France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Ces initiatives bretonnes pour améliorer le quotidien des patientes atteintes d'un cancer du sein

Au-delà des soins en eux-mêmes, le cancer du sein est une épreuve au quotidien. Des initiatives hospitalières ou associatives sont développées pour le mieux vivre des patientes.

(Archives François Destoc)

Une formation de patients partenaires entre Rennes et Brest

En dehors du domaine purement médical, qui mieux qu’une malade, ou ancienne malade, d’un cancer du sein (ou d’une autre maladie) peut savoir ce dont les patientes ont besoin pour mieux vivre cette épreuve ? C’est pour valoriser cette expérience précieuse qu’a été créé le diplôme interuniversitaire « Construire le partenariat patients-professionnels de santé ». Une formation dispensée entre Rennes et Brest, qui permet à ces patients experts de lancer des initiatives dans la région pour sensibiliser à la maladie, améliorer le quotidien des malades, etc.

Des prises en charge spécifiques à l’hôpital pour le cancer du sein

En 2017, le Groupe hospitalier Bretagne Sud (GHBS), à Lorient, a mis en place un dispositif appelé « Parcours sein », qui vise à simplifier et accélérer la prise en charge des femmes malades d’un cancer du sein. Il consiste en un numéro unique (02 97 06 73 73) à appeler en cas de détection d’une anomalie. « Les patientes n’ont qu’un numéro à faire et, après, on s’occupe de tout. (…) Tout est ici, et c’est assez rassurant pour elles d’avoir toujours la même équipe, savoir où aller et ne pas se poser de question », expliquait-on au GHBS en 2021. À Quimper, le centre hospitalier de Cornouaille aussi a imaginé un parcours de prise en charge adapté, de même que le CHRU de Brest.

Un lieu consacré pour accompagner les malades

La « maison Symbiose » : c’est le nom de ce lieu consacré à l’accueil et à l’accompagnement des femmes en cours de traitement ou post-cancer, à Plérin, dans les Côtes-d’Armor. Porté par une association, ce lieu accueillant et confortable a ouvert en septembre permet de trouver de l’écoute mais aussi, plus concrètement, des ateliers de soins de support (relaxation, art-thérapie…) ou encore de l’aide juridique et administrative.

Des casques pour limiter les chutes de cheveux

Pour réduire, retarder, voire empêcher la chute des cheveux causée par les traitements, certains établissements proposent aux patientes malades d’un cancer du sein de porter un casque réfrigérant avant et après le traitement. C’est par exemple le cas à la Clinique mutualiste de Bretagne occidentale, à Quimper.

(Le Télégramme/Johanne Bouchet)