France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Au Brésil, un coup de massue pour la gauche et une dynamique favorable à Jair Bolsonaro

Si Lula arrive en tête du premier tour avec 48,43 % des voix, c’est bien Jair Bolsonaro qui fait figure de vainqueur du premier tour de l'élection présidentielle au Brésil. Le président sortant est crédité de 43,20 % des voix, 8 points de mieux que ce que lui prédisait les derniers sondages. Il aborde donc le deuxième tour dans une dynamique favorable. Quels enseignements peut-on tirer de ce 1er tour ?

Dans les derniers jours d’une campagne qui a tenu le Brésil en haleine pendant plus de deux mois, un vent d’euphorie s’était emparé des partisans de Lula. Un sondage publié la veille du premier tour donnait l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva élu dès le premier tour. Dans un climat de polarisation extrême, ses partisans se sont mis à rêver d’une victoire par KO de Lula qui allait reléguer Jair Bolsonaro aux oubliettes de l’Histoire.

Et pourtant, dès la fermeture des bureaux de vote à 17 heures (heure de Brasilia), la gauche brésilienne et le camp démocrate, qui se sont massivement mobilisés en faveur de l’ancien président, ont vécu une soirée de cauchemar.

Un écart beaucoup plus serré que prévu

Sur le site du Tribunal suprême électoral (TSE), Jair Bolsonaro est resté en tête du scrutin de longues heures, défiant toutes les prévisions. Les partisans de Lula ont dû attendre 20 heures et le décompte de 70 % des voix pour voir leur champion passer devant le président sortant.

Autour de 22 h, le verdict des urnes était formel : non seulement il y aurait un deuxième tour le 30 octobre, mais celui-ci s’annonce très serré et imprévisible. À 23h, le président d’extrême droite s’est exprimé avec gravité et a déclaré avoir "vaincu les mensonges" des instituts de sondages et des médias, l’un de ses thèmes de prédilection tout au long de la campagne.

Peu avant, Luiz Inacio Da Silva affirmait que les résultats du premier tour n’étaient "juste qu’une prolongation", assurant ses supporters un peu sonnés que "nous allons remporter cette élection". La déception est d’autant plus grande que les longues files d’attente devant les bureaux de vote ce dimanche ont conforté les partisans de Lula dans l’idée qu’une forte participation allait projeter leur candidat vers une victoire au premier tour.

Un raz-de-marée bolsonariste

Cinq points séparent donc les deux candidats, alors que pendant des mois, les sondages prédisaient un écart d’au moins 15 points entre l’ancien président de gauche et le président d’extrême droite. Avec 43 % des voix, Jair Bolsonaro améliore son score de 2018 et peut envisager la victoire s’il parvient à mobiliser une partie des électeurs qui ont voté pour Simone Tebet, la candidate de centre droit qui a réalisé 4,16 % des voix, ou pour Ciro Gomes (centre gauche, 3,04 % des voix) et une fraction des 20,9 % de Brésiliens qui ne sont pas allés voter ce dimanche. Avec 48 % des voix, Lula semble lui avoir fait le plein de voix. Lui aussi va tenter de rallier ces électeurs qui feront pencher la balance d’un côté ou de l’autre.

🇧🇷🗳️ Résultats définitifs du premier tour de l'élection présidentielle au Brésil :

🔴Lula (gauche) 48,4%


🟤Bolsonaro (extrême-droite) 43,2%
🔵Tebet (centre-droit) 4,2%
🟣Gomes (centre-gauche) 3% pic.twitter.com/IzkC8YGWEu

— mathieu gallard (@mathieugallard) October 3, 2022

Ce résultat rebat totalement les cartes de cette élection présidentielle que beaucoup en Europe et en Amérique scrutent de près. En effet, le président sortant enregistre aussi des résultats bien meilleurs que ce que prédisaient les sondages pour les autres scrutins du jour : ceux qui renouvellent les deux chambres du Congrès et élisent les gouverneurs des 27 États brésiliens.

En effet, avec 99 sièges, le Parti libéral (PL) du chef de l'État est en passe d'obtenir le plus grand nombre de sièges à la Chambre des députés. Au Sénat, renouvelé partiellement, le parti de Jair Bolsonaro est également en progression avec la victoire de personnalités ultra conservatrices et particulièrement controversées.

À Rio de Janeiro, Claudio Castro, le candidat au poste de gouverneur de l’État soutenu par le Président sortant a été élu dès le premier tour. Dans l’État de Sao Paulo, un deuxième tour verra s’affronter Fernando Haddad, candidat du parti de Lula à la présidentielle de 2018, à Tarcísio de Freitas, le candidat soutenu par Jair Bolsonaro et arrivé largement en tête.

Au plan national comme au niveau local, la dynamique électorale semble plus favorable à Jair Bolsonaro qu’au camp du Parti des travailleurs et de ses alliés.

Un deuxième tour ouvert

Pendant des mois, beaucoup au Brésil craignaient qu’un Jair Bolsonaro largement distancé au premier tour jouerait son va-tout avant le second, en mettant en cause la validité du scrutin et en appelant ses partisans à bloquer le pays pour protester contre une supposée fraude électorale. Beaucoup imaginait le second tour comme une longue attente avant de voir triompher Luis Inacio Lula Da Silva.

Mais, avec son score de 43 %, le président brésilien n’est finalement pas dans la position d’un candidat acculé, promis à la défaite et prêt à mettre le feu à la démocratie brésilienne. Bien au contraire, trop heureux d’avoir fait mentir les instituts de sondages et de nombreux médias brésiliens, Jair Bolsonaro devrait poursuivre sa campagne sur le même ton et avec les mêmes méthodes. Pourquoi changer une recette qui lui a si bien réussi au premier tour ?

Découvrez le webdoc consacré à l'élection présidentielle au Brésil
Découvrez le webdoc consacré à l'élection présidentielle au Brésil © Studio graphique France Médias Monde