur terre.

Pour honorer sa mémoire de Chrétien de grande foi, laissons la vérité s’exprimer à son rythme sans intrusion et interférence intempestive. Car, la mort de Chérubin est une preuve que l’homme est intrinsèquement inintelligible tant grande est sa capacité à faire le bien suprême ou le mal absolu sans raison apparente.

Adieu Chérubin, que les anges te conduisent au Paradis et qu’à ta venue, les martyrs te reçoivent pour participer à la félicité éternelle aux côtés du Père !     

Fait à Kinshasa, le 25/07/2023

Ambassadeur André-Alain Atundu Liongo