Switzerland

Président du PDC déchaîné: Gerhard Pfister, la torpille PDC contre l’Union européenne

Depuis dimanche le président du PDC suisse dégomme à tout va l’accord institutionnel. Cela énerve à gauche et à droite.

Le président du PDC s’est montré très actif cette semaine pour casser du sucre sur l’accord institutionnel avec l’UE.

Gerhard Pfister

Le président du PDC s’est montré très actif cette semaine pour casser du sucre sur l’accord institutionnel avec l’UE.

keystone-sda.ch

Gerhard Pfister, le président du PDC, a l’allure d’un notable bourgeois. Pourtant depuis dimanche le conseiller national zougois a tombé la veste et il défouraille à tout va contre l’accord institutionnel que la Suisse a négocié mais pas signé avec l’Union européenne (UE).

Cela a commencé dimanche au soir après la défaite de l’UDC sur l’initiative contre la libre circulation des personnes avec l’UE. Dans la traditionnelle «ronde des éléphants», à savoir le débat des présidents des grands partis nationaux à la télévision alémanique, Gerhard Pfister se lâche. Quand on lui demande si l’accord institutionnel, qui doit encore être ratifié par le Conseil fédéral, est mort, il répond sarcastique: «A-t-il jamais été vivant?»

UDC suffoquée

Pfister enchaîne en énumérant les trois points qui posent problème (protection des salaires, extension sociale aux citoyens de l’UE et aides étatiques) mais, à la surprise générale, il en sort un quatrième: la Cour européenne de justice. On comprend qu’il remet en cause son rôle prépondérant dans l’accord.

Le président de l’UDC, Marco Chiesa, est suffoqué. «Vous avez toujours parlé de 3 points litigieux et maintenant vous en ajoutez un 4e». C’est douloureux pour l’UDC car le parti s’est toujours opposé à la Cour européenne de justice en en faisant une question de souveraineté pour la Suisse. Et voilà que Pfister, tel un coucou, s’installe dans son nid.

«Rôle toxique de la Cour européenne»

Lundi, Gerhard Pfister enfonce le clou dans le «Tages-Anzeiger». «Nous devons enfin parler du problème fondamental: la souveraineté. Le rôle de la Cour de justice européenne dans laccord-cadre est toxique. Il nest pas acceptable quune Cour européenne unilatérale décide des relations entre lUE et un non-membre.»

Remettre en cause le rôle de la Cour européenne dans l’accord institutionnel, c’est clouer le couvercle du cercueil. Voilà pourquoi cela provoque des remous à gauche comme à droite. Le socialiste François Cherix, coprésident du Nomes (Nouveau mouvement européen suisse), estime ce discours «insensé et dangereux». Et il déclare: «En écoutant certains élus suisses, comme Gerhard Pfister, j’ai l’impression que le plébiscite de la libre circulation des personnes n’est pas une victoire contre l’UDC, mais contre l’UE! Qui doit maintenant accorder à la Suisse tout ce qu’elle réclame.»

À droite Petra Gössi, la présidente du PLR, grince des dents dans la «NZZ». «Si M. Pfister et les partenaires sociaux veulent maintenant enterrer laccord-cadre avant que le Conseil fédéral nait clarifié les points en suspens, cest leur responsabilité.»

Pfister comme Blocher

Le conseiller national Roland Fischer, dont le parti vert libéral est un chaud partisan de l’accord institutionnel, pointe le danger d’une rupture avec l’UE. Il constate sur Twitter que cette dernière vient de reléguer la Suisse scientifique, sur l’accord Horizon Europe, dans la dernière catégorie des États tiers.

Cela n’ébranle pas le moins du monde Gerhard Pfister qui lui répond en substance: «Même pas mal puisque les meilleures universités du monde se trouvent aux USA, au Royaume-Uni et en SuisseUne pierre dans le jardin de l’UE et une déclaration que n’aurait pas reniée la conseillère nationale UDC Magdalena Blocher

Quelle mouche a piqué Pfister dont le parti se situe au centre? On peut avancer deux explications. D’abord le président du PDC a noté la baisse de forme de l’UDC. Il occupe donc le terrain en broutant l’herbe du premier parti de Suisse qui, par le passé, lui a piqué nombre d’électeurs dans les cantons conservateurs. Seconde hypothèse: Pfister donne un coup de barre médiatique à droite pour rassurer ses propres conservateurs au PDC, irrités par le nouveau nom du parti où la référence chrétienne va tomber.

Football news:

Juve verhandelt mit dem entlassenen Sarri über eine Vertragsauflösung. Der Trainer erhielt 5,5 Millionen Euro pro Jahr, Juventus begann mit seinem ehemaligen Cheftrainer Maurizio Sarri, der im August nach dem Abstieg der Turiner im Achtelfinale der Champions League gegen Lyon entlassen worden war, Gespräche über die Auflösung des Vertrages. Bislang können sich die Parteien nicht auf die Höhe der Entschädigung für den 61-jährigen einigen, berichtet der Journalist Nicolo Skira. Sarrys Vertrag mit Juve läuft noch bis Sommer 2022. Der Trainer verdiente beim Verein 5,5 Millionen Euro pro Saison
Fonseca über das 0:0 gegen ZSKA Sofia: die Qualität des Spiels von Roma in der Serie A ist anders, aber das ist normal. Die Rotation ist notwendig
Wolfsbergs Lindl gehört zu den Anwärtern auf den Titel des Spielers der Woche in der Europa League. Er erzielte 3 Tore für Feyenoord
Arteta nach dem 3:0 mit Dundalk: Jetzt wird es für mich schwieriger, die Startelf von Arsenal zu wählen
Tschertschessow gratulierte Maradona zum 60. Geburtstag: Menschenglück, Diego!
Milan ist der erste Klub, der nach dem 1.Januar 1999 in der Europa League und der Champions League drei Spieler erzielte, die nach dem 3:0-Sieg gegen Sparta Prag in der zweiten Runde der Gruppenphase der Europa League durch Tore von Braim Diaz, Raphael Leau und Diogo Dalot geboren wurden. Die Rossoneri waren der erste Klub in der Geschichte des Turniers und der Champions League, der in einem Spiel drei verschiedene Spieler erzielte, die nach dem 1.Januar 1999 geboren wurden
Zenit muss semak schützen. Er könnte so eine Legende werden wie ein Seminar für Loco. Sabitzer über den Trainer von St. Petersburg hat Trainer Ravil Sabitzer seinen Kollegen Sergej Semak unterstützt, dessen Zenit am Mittwoch in der Champions League gegen Borussia Dortmund (0:2) verloren hat. Der BVB hat seine Taktik komplett verändert, ist in die defensive gegangen und hat mit einem konkreten Bus gespielt. Aber es ist Champions League, und Mannschaften wie Borussia Dortmund werden Ihre defensive immer noch früher oder später aufbieten, deshalb müssen Sie auch andere Trümpfe in der Hand haben