Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Privé d’émoluments et avantages liés à ses fonctions de député national : Daniel Safu interdit d’accès à l’Assemblée nationale pour la prochaine session de septembre

On en sait un peu plus désormais sur la décision de la commission mise en place à l’Assemblée nationale en vue d’entendre l’honorable Daniel Safu pour des propos qualifiés d’incitation à la haine tribale. Le verdict est tombé hier jeudi 15 juin. Cet élu de Mont-Amba écope de l’interdiction de mettre ses pieds à l’Assemblée nationale à la prochaine session parlementaire. En plus, il sera privé de ses émoluments ainsi que des avantages liés à ses fonctions de député national.

En attendant, la chambre basse du Parlement a clôturé le même jeudi la session ordinaire de mars. Il restera, pour ce faire, seulement la session de septembre pour cette troisième législature de la 3ème République. Ce, avant les élections du 20 décembre. Comme pour dire que l’honorable Safu ne prendra plus part à la dernière session parlementaire du Parlement de ce quinquennat.

Pour rappel, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) a sanctionné Daniel Safu et Mukebayi, en les privant du droit de participer aux médias du pays pendant une période de 90 jours avant de recommander aux chambres parlementaires dont ils sont membres de prendre des mesures disciplinaires à leur encontre.

Lors de l’émission « Libre débat » du samedi 21 mai dernier, Daniel Safu avait appelé à une guerre civile contre les Baluba, les autres tribus du pays. Il a déclaré: « Nous avons 453 tribus au Congo, pensez-vous que les Luba vont battre les 452 autres tribus restantes (…) nos frères Luba, vous avez exagéré. Vous nous maltraitez en ville, vous nous insultez en disant que nous consommons du chanvre. Vous ne verrez jamais un ressortissant du Grand Équateur, du Bandundu nous insulter, ce sont les Luba qui le font. (…) Maintenant, nous allons nous unir contre vous et nous diriger vers une guerre civile, car ce pays n’est pas une nation luba. Nous appelons les Bangala, les Baswahili, les Bakongo et les Basuku à faire face aux Luba ».

Quant à Mike Mukebayi, il voit dans le leadership de Félix Tshisekedi une opportunité pour les Baluba de diviser le pays. Ces déclarations de Daniel Safu interviennent à un moment où un conflit intercommunautaire, débuté en juin 2022 dans le territoire de Kwamouth, province de Mai-Ndombe, oppose les Bateke et les Bayaka. Ce conflit est lié à un litige portant sur une redevance coutumière et l’accès à la terre. Les derniers chiffres publiés par Human Rights Watch font état de 300 morts.

Emma Muntu