France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Au Congrès américain, l’aide à l’Ukraine fait les frais d’un accord in extremis sur le financement de l’Etat fédéral

Une mesure de financement d’urgence de l’administration, pour seulement 45 jours, a été adoptée à la Chambre des représentants puis au Sénat, samedi en fin de journée, à quelques heures de l’échéance.

Article réservé aux abonnés

Un ravin évité, un répit de 45 jours arraché, mais une Ukraine symboliquement délaissée. Il y a plusieurs manières d’analyser l’invraisemblable séquence qui a permis in extremis au Congrès américain, samedi 30 septembre, de prévenir un « shutdown », soit une paralysie des activités non essentielles du gouvernement fédéral. Le soulagement qui domine parmi la plupart des élus est teinté d’amertume. Rien n’est résolu sur le fond, le psychodrame risque de se reproduire à la mi-novembre et la vie parlementaire apparaît encore une fois sous son profil le moins flatteur.

Lire aussi :

A l’aube du dernier jour avant l’échéance redoutée, et après avoir épuisé toutes les autres options, Kevin McCarthy, le président républicain de la Chambre des représentants, a accepté ce que sa base radicale refusait : un compromis, permettant de joindre les voix républicaines et démocrates. En milieu d’après-midi, par 335 voix contre 91, réunissant ainsi une large majorité bipartisane, la Chambre a adopté et transmis au Sénat un texte assurant le financement de l’Etat fédéral pour 45 jours de plus. Des fonds supplémentaires (16 milliards de dollars, environ 15,1 milliards d’euros) y étaient alloués pour répondre aux catastrophes naturelles.

En revanche, et c’est là un enseignement glaçant pour Kiev et les capitales européennes, la pression de la base républicaine a conduit à l’abandon pur et simple de toute nouvelle enveloppe d’aide pour l’Ukraine. Après de nouvelles palabres, par 88 voix à neuf, le Sénat a confirmé le compromis dans la soirée. Neuf jours plus tôt, le président Volodymyr Zelensky avait pourtant passé une matinée au Capitole, avec des représentants et des sénateurs des deux bords, pour plaider en faveur d’une intensification de l’aide, en pleine contre-offensive, au nom même des intérêts stratégiques américains. Mais le poids d’une minorité extrémiste et isolationniste au sein du Parti républicain, misant sur une lassitude croissante dans l’opinion publique face à la guerre, a compromis l’union bipartisane exprimée depuis le début du conflit.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés

« Placer l’Amérique en premier »

Samedi, les républicains ont ainsi offert un cadeau inespéré à Vladimir Poutine, conforté dans ses préjugés sur la vulnérabilité des démocraties libérales. « Si nous abandonnons l’Ukraine, c’est un changement de politique et une décision de transformer Kiev en ville russe et d’inviter la Chine à envahir Taïwan », a résumé sur X (ex-Twitter) le sénateur démocrate Chris Murphy (Connecticut). Les six semaines à venir détermineront s’il s’agit juste d’un court-circuit ponctuel ou d’un dommage plus profond. « Nous ne pouvons en aucune circonstance permettre l’interruption de l’aide américaine, a prévenu Joe Biden dans un communiqué diffusé par la Maison Blanche dans la soirée. Je m’attends à ce que le speaker respecte totalement son engagement devant le peuple ukrainien et assure le passage de l’aide nécessaire pour aider l’Ukraine à ce moment critique. »

Il vous reste 59.14% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes
  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

Lecture restreinte

Votre abonnement n’autorise pas la lecture de cet article

Pour plus d’informations, merci de contacter notre service commercial.