Cote d\'Ivoire
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

 Côte d’Ivoire-AIP/ Des élèves de Bondoukou sont victimes d’agressions et de brimades régulières perpétrées par des voyous (Dossier)

Bondoukou, 08 déc 2022 (AIP) – Des personnes munies d’armes blanches prennent régulièrement d’assaut le Lycée moderne 1 et 2 de Bondoukou, et se livrent à des agressions et des intimidations régulières pour détrousser les élèves de leurs portables et numéraires.

Impuissants, ils sont livrés à l’entrée du Lycée, souvent, en fin d’après-midi, à des rackets systématiques exercés par des badauds dont certains sont sous l’emprise d’excitants, a appris l’AIP.

Interrogé mercredi 7 décembre 2022, lors d’un conseil scolaire des élèves de ces deux Lycées, la plupart des chefs de classe ont reconnu la persistance de ce phénomène depuis 2019.

Une sécurité défaillante

Un fumoir de drogués fait face à l’entrée arrière du Lycée moderne 2 de Bondoukou

Selon le proviseur du Lycée moderne 1 de Bondoukou, Yobouet Kouamé Pascal, ce sont des bandes de jeunes qui font des interventions intempestives au sein de l’établissement. Ils bénéficient de complicités internes. Ils viennent et agressent, lapident et se retirent. Parfois, ils interviennent dans les classes ou le soir à la fin des cours.

Exigeant de garder leur identité sécrète par crainte d’être dénoncés ou menacés, les élèves disent vivre dans la terreur et la détresse. “Nous sommes bel et bien victimes d’agressions et de brimades opérées à l’aide de couteaux par des individus (…) ayant un air éperdu”, a expliqué un élève de classe de Terminale A.

A partir de 16H, souvent les jeudis et vendredis, ces jeunes indélicats exigent par la menace, de l’argent et des portables aux adolescents de ces lycées. “Ce sont des jeunes en civil. Ils ont des couteaux. Ils fatiguent les élèves des classes du secondaire premier cycle et prennent leur téléphone”, a ajouté un autre élève.

Les gardiens postés à l’entrée ne rassurent pas ces adolescents qui sombrent dans l’inquiétude face aux bandits. Ces quidams occupent souvent un fumoir qui fait face au portail arrière de ces écoles. Face à ces situations, le proviseur du Lycée 1 a mis en place un comité d’éveil. Cette structure, aidée par la police, peine à résorber cette situation, selon des élèves interrogés. Elle fait  l’objet de menaces physiques de ces individus.

Des propositions de solutions

Le proviseur du Lycée moderne 1 de Bondoukou, Yobouet Kouamé Pascal et l’adjoint au proviseur du Lycée 2

“Nous souhaitons au minimum sept gardiens pour la sécurité des lieux. Ces gardiens doivent être mieux équipés et disposer de moyens de sécurité accrus pour pouvoir effectuer des patrouilles régulières dans l’école”, a proposé une élève.

Pour le proviseur du Lycée moderne 1, la construction d’une clôture fiable au plan sécuritaire est une urgence. “Celle existante peut être escaladée à tout moment. Il faut construire un mur qui puisse protéger l’établissement”, a-t-il soutenu.

D’après lui, cet établissement qui a plus de 50 ans croule sous les problèmes d’électricité et d’eau. Un système de gardiennage plus performant est un enjeu notable car la structure de gardiennage traîne souvent des impayés de salaire vis-à-vis des employés. Une situation qui démotive ses employés en charge de la sécurité de plus de  7 000 élèves.

Un pan de la clôture du Lycée moderne 1 et 2 de Bondoukou facile à escalader

Des quidams avaient volé des câbles des installations électriques du Lycée moderne 1 et 2 de Bondoukou, livrant plus de la moitié des salles de classe dans l’obscurité, quelques jours après la rentrée des classes.

“Ces individus nous ont enlevé tous nos câbles électriques installés des jours avant les examens à grand tirage de l’année scolaire 2021 – 2022”, avait déploré le proviseur, Akpa Séraphin, interrogé par l’AIP le 23 septembre.

Le Lycée moderne 1 de Bondoukou est un établissement d’enseignement secondaire public mixte qui a ouvert ses portes à la rentrée scolaire 1966-1967. Initialement dénommé Collège moderne de Bondoukou, il a gardé son appellation de 1966 à 1973, avant de devenir le Lycée moderne. A la rentrée des classes 2007 – 2008,  il a été scindé en deux entités distinctes, à savoir le Lycée moderne 1 au Sud et au Nord, le Lycée moderne 2.

(AIP)

nmfa/cmas