Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Psychose à Bandalungwa : Un trafic d’organes humains s’opérerait-il à Kinshasa ?

Dans la matinée du 24 juillet 2023, un fait plutôt banal a pris des proportions étonnantes. Une jeep est entrée en légère collision avec une moto, suite à quoi les passagers de cette dernière sont tombés sur la chaussée. De la poche de l’un des passagers est alors tombé un sachet qui a laissé échapper du sang ; ce qui a alerté la population et, par la même occasion, les éléments de la Police Nationale Congolaise.

Sur le lieu de l’accident, des gouttes de sang tombées d’un sachet noir contenant un autre emballage de couleur beige qui contiendrait les organes vitaux d’un être humain.

«Ils étaient trois sur la moto : le motard et deux clients ; quand ils ont tombés suite à une légère collision avec une jeep, le rein qui était dans le sachet est tombé sur la chaussée ; et c’est là que les gens ont vu du sang et ont compris qu’il s’agissait d’un rein. Le premier passager s’est relevé et a pris la fuite ; on n’a arrêté que le deuxième passager qui est un homme et le motard. Tous ont été acheminés vers le sous-ciat qui se trouve sur l’avenue 8 décembre», raconte un autre motard qui a assisté à la scène.

Pour d’autres, il n’y a pas lieu de paniquer car il ne s’agit pas d’organes vitaux humains.

«Je connais l’homme qui a été arrêté, il s’agit d’un tenancier de Nganda-Ntaba  dans la commune de Kintambo ; il n’emmenait rien d’autre que les cœurs de porc à cuisiner pour ce soir», affirme un vendeur du coin.

Du coté de la police, pour l’heure, aucun commentaire n’a été livré à la presse et les agents sur place ont vite fait de disperser la foule des curieux qui, du reste, avaient provoqué par leur attroupement un embouteillage fou.

Cet événement vient raviver la peur provoquée par les enlèvements qui s’étaient intensifiés au mois de juin avant l’arrestation d’une trentaine de suspects et leur incarcération suite à un procès au début du mois en cours.

Si la police venait à confirmer qu’il s’agit bien là d’organes vitaux humains, cela viendrait alimenter la thèse d’un trafic d’organes s’opérant dans la ville de Kinshasa.

Déborah Nitu