France

CAN 2019 - L'Algérie sacrée : « On a l'impression de revenir dans l'histoire »

Dès le coup de sifflet final du match opposant l'Algérie au Sénégal dans le cadre de la finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN 2019), des feux d'artifice ont illuminé le ciel d'Alger. Des youyous ont fusé des immeubles du centre-ville et les premiers supporteurs dans la rue ont allumé les fumigènes… C'est fait : l'Algérie remporte sa seconde Coupe d'Afrique face à un Sénégal qui n'a pas démérité dans un face-à-face où beaucoup d'énergie a été dépensée.

Lire aussi CAN 2019 : l'Algérie décroche son deuxième titre continental !

Une joie double...

« C'est pour la première fois que le peuple algérien a le trophée qu'il mérite sans aucune intrusion des uns et des autres, avec la rage de vaincre du peuple algérien et le savoir-faire de son équipe, son entraîneur et son staff technique. C'est dans le continuum de ce 22e vendredi de mobilisation », estime Arezki. Ce photographe et ancien libraire âgé de 65 ans pense que cette victoire « fera perdurer et donnera du souffle au hirak ». Le mouvement populaire contre le système en place entamera dans trois jours son sixième mois. Et dans les rues, les supporteurs qui célèbrent la victoire de leur équipe nationale sont aussi des manifestants.

La ferveur des supporteurs algériens était palpable durant tout le match ce 19 juillet.

© FAROUK BATICHE / DPA / dpa Picture-Alliance/AFP

Lire aussi CAN 2019 : les Algériens dans la rue pour célébrer leur victoire

... dans un contexte où les symboles prennent tout leur sens

Ce sont des Algériens qui restent mobilisés et qui sortent chaque vendredi pour appeler pacifiquement au départ du système. « Nous sommes contents. On célèbre cette victoire. Mais on n'oublie évidemment pas la issaba [la bande]. Chaque chose en son temps. On reviendra pour ça encore une fois », affirme Mehdi, 25 ans. Dans les rues de la capitale, la fête dure toute la nuit. Il est presque une heure du matin et Sabiha est toujours dehors en bas de son immeuble situé à la rue Didouche Mourad. Cette femme de 53 ans est avec sa mère octogénaire handicapée sur un fauteuil roulant. « Cette victoire représente beaucoup de choses. Cela fait 29 ans qu'on n'a pas eu la coupe », dit-elle.

Ce n'est pas uniquement l'exploit footballistique des Fennecs qui l'a poussée à sortir avec sa mère âgée. « C'est un tout ! » s'exclame-t-elle le sourire aux lèvres. Elle fait allusion au contexte dans lequel intervient cette victoire. « La bande est dans les prisons. On a obtenu notre deuxième Coupe d'Afrique. Ma mère qui a plus de 80 ans a l'occasion de vivre ces moments », s'enthousiasme-t-elle. « C'est comme à l'indépendance », lance-t-elle. « On a l'impression de revenir au monde et dans l'histoire de manière extraordinaire. De redevenir des vainqueurs. Cela fait tellement longtemps », sourit Salim, rencontré au centre-ville. Sur les places publiques, des Algériens ont repris certains slogans et chansons entonnées lors des marches du vendredi.

Lire aussi Algérie : la CAN 2019, le football et le hirak

Un bonheur total !

© FAROUK BATICHE / DPA / dpa Picture-Alliance/AFP

Lire aussi CAN 2019 : les Algériens célèbrent les Fennecs mais n'oublient pas « l'essentiel »

Ils sont nombreux à lier cette victoire au mouvement populaire en cours dans le pays. Ils y voient un « bon présage ». Ils font le parallèle entre cette équipe et celle du FLN avant l'indépendance. Ils aiment voir dans les protégés de Djamel Belmadi l'équipe du « hirak ». Sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnalités réagissent, notamment au sein de l'opposition. « Merci à l'équipe nationale qui voulait [cette victoire] comme un cadeau au peuple dans cette étape de la révolution du 22 février. Merci parce qu'ils nous rappellent que la détermination et la persévérance mènent à la victoire », écrit Mohcine Belabbas, président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) sur Twitter. « Vive l'Algérie. Belle victoire des Verts au sommet de l'Afrique. C'est bon, on s'est réveillé. On s'est libéré. Désormais, rien ne nous arrêtera. Notre Hirak vaincra aussi », commente également sur Twitter Saïd Salhi, vice-président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH).

Lire aussi L'Algérie et la CAN : des ratés, une coupe et beaucoup d'espoirs

Mémoire de foot : Chérif Oudjani, ce héros algérien de la CAN 1990

Football news:

💛 💙Cadix est revenu à la Liga 14 ans plus tard
Pioli 2-2 avec Napoli: Un point, c'est un bon résultat
Gattuso sur le penalty de Milan: la Règle doit changer. Sauter avec les bras derrière le dos est un autre sport
Milan offrira 25 millions d'euros pour le défenseur du Celtic Ayer
Klopp sur les plans: Quatre ans à Liverpool. Après cela, je veux ne rien faire pendant un an
Rogers Pro 1-4 avec Bournemouth: Leicester joue bien seulement 45 minutes après la pause
L'inter et la Roma s'intéressent à Garay