Switzerland

France: Les vendanges 2020 sont historiquement précoces

Les viticulteurs français ont commencé à récolter le raisin avec deux à quatre semaines d’avance. Du jamais vu en raison de l’un des printemps les plus chauds du siècle.

Les vendanges ont débuté avec 18 jours d’avance à Espira-De-L’Agly, dans le sud de la France,

Les vendanges ont débuté avec 18 jours d’avance à Espira-De-L’Agly, dans le sud de la France,

AFP

Les caves à peine vidées des hectolitres de vin en excédent laissés par la crise sanitaire, les viticulteurs français s’apprêtent à les remplir de nouveau avec le raisin d’une récolte 2020 historiquement précoce, après l’un des printemps les plus chauds du siècle.

La précocité de la végétation oblige à avancer la date du début des vendanges de deux à quatre semaines. Le but: éviter d’obtenir des vins trop lourds en alcool, les fortes températures accélérant la concentration en sucre dans les grains de raisin.

En Bourgogne (centre-est), le domaine Fichet a ainsi sorti les sécateurs ce mercredi, près d’un mois plus tôt qu’en 2019. Dans le Bordelais (sud-ouest), la profession table sur une avance de 15 jours par rapport aux cinq dernières années: soit un démarrage autour du 20 août pour les blancs, et du 5 au 10 septembre pour les rouges. Idem en Champagne (nord-est), où les premiers coups de sécateur devraient être donnés vers le 20 août. Dans le Val de Loire (nord-ouest), l’avance est de dix jours en moyenne.

Trois semaines gagnées en 30 ans

«Le temps entre la floraison et la vendange raccourcit», note Emmanuel Mannoury, viticulteur dans l’Aube (est). «En dix ans, c’est la cinquième fois qu’on vendange en août (…) mais cette année, c’est la première fois que l’on terminera avant septembre!".

«En trente ans, on a gagné au minimum trois semaines sur le début des vendanges», résume pour l’AFP Thierry Fritsch, du conseil interprofessionnel des vins d’Alsace (CIVA). Chez lui, les vendangeurs commenceront leur travail le 24 ou 25 août. «Les épisodes caniculaires ne cessent de s’accélérer (…) peut-être que demain il faudra utiliser des panneaux photovoltaïques pour créer de l’énergie, irriguer nos vignes et les protéger», s’inquiète Bruno Peyre, directeur des ventes des vins bio JeanJean dans le Languedoc (sud).

Sauf orage dévastateur de dernière minute ou aggravation de la sécheresse des sols, la vendange en France, deuxième producteur mondial de vin derrière l’Italie et premier exportateur, est attendue en hausse de 6% à 8% en volume par rapport à l’an passé, selon les prévisions du ministère de l'Agriculture.

Contexte inédit

Le cru 2020 s’inscrit aussi dans un contexte sanitaire et commercial totalement inédit: la fermeture quasi simultanée des bars et restaurants dans le monde entier a engendré un manque à gagner de 1,5 milliard d'euros pour la filière, qui est le deuxième secteur d’exportation français derrière l’aéronautique.

En outre, les taxes imposées en octobre aux États-Unis, confirmées ce jeudi par Washington jusqu’en février, ont entraîné une baisse de 35% des importations américaines de vins français au premier semestre.

In extremis, grâce à 246 millions d'euros d’aide d’urgence accordée par Bruxelles et le budget français, les vignerons ont pu financer le stockage de certains crus ou transformer en éthanol ou en gel hydroalcoolique quelque 2,6 millions d’hectolitres de vin invendus. Ce qui libère de la place dans les caves.

Sur le plan social, ces vendanges sont aussi une première avec la gestion des gestes barrières pour préserver les salariés. «Cela demande une réorganisation, il faut faire attention aux distances, à la protection des gens, porter des masques, travailler en décalé», explique Jean-Daniel Hering, producteur de vins bio à Barr dans le Bas-Rhin (est).

Pas facile. Surtout que beaucoup de viticulteurs ayant recours aux travailleurs détachés se heurtent à la fermeture des frontières de l’Espagne, gros pourvoyeur de main-d’œuvre. Beaucoup se sont déjà tournés vers les machines à vendanger. En Provence (sud-est), elles assurent 80% de la récolte, et 90% dans le Bordelais.

AFP/NXP

Football news:

Dani Alves kommentierte den posten von Messi über den Abgang von Suarez: Es geht um Respekt, und Sie wissen es nicht
Man City will Benfica-Verteidiger Diaz Unterschreiben. Der Transfer wird auf 55 Millionen Euro geschätzt, der deal könnte von Manchester City kommen und mit Benfica über einen Transfer von Abwehrspieler Ruben Diaz verhandelt werden. Der englische Klub bietet im Rahmen des Vertrags von Nicolas Otamendi, und die Gesamtkosten des Transfers werden auf 55 Millionen Euro geschätzt, berichtet der Journalist Fabrizio Romano. Das gleiche Angebot hatte Manchester City für den Verteidiger des FC Sevilla, Jules Kunde, aber vor fünf Tagen abgelehnt
Morata holte Platz 9 bei Juventus Turin. Unter ihm spielte Higuain
Hazard und Asensio sind nicht in die Bewerbung von Real Madrid für das Spiel La Liga mit Betis
Barcelona verhandelt mit Manchester City über die Miete von Zinchenko für ein Jahr (Gianluigi Longari)
Suarez wurde medizinisch untersucht und unterzeichnete einen Vertrag mit Atlético
Alvaro Morata: Juventus ist jedes Jahr kurz davor, die Champions League zu gewinnen. Wir hoffen, dass es uns diesmal gelingt