Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

RDC : le cardinal Ambongo appelle à résister au désespoir

« Résister à la tentation du désespoir et se tenir main dans la main pour relever ensemble les nombreux défis auxquels fait face le pays ». C’est le message que le cardinal Fridolin Ambongo a adressé à ses compatriotes, à l’occasion de la commémoration du jour de l’indépendance de la RDC, le 30 juin. Dans un entretien accordé à Vatican News, l’archevêque de Kinshasa, en séjour à Rome, a notamment appelé les congolais à être solidaires.

A l’occasion de la commémoration des 63 ans d’indépendance de la République Démocratique du Congo (RDC) le 30 juin, le cardinal Fridolin Ambongo a adressé un message pastoral appelant à résister au désespoir et à ne pas céder au découragement. Alors que cette date l’a trouvé à Rome, où il participait à la réunion du Conseil des neuf cardinaux (C9), l’archevêque de Kinshasa avait écrit, sur son compte tweeter que «la situation difficile de l’heure ne devrait pas être une source du désespoir». Il a exhorté «les fils et les filles de ce beau pays à se tenir main dans la main pour relever ensemble les défis de l’unité et de la cohésion nationale, les défis de la paix et du développement durable». Étant absent du pays et ne pouvant pas offrir une eucharistie ensemble avec ses compatriotes, il a invité particulièrement ceux qui lui ont écrit à cette occasion à la prière et à la méditation, vues les situations que traverse le pays.

Une commémoration vécue dans la douleur

L’archevêque de Kinshasa a indiqué avoir constaté que cette commémoration de l’indépendance de la RDC a été vécue dans la douleur. Son message à cette occasion, a-t-il expliqué, a été motivé par le contexte sociopolitique et économique de son pays, qui «se résumerait en un seul mot: une misère insupportable pour le peuple congolais». Depuis 1960, année d’accession de son pays à l’indépendance, «l’impression générale» est que chaque année qui passe apporte son lot de misères et de souffrances, a-t-il déclaré avec peine. Les conditions de vie des congolais ne s’améliorent pas assez, le pays fait face à la guerre dans sa partie Est, causant des déplacements des populations et vidant des villages entiers. Le cardinal Ambongo, qui a visité il y a quelques semaines des camps des déplacés à Goma, dans la province du Nord-Kivu, a décrit une misère économique qui ne laisse pas indifférent. Il y avait accompagné le cardinal Luis Antonio Tagle, propréfet du Dicastère pour l’Évangélisation et envoyé du Pape dans cette ville où le Saint Père devait se rendre dans le cadre de son voyage apostolique.

Ne pas céder au découragement, malgré tous les problèmes

La misère économique et le climat politique délétère dans lesquels vit le peuple congolais peut porter au découragement. Dans cette situation, le rôle du pasteur est de soutenir l’espérance du peuple, a rappelé le cardinal Ambongo, tout en soulignant que les congolais sont un peuple qui croit profondément en Jésus-Christ, notre espérance. «Au-delà de tout ce qui se fait de triste, de révoltant dans le pays, le peuple doit garder sa flamme d’espérance allumée», particulièrement en une journée aussi paradigmatique que le 30 juin, «date de l’indépendance de notre pays», a-t-il insisté.

Se tenir main dans la main pour relever ensemble les défis de la RDC

Face aux nombreux défis auxquels fait face le pays, l’archevêque de Kinshasa a souligné l’importance d’être solidaires et de travailler en synergie. Il regrette que certains de ses compatriotes, dont certains responsables, «prennent un malin plaisir à diviser le peuple alors que le pays prend feu de tous côtés avec les groupes armés à l’Est, avec le mouvement M23… qui met en péril notre existence commune». Il a rappelé l’importance d’un bon partage lorsque l’on fait face à une situation de pénurie des biens et services pour tous. Malheureusement, constate-t-il, «un petit groupe de gens au pouvoir se taillent presque l’entièreté du gâteau et ne partagent pas avec les autres». Il condamne et dénonce ce manque de solidarité et de soutien mutuel.

S’engager dans le processus électoral pour espérer le changement

En parlant des élections, prévues en décembre 2023 dans son pays, le cardinal Ambongo a invité ses compatriotes à garder l’espoir que les choses pourront s’améliorer. L’Église catholique au Congo, à travers sa commission Justice et Paix, continue à organiser l’observation électorale, espérant qu’à travers cette observation électorale, elle pourra apporter sa contribution pour que les élections puissent se passer dans des conditions acceptables, a-t-il révélé. Les dernières élections, a-t-il déclaré, ont créé une certaine frustration dans la population, au point que certains se demandent si leur volonté sera prise en compte. Conscient de ce problème, le prélat congolais exhorte «à ne pas tomber dans la tentation du désespoir, car l’avenir dépend du peuple». Il a aussi invité les congolais à suivre l’avant-dernier message de la conférence épiscopale, au sortir de leur assemblée tenue à Lubumbashi, qui les appelait à la vigilance au regard de ce scrutin. L’Eglise, a-t-il assuré, s’attèle à l’éducation électorale, afin que la population puisse veiller à l’ensemble de ce processus et que les résultats qui seront proclamés soient conformes à la volonté du peuple exprimée dans les urnes.

Parlant des politiciens de son pays, le cardinal Ambongo a regretté un manque de «vision politique qui est essentiellement une vision éthique», et donc un idéal social pour le peuple. Avec plusieurs centaines de partis politiques en RDC, ces politiciens changent facilement de camp, pour rallier celui qui offre le plus d’avantage. Heureusement, dit l’archevêque de Kinshasa, il y a une minorité qui fait la différence et résiste à cette transhumance, qui croit en un idéal politique et qui est prêt à s’engager pour le plus grand bien du peuple.

Le Congo, un diamant que tous veulent avoir, en excluant les Congolais

A l’occasion de cette commémoration des 63 ans d’indépendance de la RDC, la situation sécuritaire préoccupante a été beaucoup soulignée, aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest du pays. Pour le cardinal Ambongo, au sujet de cet aspect, le problème de ce pays se situe actuellement à deux niveaux. Au niveau sous régional et international, le Congo est considéré, comme l’avait dit le Pape, comme «un diamant» que tout le monde veut, mais en excluant les Congolais eux-mêmes. Le prélat a pointé du doigt les multinationales occidentales, mais aussi chinoises et russes. Lors de sa visite pastorale dans ce pays du 31 janvier au 3 février, le Saint Père avait appelé à retirer les «mains» du Congo et de l’Afrique. Plutôt que commercer directement avec la RDC, ces puissances occidentales se servent malheureusement des pays voisins, regrette-t-il. Le cardinal Ambongo a mentionné, à titre d’exemple, le Rwanda, cité dans certains rapports de l’ONU comme agissant à l’Est de la RDC à travers le groupe armé M23 qui crée l’insécurité dans plusieurs zones de ce pays. Pour le prélat, c’est «dommage pour un pays qui a vécu les affres du génocide contre les Tutsis» d’agir de cette façon. Au niveau national, l’archevêque de Kinshasa invite ses compatriotes à la responsabilité, «car tout ce qui se fait dans la sous-région ne serait pas possible s’il n’y avait pas la coopération des Congolais eux-mêmes, en commençant par ceux qui sont au pouvoir».

Vatican News