France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

[Analyse] "C’est la raréfaction de l’offre qui soutient le prix des produits animaux"

"La hausse du prix des produits animaux, observée dans la quasi-totalité des filières, n’est pas une répercussion directe de la hausse des coûts de production, observe Boris Duflot (1), responsable adjoint du département Économie de l'Institut de l'élevage. Pour ces denrées, la logique de marché reste prédominante, même si, à l’échelle française, les lois Egalim permettent de prendre en charge une partie des coûts de production agricoles."

"La raison structurelle du relèvement des cours est la raréfaction de l’offre, non seulement en France, mais aussi dans d’autres pays européens, poursuit-il. Si l’on va jusqu’au consommateur, on observe de franches augmentations de prix sur les dix derniers mois, et la tendance se poursuit. Par rapport à la période antérieure à la crise du Covid-19, ces hausses atteignent jusqu’à 10 % pour des produits tels que le bœuf haché et les volailles. Pour le porc, c’est un peu plus contenu, de l’ordre de 4 à 5 %."

"Le corollaire de cette situation est la baisse des achats dans les grandes surfaces sur les 12 derniers mois, complète Boris Duflot. Les produits élaborés semblent toutefois mieux s’en sortir que les produits bruts. Cela se voit notamment sur le haché de bœuf et les élaborés de volailles et de porc. La présence sur ce marché devient un enjeu important pour les transformateurs, afin de capter de la valeur ajoutée, mais aussi justifier plus facilement la hausse des prix."

(1) Lors de la convention de La Coopération Agricole Nutrition animale, le 10 novembre 2022 à Paris.