Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Ouganda : Peter Kazadi participe à la conférence ministérielle de Kampala sur les solutions durables pour les refugies

Vice-premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité et Affaires Coutumières, M. Peter Kazadi, a participé, à Kampala, en Ouganda, à la conférence ministérielle sur les solutions durables pour les refugies. Dans son allocution, le VPM Peter Kazadi a rappelé que la République Démocratique du Congo, son Pays, accueille aussi sur son sol 522.333 réfugiés issus des pays voisins, principalement le Rwanda, la RCA, le Soudan du Sud, le Burundi…

Pour faire face à cette situation, le Gouvernement de la République Démocratique du Congo a signé des Accords Tripartites relatifs au rapatriement volontaire des réfugiés, une solution appropriée aux problèmes des réfugiés. Parlant du retour volontaire des réfugiés comme étant une solution durable à la problématique des déplacements forcés, il revient aujourd’hui, indique-t-il,  aux Etats membres de l’EAC, de l’IGAD, bien plus, à toute la Communauté Internationale, de conjuguer leurs efforts afin de s’attaquer aux causes profondes qui sont à la base des déplacements récurrents des populations, de proposer des solutions durables, gage d’une paix sociale et d’un développement de nos différents Etats. Ci-après, le Discours intégral de Peter Kazadi à cette importante conférence.

DISCOURS DE SON EXCELLENCE MONSIEUR LE VICE-PREMIER, MINISTRE DE L’INTERIEUR, SECURITE ET AFFAIRES COUTUMIERES DE LA REPUBLIQUE, MONSIEURPETER KAZADI KANKONDE, A L’OCCASION DE LA CONFERENCE MINISTERIELLE DE KAMPALA SUR LES SOLUTIONS DURABLES POUR LES REFUGIES.

Mesdames et Messieurs les Ministres membres de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est et de l’IGAD;

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs;

Mesdames et Messieurs les représentants des Organisations des nations unies; Distingués Participants à vos titres et qualités observés;

Avant d’entrer dans le vif de mon propos, permettez-moi de vous transmettre les salutations et les remerciements de Son Excellence Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO,

Président de la République Démocratique du Congo, Chef de l’Etat, au Gouvernement de la République de l’Ouganda et au peuple ougandais pour l’accueil accordé à des milliers des réfugiés congolais sur son territoire.

Du Haut de cette Tribune, je remercie vivement les Autorités Ougandaises pour l’accueil réservé à ma modeste personne et à toute la délégation qui m’accompagne.

Mes remerciements s’adressent également aux Organisateurs des présentes assises ô combien importante.

Mesdames et Messieurs les Ministres membres de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est et de l’IGAD;

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs;

Mesdames et Messieurs les représentants des Organisations des nations unies;

Distingués Participants;

Lors de son discours d’investiture à la magistrature suprême, le 24 janvier 2019, le Président de la République Démocratique du Congo, Chef de l’Etat, Monsieur Félix- Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO avait exprimé sa ferme volonté d’œuvrer pour un retour volontaire au pays de tous nos compatriotes refugiés, estimés à 1.151.414 personnes au 30 avril 2023.

Mesdames et Messieurs les Ministres membres de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est et de l’IGAD;

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs;

Mesdames et Messieurs les représentants des Organisations des nations unies;

Distingués Participants;

Il sied de relever, par cette occasion, que la République Démocratique du Congo, mon Pays, accueille aussi sur son sol 522.333 réfugiés issus des pays voisins, principalement le Rwanda, la RCA, le Soudan du Sud, le Burundi…

Pour faire face à cette situation, le Gouvernement de la République Démocratique du Congo a signé des Accords Tripartites relatifs au rapatriement volontaire des réfugiés, une solution appropriée aux problèmes des réfugiés.

Parlant du retour volontaire des réfugiés comme étant une solution durable à la problématique des déplacements forcés, li revient aujourd’hui aux Etats membres de l’EAC, de l’IGAD, bien plus, à toute la Communauté Internationale, de conjuguer leurs efforts afin de s’attaquer aux causes profondes qui sont à la base des déplacements récurrents des populations, de proposer des solutions durables, gage d’une paix sociale et d’un développement de nos différents Etats.

Mesdames et Messieurs les Ministres membres de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est et de l’IGAD;

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs;

Mesdames et Messieurs les représentants des Organisations des nations unies; Distingués Participants;

Dans mon intervention d’hier, j’ai relevé que l’insécurité provoquée par l’activisme des terroristes du M23 et d’autres groupes armés, soutenus par le Gouvernement du Rwanda, reste la principale cause de ces déplacements des populations congolaises à l’intérieur comme à l’extérieur du territoire national.

Les violences perpétrées par ces criminels contre des paisibles populations n’ont pour motif que la prédation des ressources minières de la RDC, et pourtant le Président de la République Démocratique du Congo, Monsieur Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, par sa politique d’ouverture engagée à l’égard de nos voisins, donnait la possibilité d’une coopération franche et gagnant-gagnant.

Mesdames et Messieurs les Ministres membres de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est et de l’IGAD;

Excellences Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs;

Mesdames et Messieurs les représentants des Organisations des nations unies; Distingués Participants;

S’agissant des bonnes pratiques, la République Démocratique du Congo à une longue tradition d’accueil des réfugiés sur son territoire avant même son indépendance, avec les premiers afflux des réfugiés rwandais et angolais qui ont vécu paisiblement jusque, pour certains, à acquérir la nationalité congolaise et à s’intégrer socialement et économiquement.

Cette présence des réfugiés a conduit mon pays à mettre en place une politique d’inclusion, traduite par la loi n°021/2002 du 16 octobre 2002 portant statut des réfugiés en RDC, accordant l’accès à tous les droits hormis le droit politique : il s’agit de l’accès à l’éducation gratuite pour l’école primaire, aux soins médicaux, à l’emploi, à la liberté des mouvements, à l’octroi des documents de l’état civil dont notamment les actes de naissance ainsi que l’accès aux terres arables.

Quant aux engagements pris par mon Gouvernement lors du Forum Mondial sur les réfugiés, les mesures ci-après ont été mises en œuvre :

– La ratification de la Convention de Kampala relative à la protection des personnes déplacées internes, en février 2022;

– La simplification de la procédure de détermination du statut des réfugiés par la Commission Nationale des Réfugiés, structure gouvernementale placée sous ma tutelle, avec la reconnaissance de 63.456 réfugiés depuis 2019;

La réactivation des Accords Tripartites de la République du Congo, la République Centrafricaine, de la République du Rwanda, de la République Unie de la Tanzanie, de la République de l’Ouganda, de la République du Burundi, une lettre d’échange avec la République d’Afrique du Sud et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés.

Tout en saluant l’appui du HCR à la République Démocratique du Congo en rapport avec le rapatriement volontaire des réfugiés, li demeure impérieux que la Communauté Internationale accompagne les efforts de mon pays en termes d’investissements en faveur des réfugiés et des communautés hôtes.

Aussi, profitant de ces assises, le Gouvernement de la République Démocratique du Congo renouvelle son appel aux Etats membres de l’EAC de l’accompagner activement dans ses efforts de lutter contre tous les groupes terroristes qui écument l’Est de mon pays et dont les atrocités sont à la base des déplacements forcés de nos populations de leurs milieux d’origine.

Sans donc la paix, nos Etats ne seront en mesure de réunir des conditions nécessaires au retour volontaire des réfugiés et de promouvoir des solutions durables en faveur des personnes victimes de déplacements forcés.

Le culte de la violence qui a pris une place prépondérante dans la région doit être remplacé par le culte de la paix car sans nul doute, l’histoire n’a jamais primé une seule personne au monde pour avoir excellé dans la violence criminelle tout au long de son existence.

Que vive l’amitié entre les Etats membres de la Communauté de l’Afrique de l’Est et de l’IGAD.

Je vous remercie.

Fait à Kampala, le 16 juin 2023