France

Avec Giscard d’Estaing, la dure fin des Trente Glorieuses

Réservé aux abonnés

La politique économique du président Giscard d’Estaing a consisté en une lutte contre le ralentissement économique mondial, dont il n’a pu protéger la France.

François BOUCHON/Le Figaro

Valéry Giscard d’Estaing devait hériter, à son accession à la présidence de la République en 1974, d’une France en pleine ascension. «La France possède aujourd’hui l’économie la plus dynamique, loue en 1973 une équipe de chercheurs du Hudson Institute. La France peut espérer être, d’ici dix ans, l’économie européenne la plus puissante en termes de production totale. En 1990, les Français auront dépassé la Suède en richesse et jouiront du niveau de vie le plus élevé d’Europe.» En ce début de mandat, la France a en effet toutes les cartes en main pour se sentir en confiance. La croissance n’est jamais passée sous la barre des 3%, la plus dynamique au monde juste après le Japon, et le taux de chômage, lui, ne la dépasse pas.

Fort de ce dynamisme, Valéry Giscard d’Estaing, celui qui, suivant les traces de son père, a été Inspecteur des Finances, puis ministre de l’Économie et des finances de 1969 à son accession à l’Élysée, veut être un nouveau souffle et traduire en actes sa formule: «Vous

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

Avec Giscard d’Estaing, la dure fin des Trente Glorieuses

S'ABONNER

Football news:

Mourinho à propos de la démission de Lampard: le Football est cruel, surtout moderne
Jacko a refusé West Ham. L'attaquant de la Roma, Edin Dzeko, a l'intention de changer de Club en janvier en raison d'un conflit avec l'entraîneur-chef Paulo Fonseca
L'AC Milan veut signer le FC Porto Otavio cet été gratuitement
Manchester United pourrait louer Lingard à West Ham
Mourinho sur le doublé de Ndombele: Il est très créatif. Un de ceux qui savent aiguiser le jeu
Atalanta et Séville se sont mis d'accord sur le transfert de Gomez. Le milieu de terrain de l'Atalanta, Alejandro Gómez, sera transféré à Séville mardi, affirme le journaliste Fabrizio Romano
Laporte à propos de Messi au PSG: Lire, ils ont des pertes. Il faut discuter des transactions qu'ils peuvent se permettre