Cote d\'Ivoire
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Protection de l’enfance/La Côte-d’Ivoire et le gouvernement américain signent une convention de partenariat

La Côte d’Ivoire et les Etats Unis d’Amérique ont signé une convention de partenariat pour la protection de l’enfance, le mercredi 7 décembre 2022, au Cabinet de la Première Dame. Ainsi, c’est après une mission d’évaluation du Département d’Etat, que la Côte d’Ivoire a été sélectionnée pour bénéficier du programme CPC, devenant le 7ème pays au monde à signer ce partenariat avec le Gouvernement américain, après les Philippines, le Ghana, le Pérou, la Jamaïque, la Mongolie et la Colombie.

La cérémonie de signature de cette convention a enregistré la présence de Madame Dominique Ouattara, Première Dame de Côte d’Ivoire et Présidente du Comité National de Surveillance des actions de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CNS), Monsieur Adama Kamara, Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale, Président du Comité Interministériel de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CIM), Madame Nasseneba Touré, Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant et Vice-présidente du CIM, Madame Myss Belmonde Dogo, Ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la Pauvreté et Secrétaire Exécutive du Comité National de Lutte contre la Traite des Personnes et de bien d’autres personnalités.

Ce partenariat pour la protection de l’enfance appelé partenariat CPC (Child Protection Compact), est un programme d’aide du Gouvernement Américain, pouvant aller jusqu’à 10 millions de dollars américain soit environ 5 milliards de FCFA, pour la lutte contre la traite des enfants. Il a pour objectif de renforcer les capacités des structures gouvernementales de la Côte d’Ivoire, ainsi que des organisations de la société civile et des organisations internationales publiques, pour lutter contre la traite des enfants. Il vise à intensifier les efforts de la Côte d’Ivoire pour répondre aux besoins des enfants victimes de la traite, ainsi que des enfants vulnérables ou exposés aux risques de la traite, afin d’éliminer le phénomène dans le pays. La convention a une durée de 5 ans.

Le Département d’Etat Américain mettra les financements à la disposition d’Organisations non gouvernementales nationales et internationales, et d’Agences spécialisées du Système des Nations Unies, qui auront été sélectionnées par appel à candidature, pour la mise en œuvre des activités du plan d’action du partenariat CPC. Les Acteurs gouvernementaux ne recevront pas directement les financements.

Il s’agit donc d’un partenariat pour booster le processus de lutte et de protection des droits des enfants en Côte d’Ivoire déjà mis en œuvre par l’Etat depuis de nombreuses années à travers la lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants. D’ailleurs Madame Dominique Ouattara, Présidente du CNS abonde dans le même sens. En effet, la Présidente du CNS s’est réjouie que la Côte d’Ivoire ait été sélectionnée par le Département d’Etat Américain pour bénéficier du programme de partenariat pour le Pacte de Protection de l’Enfance. « L’évènement qui nous réunit aujourd’hui, revêt une importance capitale puisqu’il contribuera à la préservation du bien-être de nos enfants. En effet, la signature de cette convention de partenariat pour la protection de l’enfance entre les Etats-Unis et la Côte d’Ivoire, s’inscrit dans la continuité des actions de notre pays, en matière de protection de l’enfance. Ce pacte constitue donc, une suite logique à notre engagement commun pour le respect des droits humains, plus particulièrement ceux de l’enfant. Et je me réjouis qu’après la mission menée en Côte d’Ivoire en juin 2022 par le Département d’Etat américain, la Côte d’Ivoire ait été sélectionnée pour bénéficier du programme de partenariat pour le Pacte de Protection de l’Enfance », s’est réjouie la Première Dame Dominique Ouattara. Pour Madame Dominique Ouattara, ce programme épouse d’une part la vision de la Côte d’Ivoire en matière de protection de l’enfance et d’autre part, il permettra d’intensifier l’engagement du pays dans le domaine de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants. « Cette nouvelle étape de notre engagement commun en faveur de la protection de l’enfance est d’autant plus encourageante, que le programme tel qu’il a été conçu, épouse parfaitement la vision de la Côte d’Ivoire en matière de planification des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants dans notre pays », a expliqué la Première Dame.  Ensuite l’épouse du Chef de l’Etat a expliqué la stratégie à travers le Plan d’Action National de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des enfants, ainsi que la protection de leurs droits. Aussi, en dépit de ces actions menées dans le cadre de la remédiation du phénomène de traite, d’exploitation et de travail des enfants, Madame Dominique Ouattara soutient que beaucoup reste encore à faire. C’est pourquoi la Première Dame s’est réjouie de la signature de ce partenariat qui permettra de redoubler d’efforts dans le cadre de la lutte contre la traite des enfants. « Toutes ces actions nous ont certes déjà permis d’obtenir des résultats significatifs, mais de nombreux défis restent encore à relever. C’est pourquoi, je salue la signature de cette convention et le renforcement de notre partenariat avec les Etats-Unis qui permettront de redoubler d’efforts, pour l’atteinte de nos objectifs en matière de lutte contre la traite des enfants en Côte d’ivoire », a expliqué Madame Dominique Ouattara, avant d’appeler les différentes parties engagées dans la lutte contre ce phénomène à une synergie d’action. « Je suis persuadée que malgré la complexité de la tâche, la conjugaison de nos efforts permettra d’obtenir des résultats tangibles, au bénéfice de la protection de nos enfants », a-t-elle souligné.

Monsieur Adama Kamara, Ministre de l’Emploi et de la Protection Sociale et Président du Comité Interministériel de lutte contre la Traite, l’Exploitation et le Travail des Enfants (CIM), s’est réjoui de la sélection de la Côte d’Ivoire au programme de partenariat « Pacte de protection de l’enfance ». Pour ce dernier, ce programme va permettre au pays d’intensifier la lutte contre la traite et les pires formes de travail des enfants. A tout seigneur, tout honneur. Le Président du CIM a tenu à remercier la Première Dame Dominique Ouattara pour son engagement personnel dans la lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants. En effet, pour ce dernier, le plaidoyer et le leadership de l’épouse du Chef de l’Etat au niveau international ont permis au pays d’être éligible à ce programme. « Madame la Première Dame, sans nul doute, c’est votre leadership et le plaidoyer que vous ne cessez de mener au niveau international qui ont permis à notre pays d’être éligible à ce programme de partenariat des Etats Unis d’Amérique dont nous signons la convention aujourd’hui. Au niveau national, si notre plaidoyer pour la prise en charge des cotisations CMU des producteurs des trois binômes Café-Cacao, Coton-Anacarde, Hévéa-Palmier à huile, a abouti c’est grâce à vous, Madame la Première Dame. Soyez-en encore infiniment remerciée », a tenu à remercier Monsieur Adama Kamara.

Madame Joann Lockard, Chargée d’Affaires par intérim, au nom du Gouvernement américain, a félicité la Côte d’Ivoire pour le progrès réalisé dans le domaine de la lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants. « Les Etats Unis sont fiers d’appuyer vos efforts. Aujourd’hui, nous lançons ce nouveau partenariat pour soutenir les actions déjà mises en place par le gouvernement ivoirien alors qu’il travaille de concert avec les acteurs et les organisations de la société civile au niveau national de manière durable et coordonnée pour lutter contre l’exploitation sexuelle et le travail forcé des enfants », a soutenu Madame Joann Lockard.

Madame Yao Patricia Sylvie, Secrétaire Exécutive du CNS a, quant à elle, présenté le pacte relatif à la protection des enfants entre le Gouvernement américain et la Côte d’Ivoire.

Cabinet de la Première Dame