France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Les chiffres du Covid-19 en France : plus de 200 000 cas, 1 000 patients en réanimation

Chiffres du Covid-19 en France : plus de 200 000 cas, 1000 malades en réanimationCovid France. Les derniers chiffres français de Covid publiés hier soir ont fait état de plus de 200 000 cas en 24 heures, comme l'a rapporté le ministre de la Santé François Braun. Nous avons plus de 17 000 patients hospitalisés et 1000 patients en unité de soins intensifs.

Le nouveau ministre de la Santé François Braun a annoncé lors d'une audition parlementaire au Japon et en Chine : Bilan final du coronavirus France Dépassé 200 000 nouveaux cas en 24 heures au mardi 5 juillet 2022. Ce sont206 554 caset sont comptés avec précision avec les derniers chiffres. Soit 59 306 de plus que mardi dernier. La moyenne de 7   jours est passée à 118  991  cas, enregistrés quotidiennement contre 110  519 le lundi, avec une incidence de pour 100  000 . 1141 . 12 Augmentation des cas. Actuellement un habitant français (1101 .36 lundi). Le nombre de décès enregistrés à l'hôpital en 24 heures était de75 décès(hors EHPAD), soit 22 de moins que la veille, mais 38 de plus que le la veille. .. Depuis le début de l'épidémie en France mardi, 150 000 personnes sont mortes.

À l'hôpital, il y a actuellement17 041 patients hospitalisés enCovid-19, avec 403 patients. Augmentation de Par rapport à lundi,1004 personnes sont dans l'unité de soins intensifs, soit 26 ou plus. Au cours des dernières 24 heures, 1 842 patients ont été hospitalisés, 235 de plus que la veille et 553 de plus que mardi dernier. 158 Les admissions en unité de soins intensifs ont été enregistrées. Autrement dit, lundi était 12  de plus que et 53  de plus que mardi dernier.

L'épidémie de Covid-19 en France n'est "pas terminée"

, en date du 23 juin, juillet de cette année Signalé le 5, le Le Conseil Scientifique a été boosté par l'émergence de nouvellessous-variantes d'Omicron (BA. 4 et BA. 5), "Covid-19 . La pandémie n'est pas terminée." Infectieux. Le conseil estime même que "le nombre de cas est probablement sous-estimé en raison de la lassitude constante des déclarations des différentes parties". Il est très prudent quant à l'impact de cette nouvelle vague sur les hôpitaux, "la vague portugaise BA. 4/BA. 5 a un taux de mortalité élevé pour les personnes de plus de 80 ans, alors que la couverture vaccinale est très bonne." Là". Dans l'épidémiologie hebdomadaire pointepubliée jeudi dernier, Santé Publique France fait déjà " de nouvelles hospitalisations, notamment le taux de vaccination pour le second rappel. Fait état de la résurrection de "parmi les les plus anciens." Ce n'est toujours pas assez."

Les sages doivent, avant tout, "s'attendre à une nouvelle vague d'épidémies de Covid-19", notamment "des virus au besoin". Un énième rebond « appelle les pouvoirs publics à pouvoir réagir rapidement aux constats ou aux évolutions attendues ».

Nouvelle loi Covid et retour aux restrictions en France

La plupart des restrictions ont commencé à être levées à la mi-mars, mais le maire de Nice Christian Estroji a déclaré ce mercredi que la municipalité était 7 Le 11 mars, les masques seront obligatoires pour le transport dans la zone métropolitaine. Les premières restrictions formelles depuis plusieurs mois au niveau national se sont jusqu'à présent contentées des recommandations du gouvernement.

Le projet de loi "Veille et Sécurité Sanitaires", qui débutera son parcours au parlement cette semaine, trouvera également des suites aux urgences sanitaires se terminant le 31 juillet. Cette nouvelle loi sur le Covid impose que la maintenance des outils de suivi des épidémies, comme le système SI-DEP et les applications Tous Anti Covid qui synthétisent les résultats de dépistage, soit enregistrée. Cela permet également aux gouvernements de définir des parcours de santé aux frontières, en fonction de la situation. En jeu : Obligation de fournir un test négatif, un certificat de vaccination ou de récupération à l'arrivée dans le pays. 

La loi Covid prévoit également la création d'un nouveau "Comité de Surveillance et de Prévision des Risques Sanitaires". Une organisation qui s'appuie sur le ministre de la Santé pour se substituer au Conseil scientifique et transmettre ses conclusions au Parlement et au président du Sénat. Par conséquent, dans le rapport final, le Conseil scientifique a déclaré qu'il « mettrait fin à ses activités le 31 juillet 2022 ».

Il s'agit des dernières données officielles disponibles sur le Covid-19 en France , selon un bilan quotidien deSanté Publique Francedu site de données. est . GéodesetDonnées. Basé sur le gouv, les données du test SI-DEP, les données hospitalières et les retours d'expérience des établissements sociaux de santé, y compris les maisons de retraite. De nombreuses explications sont nécessaires pour comprendre correctement ces chiffres. Pour plus d'informations sur celles-ci, voir Tableau  :

PRÉCISION  :(depuis le 8 juin 2022) , Santé publique France et Données. gouv ne fournit plus de mises à jour des données. Week-ends et jours fériés. De plus, après le 16 janvier 2022, l'annonce officielle du nombre total de cas (cumul total) confirmés depuis le début de l'épidémie a été suspendue en raison de l'allongement de la période d'intégration. data", précisezData .gouvLe premier nombre ci-dessus n'est donc pas un nombre officiel, mais il a été exécuté à partir de données non intégrées publiées quotidiennement via la base de données SI-DEP. Obtenu à partir du cumul de . La réinfection compte comme un nouveau cas.

Cela a été plus ou moins observé par rapport aux rapports précédents (généralement la veille). Nombre de cas de Covid-19, décès, hospitalisation, réanimation et guérison. Santé publique France et Data Selon les rapports quotidiens du gouv, les dernières données disponibles en France :

Lire aussi

Covid par ville

Nouveaux cas de covid, taux de tests positifs, part de population testée. Linternaute est une tendance dans les communes Donne un accès gratuit aux données sur l'évolution. Voir
 

Données quotidiennes sur le corona virus français, selon le nombre d'évolutions du virus Nous avons créé plusieurs courbes qui ont pu être observées. Nombre de cas confirmés, nombre de patients hospitalisés et en traitement intensif, nombre de décès et décès totaux dans les hôpitaux , et nombre de retours à domicile, assimilés à récupération.

Dans le premier graphique, la courbe représente la moyenne des cas enregistrés quotidiennement en 7 jours, et la barre représente le nombre de cas enregistrés dans le dernier bilan quotidien Autres { Pour le graphique 207}, la courbe représente le total (par exemple, : total des hospitalisations en cours) et les barres correspondent aux évolutions quotidiennes (solde des hospitalisations quotidiennes, nouvelles décès, etc.)

.

Détails du nombre de cas  : Santé publique France stipule que "les données peuvent varier considérablement avec les activités de dépistage (telles que les activités réduites le week-end). ( Réduire mécaniquement le nombre de cas le lundi) et des retards dans le rendu des résultats » (généralement 24 à 48 heures). La comptabilisation des cas a également été confuse par certains changements dans la manière dont les tests positifs ont été enregistrés. Par conséquent, les chiffres enregistrés avant et après le 13 mai 2020 dans leprojet SI-DEPen 2020 ne peuvent pas être complètement comparés. Tant la quantité que la nature des tests effectués ont considérablement évolué. Dès les premiers milliers de tests épidémiques, la France a effectué plus de 1 millions de tests chaque semaine et 2 millions de tests début novembre 2020. Cela a forcément influencé les chiffres. De plus, le test de mars/avril 2020, au plus fort de la première vague, visait principalement les patients gravement malades et excluait généralement tous les patients hospitalisés et ne présentant pas ou peu de symptômes. Par conséquent, le nombre réel de cas de Covid-19 en France était significativement supérieur au nombre estimé de cas confirmés au cours de cette période.

  • Depuis mi-novembre 2020, le nombre de tests positifs comprend les résultats du test PCR pluset du test antigénique
  • Des corrections en double seront effectuées en France le 20. Réalisé par la Santé Publique mai 2021. Depuis l'épidémie, il y a eu plus de 590 millions de cas en France, mais ce chiffre a été révisé à près de 557 millions, soit 348 846 cas de moins. Une solution très visible pour la courbe ci-dessus. D'autres "incidents" concernant le flux de données ont été signalés à plusieurs reprises par Santé publique France.

    Description de l'hospitalisation  : Il faut maintenant faire la distinction entre les changements dans le nombre total de patients admis au temps T et {. 235} Nouvelle hospitalisation, c'est-à-dire nouvelles hospitalisations quotidiennes (total). Dans certains cas, le bilan tient compte non seulement de l'hospitalisation mais aussi de la sortie (guérison ou décès). Deuxièmement, nous ne parlons que des nouvelles admissions à l'hôpital ou aux soins intensifs de Covid pendant plus d'une journée. Les données d'hospitalisation

    tiennent également compte des patients admis avec Covid-19 au lieu de Covid-19.Ainsi, les patients hospitalisés pour d'autres motifs peuvent être pris en compte. Le pourcentage de tous les patients Covid-19 hospitalisés pour des raisons autres que Covid-19 (mais porteurs du SRAS-CoV-2) est jusqu'à un tiers que j'ai pu atteindre. Le patient est selon les données détailléesmises à disposition par Santé Publique France à partir de fin janvier 2022.

    Détails du décès : Depuis mai 2020, Santé publique France ne met plus à jour quotidiennement le bilan des Ehpad. Ce rapport a été mis à jour chaque semaine à la fin de l'été, puis plusieurs fois par semaine, et enfin stabilisé au rythme d'une à deux fois par semaine. J'ai donc préféré dans un premier temps éliminer les décès quotidiens en EHPAD pour ne pas fausser le graphique. A la demande de plusieurs lecteurs, depuis le 13 novembre 2020 , nous réaffichons la mise à jour des décès sur les Ehpad (barre gris foncé) qui provoque un pic artificiel lors de la mise à jour. Des erreurs de données et des corrections ont été signalées à plusieurs reprises par la Santé publique française depuis la mi-mars 2020, mais ont également été signalées fin 2021 et sont généralement surestimées et { Un changement de nombre négatif peut se produire après 242 }. De la mort.

    Le ministère de la Santé calcule un ensemble de statistiques sur la progression du Covid-19 dans le pays à partir de données brutes. Les quatre indicateurs les plus importants sont : le taux de positivité, le taux d'incidence, le taux de reproduction effectif, le taux d'occupation en unité de soins intensifs du test RT-PCR. Si le premier et le dernier sont facilement compréhensibles (le rapport des tests positifs sur le nombre total de tests effectués et l'occupation des services de réanimation selon la capacité initiale du pays), les deux autres le sont par définition.

    L'incidence, représentée par la deuxième courbe, est considérée comme un indicateur important de la pathogénicité virale. Il s'agit du nombre de nouveaux cas de coronavirus diagnostiqués par des tests PCR survenus au cours des 7 derniers jours. Ce nombre est rapporté au nombre d'habitants . C'est-à-dire le pourcentage exprimé pour 100 000 habitants.

    Le nombre de reproduction (R)correspond au nombre moyen de personnes infectées par le patient. Si ce nombre est supérieur à 1, cela signifie que la maladie progresse car, en moyenne, les personnes infectées par le Covid-19 en sont infectées par plusieurs autres.

    Si vous ne voyez pas l'infographie,Cliquez ici

    Taux positif et incidence :Public Santé France a fait évoluer le mode de calcul des indicateurs clés. Il s'agit de l'incidence du 8 décembre 2020 et du taux de tests positifs. Avec l'ajout de , le premier indicateur a été testé pour l'antigénicité puis étendu mécaniquement. Le résultat du calcul. Le taux positif pour a chuté de manière significative. La raison en est due au décompte du test négatif . La même personne exécute désormais plusieurs tests dans les 60 jours, et si ceux-ci sont négatifs, chacun est désormais compté. Auparavant, si une personne était testée négative plusieurs fois de suite dans les 60 jours, seul le premier test était comptabilisé. Sa situation n'a changé qu'avec le test positif .

    Santé publique France décritdans un communiqué de presse. Cette nouvelle méthode de calcul s'est avérée plus précise car elle prend en compte "la propagation du virus dans la population testée". "Aujourd'hui, alors que l'épidémie se poursuit, il est courant qu'une même personne fasse plusieurs tests, surtout si le test précédent était négatif. De plus, les connaissances évoluent et il y a un risque de réinfection. 60 Il faut qu'elle soit identifiable sur jours", a écrit l'agence de santé de l'époque.