Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Suspendu pour des raisons de contrôle et vérification , ARSP : le DG Miguel Kashal débloque le processus de la délivrance des attestations d’enregistrement d’une validité estimée à 3 ans

Le Directeur général de l’autorité de régulation de la sous-traitance dans le secteur privé, ARSP en sigle, l’Honorable Miguel Kashal Katemb annonce la reprise de la délivrance des attestations d’enregistrement des entreprises de sous-traitance. Et cette fois-ci, rassure le Directeur Général, cet enregistrement se déroulera de manière sécurisée avec une possibilité de vérification de l’identité des actionnaires au moment du renouvellement de l’attestation après l’expiration de sa validité.

Pour le directeur Général de l’ARSP, cette stratégie constitue également un moyen de lutter contre la fraude 

« Nous avions constaté que les autres associés s’organisaient pour évincer les congolais dans lesdites sociétés une fois qu’ils obtenaient les attestations. Les congolais ne leur servaient plus à rien et cela s’appelle de la fraude. C’est de l’exploitation ».

Et d’ajouter que désormais les permis d’exploitation ne seront valides que pour trois années :

«Nous nous sommes réorganisés en interne avec un système d’approbation très serré. Les trois ans nous permettent de faire une évaluation pour savoir si les mêmes associés continuent de détenir les mêmes parts sociales et aussi, combattre ce système de prête-nom. Le président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo vient de démystifier ce secteur de la sous-traitance qui était un circuit très fermé et aujourd’hui ouvert à tous les congolais de tous les niveaux et qui va permettre de développer la classe moyenne congolaise ».

Cette attestation délivrée par l’ARSP constitue une preuve de reconnaissance officielle de l’activité de sous-traitance et est exigée dans toutes les grandes entreprises de différents secteurs avant l’octroi d’un marché.

Il sied de noter que la stratégie actuelle mise en place par le DG de l’ARSP vaut tout son pesant d’or d’autant plus que plus de 90% des sociétés de sous-traitance étaient frappés par le phénomène prête-nom qui ne permet pas aux congolais de détenir les vrais capitaux dans les sociétés de sous-traitance, conformément à la Loi. 

Pour rappel, dès son entrée en fonction le 25 novembre 2022, le Directeur Général de l’ARSP Miguel Kashal Katemb avait suspendu momentanément la délivrance des attestations d’enregistrement des sous-traitants afin de mettre en place un système de protection des actionnaires Congolais contre leur éventuel remplacement par leurs partenaires étrangers.

LPM