France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

49.3 : Elisabeth Borne en excès de vitesse

Extrait de Chez Pol, notre newsletter politique réservée à nos abonnés : découvrez-la gratuitement.

Le chiffre : 4

4 minutes, douche comprise. C’est le temps qu’il a fallu à Elisabeth Borne, jeudi 8 décembre, pour prendre la parole à l’Assemblée, enclencher le 49.3 et conclure son discours. Pour le huitième fois, la Première ministre a engagé la responsabilité de son gouvernement pour faire voter une loi sans débat, cette fois sur la première partie du projet de loi de finances (PLF) pour 2023 en seconde lecture. Autant dire que Borne est rodée et n’avait pas le temps de niaiser. A noter qu’il reste encore deux 49.3 à utiliser pour Borne d’ici le 15 décembre : un pour la seconde partie du PLF, un autre pour le vote du Budget dans son intégralité. Le record peut donc encore tomber.

Annonce précoce

Emmanuel Macron a annoncé le même jour la gratuité des préservatifs pour les 18/25 ans. «Cela va commencer dès le 1er janvier. C’est une petite révolution de prévention», a assuré le chef de l’Etat lors d’une session du Conseil national de la refondation consacrée à la santé des jeunes à Fontaine-le-Comte (Vienne). Mais le Président est sans doute allé un peu trop vite en besogne. Sur BFMTV, Christophe Dechavanne, derrière l’une des deux marques de capotes déjà remboursées en partie par la Sécu depuis 2019 («Sortez couverts»), doute lui-même de la mise en place de cette mesure d’ici au 1er janvier. «Je ne pense pas que techniquement ça soit possible. Cet hiver, ça serait déjà formidable. Parce que nous, rien qu’avec la capote “Sortez couverts”, on serait déjà en sous-stock. On ne pourrait pas fournir, ça serait quand même couillon.»

Double mixte

Elisabeth Borne prononce ce vendredi le discours d’ouverture de la Convention citoyenne sur la fin de vie. Un sujet des plus délicats, sur lequel l’exécutif ne défend pas de position arrêtée. Un duo gouvernemental est censé piloter les réflexions : le porte-parole du gouvernement Olivier Véran et Agnès Firmin Le Bodo, ministre déléguée auprès du ministre de la Santé, chargée des Professions de santé. Mais, comme l’a remarqué l’Opinion, Véran fait quand même parfois cavalier seul. Ces prochaines semaines, l’ancien socialiste (qui a voté Sarkozy) et la proche d’Edouard Philippe ont des déplacements communs prévus en Suisse, Italie et Espagne. Mais Firmin Le Bodo ira seule en Belgique, puisque son collègue médecin et ex-ministre de la Santé y a... «déjà bouclé un déplacement en solo». Le 1er décembre, ils étaient ensemble à Narbonne à la rencontre de soignants et patients en soins intensifs ; les deux ont tweeté des photos communes, mais Firmin Le Bodo citait Véran et pas l’inverse. L’entourage du porte-parole souligne par ailleurs qu’il n’a pas dévoilé sa position personnelle sur le sujet, quand la ministre avait raconté au Monde la douloureuse mort de sa mère, malade d’un cancer. Si elle gardait secret son «avis» sur la fin de vie, Firmin Le Bodo confiait toutefois qu’elle «aurait aimé pouvoir dire oui» à sa mère qui lui avait demandé de «lui faire la piqûre». Cela dit, les proches des deux membres du gouvernement assurent que le tandem vit bien.

Vents contraires

Ce n’est pas une reculade mais, pour certains, ça y ressemble fortement. Cette nuit, l’Assemblée a adopté un amendement au projet de loi sur les énergies renouvelables, établissant qu’«aucune zone d’accélération [des énergies renouvelables] ne peut être identifiée sans l’avis conforme de la commune concernée». Voilà qui va rassurer la droite et le groupe coco, inquiets de se réveiller un matin avec une éolienne en bas de chez eux. Plusieurs députés ont ainsi vu dans cet amendement, a noté LCP, un droit de véto déguisé. «Nous ne comprenons pas pourquoi nous sommes en train de faire collectivement fausse route», a commenté l4INsoumise Clémence Guetté. La crainte ? Que les maires bloquent d’année en année les projets. «On veut que les maires aient le choix des armes entre rénovation thermique, sobriété, développement des énergies renouvelables. Qu’ils puissent construire des stratégies de territoires», a répondu la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher.

Noël s’éloigne

2027 c’est encore loin mais la course de petits chevaux a débuté sur l’ensemble de l’échiquier politique. Si dans certaines familles, on connaît déjà les prétendants, à EE-LV, c’est pour l’instant plus flou. Mais le champion vert de 2027 ne sera pas Noël Mamère. Celui qui avait fait 5,3% en 2002 affirme à Challenges : «Je ne serai pas le Joe Biden des Verts.» Une référence au président américain, élu à Maison Blanche à presque 78 ans. Et Mamère, 73 balais au compteur, d’ajouter : «J’ai vu trop de vieux s’accrocher aux branches et finir de manière pathétique. [...] La politique est une drogue dure. Il faut savoir arracher la perf’ tant qu’il en est temps.»

Inflalyon

Il n’y a pas qu’en ile-de-France que le prix des transports augmente. A Lyon aussi, les usagers sont obligés de cramer la caisse pour prendre un ticket. L’abonnement annuel des transports lyonnais passe ainsi de 66 à 69 euros par mois. Voilà qui fait hurler l’opposition de droite à la métropole. Cette dernière critique le choix de la majorité écolo d’augmenter, notamment, le prix du ticket du funiculaire (de 3 à 3,5€) qui permet de grimper sur la colline de Fourvière, où trône la basilique du même nom. «Ils cherchent à plumer pèlerin et touriste !», a dénoncé le groupe La Métro Positive dans un communiqué repris par la presse. «Quel triste signal envoyé en ce 8 décembre», conclut le groupe alors que la Fête des lumières, mi-païenne mi-religieuse, s’est ouverte ce jeudi à Lyon.