logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo logo
star Bookmark: Tag Tag Tag Tag Tag
Central African Republic
An article was changed on the original website

Centrafrique : Les FACA seront redéployées aux cotés des Casques bleus à Bangassou

PAR FLEURY AGOU LE 14 MARS 2018

BANGUI, 14 mars 2018 (RJDH)–Bangassou, Chef-lieu du Mbomou et les villes périphériques sont confrontées à la recrudescence de violence entre les groupes armés. Face aux brutalités dont sont victimes les populations civiles, des Députés du Mbomou et du Haut-Mbomou (Sud-Est) ont échangé le lundi 12 mars 2018 sur le retour de la sécurité avec le Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies, Parfait Onanga-Anyanga A l’issue de ces échanges il ressort que l’Armée Centrafricaine sera redéployée dans la région.

Le Sud–Est centrafricain connaît un regain de violence entre les groupes armés qui écument la République Centrafricaine. Bangassou, Chef-lieu de la préfecture du Mbomou qui est au centre des appétits des fractions rivales risquerait de s’embraser une seconde fois si aucune mesure n’est prise. Pour prévenir l’incendie susceptible de renaître, des Députés du Mbomou et du Haut-Mbomou ont été reçus par le Chef de la Minusca, Parfait Onanga-Anyanga. Après les échanges, promesse a été faite par le Représentant spécial que «Bangassou est et sera protégée», a rapporté le Député de Bangassou 1, Serge Singha Bengba dont ses propos ont été relayés sur le site de la Minusca.

Sur la question du redéploiement des Forces Armées Centrafricaines (FACA) en appui aux soldats onusiens dans leurs missions au Sud-Est, Parfait Onanga-Anyanga a répondu favorablement.  «Nous nous sommes rendus compte que toutes nos préoccupations ont été prises en compte par la MINUSCA qui nous a aussi garanti que, très prochainement, avec le concours du gouvernement, des FACA seront déployées aux cotés des Casques bleus», a soutenu le Député de Bangassou 1.

Même son de cloche du Commandant de la Force de la Minusca, le Général Balla Keita, qui a confirmé la déclaration du Député sur l’envoi de soldats centrafricains à Bangassou : «nous allons déployer des troupes nécessaires, en liaison avec les autorités centrafricaines. Les FACA sont en train de se préparer pour nous accompagner comme ils l’ont fait sur d’autres théâtres d’opérations comme Bocaranga ou encore Paoua».

Les FACA auront-elles les moyens de leurs actions ? « Déjà déployées à Paoua conjointement avec les soldats onusiens, les FACA y sont présentes. Sous embargo, l’ordre d’opération des FACA relève de la Minusca », a commenté une source militaire à Bangui.

A Bangassou, les Casques Bleus boudés et accusés d’abus sexuels

Présents dans le Mbomou et le Haut-Mbomou, les Casques bleus de l’Onu sont accusés par l’Evêque de Bangassou, Monseigneur Aguirre d’«abus sexuels» sur les femmes et les filles déplacées du séminaire de Bangassou en échange de  la nourriture pour leur survie. Le séminaire est situé à 100 mètres de la cathédrale et héberge environ 2000 musulmans.

Face à ces accusions qui ternissent son image, la Minusca a indiqué le 7 mars 2018 qu’elle a pris «très au sérieux les allégations d’abus sexuels commis par ses troupes». Cependant, elle a souligné «qu’aucun élément tangible ne permet d’étayer ces allégations» après investigation.

Depuis le 13 mai 2017, la ville de Bangassou où sont déployés les contingents gabonais et marocains  est contrôlée par les Anti-Balaka. Le Gabon a décidé de retirer son contingent. Le Maroc envisagerait d’évaluer les capacités de ses soldats en Centrafrique.

Dans cette même ville, les femmes ont récemment manifesté publiquement la semaine dernière leur mécontentement pour dénoncer la passivité de la Minusca quant à la protection des populations civiles.

Themes
ICO