Congo
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Unification des fils et filles de Bagata autour d’un leadership dynamique

Sa Majesté Dr Jean-Paul Moka Ngolo Mpati

*L’initiative de réunir les fils et filles de Bagata vient de Sa Majesté Dr Jean-Paul Moka Ngolo Mpati, en sa qualité de membre d’honneur de l’ANATC, qui s’est exprimé par un message audio dont voici la teneur. La création de ce groupe de réflexion appelé “Les cerveaux de la Cour“ répond au besoin de mettre ensemble quelques personnalités choisies en raison de leur parcours intellectuel et humain.

Ce groupe est appelé à produire des textes, des vidéos et des émissions adressées à notre peuple à travers divers canaux de diffusion. Le but est de peser sur la scène nationale congolaise, particulièrement sur le profil de nos futurs candidats dirigeants provinciaux et nationaux en cette période électorale présentant de nombreux défis. Le territoire de Bagata, largement négligé sur l’échiquier national, noyau du Royaume Bankiè, peut être considéré comme un laboratoire en vue cette œuvre. Cette initiative découle des préparatifs liés à la rencontre entre le Chef de l’Etat et les chefs coutumiers sélectionnés par l’ANATC (Alliance Nationale des Autorités Traditionnelles du Congo) du 21 au 23 aout 2023.

Il ressort des prises de différentes positions qu’il y a urgence d’unir les fils et filles de Bagata en vue des prochaines échéances. Étant donné le délai assez court pour espérer une bonne réussite d’une telle initiative, le Royaume Bankiè s’avère un cadre idéal susceptible de permettre une mobilisation rapide pour atteindre un tel objectif. Des actions concrètes peuvent être envisagées notamment la publication mensuelle dans la presse, la création du C.D.R.K., la revalorisation du sport pour les jeunes et la réhabilitation de la culture (folklore).

En plus de ces différentes propositions, nous lançons la création des cinq centres de santé concomitants dans un groupement pilote du royaume de Bankiè par les populations villageoises elles-mêmes. Ceci afin de les impliquer dans la dynamique en tant que premiers bénéficiaires légitimes, mais aussi en tant qu’acteurs de leur propre développement. En plus une action pareille aura des échos dans les autres groupements et pourra drainer la population vers un développement endogène véritable.

Le professeur Pini Pini, savant du Bandundu, partage la vision du royaume Bankiè, mais plus généralement celle de l’ethnie en lieu et place des subdivisions territoriales actuelles. Car contrairement à celles-ci (secteurs, territoires, provinces) qui n’ont aucune base culturelle et qui sont conflictogènes, l’ethnie présente de nombreux avantages soulevés ici plus haut dont le premier est l’unité territoriale avec des limites reconnues et respectées. Il propose donc que nous puissions envisager les actions futures vers ces entités ancestrales qui sont à taille humaine et plus objectivement gérables contrairement à celles qui ont été imposées par la colonisation et que nous perpétuons.

Ces entités coloniales, même décentralisées – et encore – sont source d’insurmontables difficultés elles sont dressées contre les populations et contre les entités ancestrales. Elles excluent d’office le village, considéré comme lieu de non vie, pourtant lieu de vie de nos populations. Je recommande donc que nous puissions revenir au bon sens et orientions le débat dans ce sens.

Le Doyen Honoré Mukoso y souscrit entièrement.

Il estime que ce groupe constitue un embryon capable de relever le défi du retard de plusieurs années sur plusieurs secteurs d’activités. Selon lui, ce groupe répond au besoin de la nature qui suscite toujours des visionnaires, meneurs d’hommes, dans chaque société ou groupe pour sa construction et transformation. Il propose la création d’un centre de développement rural au Kwilu/C.D.R.K. comme activité de ce groupe.

Enfin, le Dr Florent Gabati est sur la même longueur d’onde. Selon lui, la tâche de ce groupe est de redonner l’espérance à la population du territoire de Bagata. Il propose deux actions, l’union et les alliances. Leurs moyens sont la mobilisation citoyenne des fils et fille de Bagata déjà unis par une culture commune. Cette mobilisation concerne avant tout les jeunes à travers le sport dont le football

D’où, l’urgence des sponsors, des infrastructures et des équipements ; la réhabilitation de notre culture (folklore et anthropologie). Ces actions vont nous rendre plus forts et plus sûrs dans le contexte des échéances futures. L’union des fils et filles de Bagata sera un signal de renouveau envoyé aux futurs dirigeants du pays.