France

Carrefour emporté par la révolte anti-racisme au Brésil

Le tabassage à mort d’un homme noir battu par les vigiles blancs d'un hypermarché de la marque précipite le groupe dans la tourmente. La situation reste très tendue malgré les gestes du groupe de distribution. 

Carrefour

Des manifestants devant un supermarché Carrefour au Brésil.

AFP - SILVIO AVILA

Le drame s’est immédiatement transformé en symbole de la condition faite aux noirs au Brésil. Les circonstances s’y prêtaient :  le contexte de discrimination latente et de violence policière à l’égard des Noirs, le souffle de révolte venu des Etats-Unis depuis la mort de l’afro-américain Georges Floyd, tué par un policier, et le fait que le décès de João Alberto Silveira Freitas, tabassé à mort par des vigiles employés par Carrefour, a eu lieu à la veille de la journée  dite « de la conscience noire »

A Salvador, Brasilia, São Paulo,  les manifestions de quelques centaines à quelques milliers de personne brandissant, en guise de banderoles, le logo de la marque tâché de sang se sont multipliées. L’inscription Vidas negras importam , traduction en Portugais du slogan "black lives Matter", la vie des noirs compte, orne désormais l’asphalte de l’avenida Paulista, les champs Elysées de São Paulo. Enfin, le ministère public de l’état du Rio grande do Sul, où se situe Porto Alegre, a annoncé son intention de réclamer à Carrefour des dommages pour préjudice moral, à hauteur de 200 millions de reais (30 millions d’euros). L’exposition est maximum pour l’enseigne,  avec des tranches de 10 minutes consacrées à l’affaire dans le  20 h local, le jornal nacional de TV Globo..

Le drame s’est immédiatement transformé en symbole de la condition faite aux noirs au Brésil. Les circonstances s’y prêtaient :  le contexte de discrimination latente et de violence policière à l’égard des Noirs, le souffle de révolte venu des Etats-Unis depuis la mort de l’afro-américain Georges Floyd, tué par un policier, et le fait que le décès de João Alberto Silveira Freitas, tabassé à mort par des vigiles employés par Carrefour, a eu lieu à la veille de la journée  dite « de la conscience noire »

A Salvador, Brasilia, São Paulo,  les manifestions de quelques centaines à quelques milliers de personne brandissant, en guise de banderoles, le logo de la marque tâché de sang se sont multipliées. L’inscription Vidas negras importam , traduction en Portugais du slogan "black lives Matter", la vie des noirs compte, orne désormais l’asphalte de l’avenida Paulista, les champs Elysées de São Paulo. Enfin, le ministère public de l’état du Rio grande do Sul, où se situe Porto Alegre, a annoncé son intention de réclamer à Carrefour des dommages pour préjudice moral, à hauteur de 200 millions de reais (30 millions d’euros). L’exposition est maximum pour l’enseigne,  avec des tranches de 10 minutes consacrées à l’affaire dans le  20 h local, le jornal nacional de TV Globo..

Le risque d’un nouveau drame persiste

Les contrefeux n’ont pas encore produit l’effet escompté : ni les regrets exprimés sur twitter par Alexandre  Bompart, le président du groupe à Paris,  ni les fonds débloqués, à hauteur symbolique de deux jours de profits de la filiale brésilienne, pour alimenter des programmes de formation à la lutte contre les discriminations. En même temps, la pression pourrait vite retomber.La bourse a marqué le coup avec une baisse ponctuelle du titre de 5%, mais les investisseurs ne croient pas à l’appel au boycott international lancé par des associations, et estiment qu’il y a peu de chance de voir les clients, en majorité de classe moyenne et supérieure, peu concernés par  les discriminations, se détourner de la marque. Carrefour Brésil reste le premier distributeur du pays, à quasi égalité avec le groupe Pão de Açúcar de Casino : 62 milliards de réais  (10 milliards d'euros) de chiffres d'affaires en 2019. Le risque d’un nouveau drame, et donc d’une nouvelle crise, persistera cependant pour des enseignes de grande distribution placées au centre des tensions de la société brésilienne. 

Discriminations masquées

Les premières fois, c'est surprenant pour un visiteur Français  : il n’y a pas de barrières, ni de portillons à franchir pour pénétrer dans les Carrefour et autres Pão de Açucar au Brésil. En réalité, la surveillance, bien effective, via caméras et vigiles, n’est ressentie que par une partie de la population : les noirs, métis et plus généralement les personnes de condition modeste, qui pénètrent souvent avec appréhension dans ces magasins trop chers pour eux. C’est une situation, parmi d’autres, qui illustre le système de discrimination en place : présent au quotidien, mais difficile à observer et officiellement nié, tout récemment encore par le vice-président Hamilton Mourão écartant d'emblée le caractère raciste du crime de Porto Alegre, au motif que « le racisme n’existe pas au Brésil." 

Commenter Commenter

Football news:

Vérone a loué l'ex-havbek de la Juventus Sturaro
Jovic a 3 buts en 76 minutes après son retour du Real Madrid à Eintracht
Le Real a offert des t-shirts Alcoyano, on pouvait choisir n'importe quel nom de famille. Les plus populaires sont Modric, Benzema et Ramos
Le Bayer a perdu 4 des 6 derniers matches de Bundesliga. Il n'a pas concédé depuis le début de la saison jusqu'à cette série
Mikel Arteta: Lampard est une légende de Chelsea. J'aimerais que le Club le soutienne et lui donne une chance
L'attaquant de Séville, en nasiria, a devancé Messi et Suarez, à la 1re place de la liste des buteurs de La Liga
Zlatan Ibrahimovic, 600E mondial