France

Coronavirus : 18e cas en France, les images d'une ville italienne coupée du monde

Alors que l'Italie, où l'épidémie a fait douze morts, tente d'endiguer la propagation du coronavirus, les pays frontaliers ont décidé mardi 25 février de maintenir leurs frontières ouvertes. En France, les autorités françaises ont annoncé quatre nouveaux cas confirmés, dont un mort ce mercredi. Suivez notre direct...

Une infographie du Parisien.
Une infographie du Parisien.

Le point à 22 h

Le service de réanimation de Creil fermé. Le service de réanimation de l'hôpital de Creil est fermé pour 14 jours afin de prévenir les risques de propagation du coronavirus. Le second patient décédé en France, un enseignant de l'Oise, l'avait fréquenté pendant six jours. 

Premier cas en Norvège. Le ministère de la Santé norvégien a annoncé un premier cas de coronavirus. La personne contaminée est rentrée d'un séjour en Chine la semaine dernière.

20 jours d'indemnités sans délai de carence. Les personnes placées en isolement par précaution pour éviter un risque de propagation du nouveau coronavirus en France peuvent bénéficier "d'un arrêt de travail et d'indemnités journalières" pouvant aller jusqu'à 20 jours, a expliqué mercredi le ministre de la Santé. Cette mesure s'applique aussi aux "parents dont l'enfant fait l'objet d'une mesure d'isolement et qui ne peuvent donc pas se rendre au travail", a précisé Olivier Véran au cours d'une conférence de presse.

Ce dispositif est "une procédure dérogatoire qui a été adoptée par un décret signé le 31 janvier" mais qui reste méconnue des personnes concernée. Le ministre précise également  qu'il n'y a aucun délai de carence.

Le point à 21 h

En Italie, plus de 400 personnes contaminées. La barre de 400 cas a été franchie en Italie, selon la Protection civile. 36 personnes se trouvent en soins intensifs. Trois patients soignés à Rome depuis début février sont définitivement guéris : un couple de touristes chinois et un jeune homme revenu de Chine. Ils étaient les premiers cas de coronavirus en Italie. Ils ont bénéficié d'une thérapie expérimentale antivirale. La Lombardie, avec Milan, la capitale économique, reste la région la plus touchée par le virus (258 cas).

A quoi ressemble une ville d'Italie en quarantaine ? Dans la vidéo de Brut ci-dessous, Andrea Alloni est coincé à Codogno, une des 11 villes isolées en Italie. Il explique comment fonctionne le confinement.

Le point à 19 h 30

Un nouveau cas à Annecy. Un nouveau cas de coronavirus a été détecté ce mercredi à Annecy, a annoncé Olivier Véran, le ministre de la Santé, lors de sa conférence de presse quotidienne. C'est le 18e cas en France. "Il s'agit de l'épouse du patient hospitalisé à Annecy." Un homme de 64 ans de retour de Lombardie.

"Le bilan ce soir est bien de 18 cas, 12 guéris, 2 décédés et 4 hospitalisés, a précisé le ministre. Le cas 13 était une femme qui revenait de Chine et était considérée comme guérie. Et ce soir, elle est sortie. [...] Le 17e est une histoire tragique puisqu'il s'agit d'un Français de 60 ans qui a été testé en urgence hier dans un état gravissime et qui est malheureusement décédé cette nuit. L'enquête, évidemment, a été lancée en pleine nuit pour retracer son histoire de soins." Dans ce cas, la source de la contamination reste inconnue.

"Lavez-vous les mains". "On ne le dira jamais assez. Lavez vous les mains, lavez vous les mains souvent toutes les heures. Lavez vous après des contacts rapprochés avec les personnes. C'est utile pour lutter contre la diffusion du coronavirus", a terminé Olivier Véran.

15 millions de masques déstockés. Le ministre de la Santé a également décidé de "déstocker" 15 millions de masques anti-projection "de notre stock national qui seront répartis dans toutes les officines, toutes les pharmacies d'officine du territoire national". Ces masques serviront aux professionnels de santé  et aux personnes à risque dans la mesure où "ce sont des personnes qui reviennent de zones dites zone rouge, ou qui ont été en contact avec des personnes infectées et qui ne sont pas elles-mêmes infectées", a-t-il poursuivi. 

Des masques sont également distribués aux 138 établissements de santé concernés par la prise en charge des patients positifs au coronavirus dans la phase pré-hospitalière. Autrement dit, les transports sanitaires et le SMUR.

Numéro vert. Le numéro vert - gratuit - pour répondre aux questions des Français à propos du coronavirus, est désormais accessible de 8 heures à 21 heures. Il s'agit du 0 800 130 000.

Le point à 19 h

Polémique autour du match OL - Juventus. Mercredi après-midi, pour justifier la venue à Lyon de 3 000 supporters italiens de la Juventus, le ministre de la Santé affirmait : "Il n'y a pas de malade identifié à Turin, il n'y a pas de malade identifié dans la région du Piémont". Pourtant, la Protection civile italienne affirme qu'il y a trois cas de personnes infectées dans la région du Piémont. A Turin précise La Carriere della Sera. 

De nouveaux cas. La Finlande a annoncé mercredi un deuxième cas de contamination, une femme ayant voyagé en Italie. Les autorités pakistanaises confirment leurs deux premiers cas de coronavirus. Un premier cas a, par ailleurs, été enregistré en Macédoine du nord.

Les bons conseils pour se protéger du coronavirus. Patrick Pelloux et Frédéric Saldmann, deux médecins très connus des Français, livrent leurs recommandations dans la vidéo ci-dessous.

Une pause à 18 h avec le Pr Eric Caumes

Interrogé par Le parisien, le docteur Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à la Pitié-Salpêtrière à Paris, estime "qu'on fait tout ce qu'il faut pour répandre la panique. Pourquoi les autorités de santé ne disent-elles pas que les malades qui meurent en Italie ont souvent 80 ans, des cancers ou d'autres pathologies ? Et en France, pourquoi n'insistent-elles pas sur le fait que les deux personnes décédées avaient d'autres maladies ?  (...) Le résultat, c'est que les gens ont peur. Le Covid-19 n'est, pourtant, qu'un coronavirus de plus."

Eric Caumes, qui pratique dans l'hôpital où est décédé le Français de 60 ans infecté, pense que "c'est dans les hôpitaux que la situation peut s'amplifier à force d'y précipiter les malades." Pour lui, il faudrait "que les gens qui n'ont pas de formes graves restent chez eux ! Cela évitera une contamination telle qu'on la connaît en Italie ou en Chine. Aujourd'hui, on nous épuise avec des gens qui ont le nez qui coule alors que leur présence à l'hôpital peut contaminer des personnes plus fragiles..

Le point à 17 h

La fin du Carnaval de NIce annulée. Le maire de Nice Christian Estrosi a annoncé mercredi après-midi la fin des festivités du Carnaval. Deux rendez-vous, qui devaient rassembler plusieurs dizaines de milliers de personnes étaient encore prévus samedi. "À titre préventif et à titre de précaution, j’ai décidé que la dernière journée du carnaval n’aurait pas lieu", a expliqué le Premier magistrat.

Cellule de crise à Paris. La mairie de Paris va activer une cellule de crise afin de lutter au mieux contre la propagation du coronavirus. Elle se réunira dès ce jeudi pour faire un point sur les cas avérés, les suspicions et les mesures à prendre.

L'Iran cache-t-elle des informations ? "Les autorités affirment contrôler la situation, mais refusent de publier le nombre exact des personnes infectées et décédées, et empêchent les journalistes de faire leur travail", dénonce l'ONG Reporters sans frontières qui déplore la répression des journalistes publiant des informations indépendantes. Mercredi, l'Iran a fait état de quatre nouveaux décès, portant le bilan à 19 morts et 139 cas.

Le point à 16 h

Un premier cas au Brésil. Plus de trente pays sont touchés par le Covid-19. Le bilan dépasse désormais les 30 morts en dehors de la Chine. Le gouvernement confirme un cas de coronavirus au Brésil. C'est le premier en Amérique latine. Il s'agit d'un homme de 61 ans qui revient d'Italie.

Plan blanc à l'hôpital de Creil. Le plan blanc a été déclenché ce mercredi à l'hôpital de Creil. L'enseignant français décédé y était passé avant d'être transféré à Paris. Le plan blanc permet la mise en place d'une cellule de crise, la mobilisation du personnel, même en repos, la mise à disposition de lits supplémentaires si besoin. Tous les personnels qui ont été en contact avec l'enseignant seront répertoriés.

Rugby : Irlande-Italie reporté. Le match du Tournoi des six nations Irlande - Italie, prévu le 7 mars à Dublin, est officiellement reporté. Cette recommandation a été émise "pour des raisons de santé publique".

Le point à 15 h

Qui a croisé le professeur décédé ? Lors d'une conférence de presse, le directeur de l'autorité régionale de santé (ARS) des Hauts-de-France demande à toute personne ayant croisé entre "le 12 février et 25 inclus" le professeur de l'Oise décédé et présentant des symptômes du coronavirus à se manifester auprès du Samu, au 15. La période d'incubation étant terminée, une personne qui n'est plus malade aujourd'hui ne doit pas appeler le 15. Il précise qu'une cellule téléphonique a été mise en place pour les cinq départements des Hauts-de-France : il s'agit du 03 20 30 58 00.

Selon le directeur général de l'ARS, ce professeur ne s'est pas rendu dans une zone d'exposition à risque. C'est la raison pour laquelle il n'a pas été initialement identifié. Citant une source médicale, Le Parisien indique que cet homme de 60 ans est mort d'une "embolie pulmonaire massive".

Un deuxième cas en Catalogne. Alors que la première personne infectée en Catalogne est toujours hospitalisée, l'Indépendant annonce un deuxième cas : un jeune homme de 22 ans de retour d'un voyage à Milan en Italie. Les autorités catalanes cherchent à identifier "les personnes entrées en contact avec lui pour les confiner chez eux. On suit le protocole, comme on l'a fait pour le premier cas" a expliqué la conseillère à la santé Alba Verges.

Supporters italiens à Lyon. La direction générale de la santé estime qu'il est inutile d'interdire la venue de 3 000 supporters italiens de la Juventus pour un match de football ce mercredi soir à Lyon. Comment justifie-t-elle ce choix ? Tout simplement, selon elle, parce que la région piémontaise n'est pour l'heure pas considérée comme un foyer de l'épidémie. Contrairement à la Lombardie ou la Vénétie.

Le point à 14 h

Plus de personnes infectées dans le monde qu'en Chine. Selon l'OMS, il y a désormais plus de nouveaux cas quotidiens dans le monde qu'en Chine. Avec 411 nouveaux cas en Chine et 427 cas ailleurs dans le monde mardi, "le nombre de nouveaux cas signalés en dehors de la Chine a dépassé pour la première fois le nombre de nouveaux cas en Chine", a ainsi déclaré le patron de l'Organisation mondiale de la Santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une réunion à Genève.

Le point à 13 h

Voyages. L'épidémie de coronavirus fait s'effondrer les réservations touristiques des vacanciers français pour plusieurs pays d'Asie, principalement, en plus de la Chine, le Vietnam, la Thaïlande et le Cambodge, ont indiqué ce mercredi les voyagistes hexagonaux.

Lors des 23 premiers jours du mois de février, les réservations auprès des agences de voyages françaises pour des séjours en Chine au cours des prochains mois "se sont effondrées à - 99 %", selon les données des Entreprises du Voyage, qui représentent le secteur du tourisme en France. Autres destinations touchées, le Cambodge, le Vietnam et la Thaïlande, à hauteur de 61 % en moyenne. Le ministère des Affaires étrangères, n'indique aucune restriction sur ces pays.

Le point à midi

Un douzième mort en Italie. L'Italie a annoncé ce mercredi son douzième décès dû au nouveau coronavirus, qui a désormais contaminé 374 personnes dans le pays, soit un bilan alourdi de plus de 50 cas depuis la veille. La dernière victime en date est un homme de 69 ans mort en Emilie-Romagne, a précisé le chef de la Protection civile, Angelo Borrelli. Toutes les personnes décédées en Italie à cause de ce coronavirus apparu en Chine étaient âgées et la plupart souffraient déjà de problèmes de santé.

Premier cas en Grèce. Le ministère grec de la Santé annonce un premier cas de contamination au coronavirus. Il s'agit d'une femme de 38 ans, qui avait récemment voyagé en Italie.

Réunion entre partis. Les chefs de partis représentés au Parlement, les présidents de groupes parlementaires et les présidents d'assemblées sont conviés jeudi, à 8 h 30, autour d'Edouard Philippe afin de faire un point sur la situation liée à l'épidémie de nouveau coronavirus, a indiqué ce mercredi Matignon.

Le point à 11 h

Beaune. Un groupe de trente touristes est actuellement retenu dans un hôtel de Beaune (Côte-d'Or), après le décès suspect, sans symptôme, d'un ressortissant hongkongais la nuit dernière. Les prélèvements biologiques ont été réalisés et les résultats seront connus dans la journée.

Par mesure de précaution, le groupe des 30 voyageurs auquel appartenait cette personne, et qui devait repartir ce mercredi matin en autocar vers Paris, a été retenu au sein de l’établissement, le temps des analyses. D'autres clients de l'hôtel qui n'ont pas eu de contact avec ce groupe de touristes ont pu repartir.

Iran. Le dernier bilan de la flambée épidémique liée au nouveau coronavirus en Iran s'établit à 139 cas de contamination et 19 décès, a annoncé mercredi le porte-parole du ministère de la Santé iranien lors d'une allocution retransmise sur la télévision publique. Hormis la Chine continentale, où le virus a émergé en décembre dernier, l'Iran est le pays dans lequel le nombre de décès imputé à ce virus est le plus élevé.

Le point à 10 h

Un Français contaminé est mort à Paris. Les autorités françaises ont annoncé trois nouveaux cas confirmés en France, dont un mort. Il s'agit de l'un des patients infectés, un Français de 60 ans hospitalisé à Paris. Cet enseignant de la commune de Vaumoise (Oise) est décédé dans la nuit de mardi à ce mercredi à l'hôpital parisien de La Pitié-Salpêtrière, a annoncé ce mercredi le directeur général de la santé, Jérôme Salomon.

Cette victime fait partie des trois nouveaux cas recensés en France, où le bilan s'élève désormais à 17 personnes infectées et deux décès.

Les deux autres nouveaux cas concernent un homme de 55 ans à Amiens, qui se trouve dans une "situation clinique grave" et a été placé en réanimation, et un homme de 36 ans à Strasbourg, revenu de Lombardie et qui "ne présente pas de signe de gravité", a dit Jérôme Salomon. Il s'agit de deux Français.

Dans ces deux cas, les autorités sanitaires disposent des coordonnées de l'ensemble de leurs contacts pour surveiller leur entourage, a ajouté le directeur général de la santé.

La victime est décédée cette nuit à l'hôpital La Salpêtrière, à Paris..
La victime est décédée cette nuit à l'hôpital La Salpêtrière, à Paris.. - ILLUSTRATION - CAPTURE D'ÉCRAN GOOGLE MAPS

L'homme décédé à Paris "a été testé en urgence hier à l'hôpital de La Pitié-Salpêtrière dans un état gravissime et (il) est malheureusement décédé dans la nuit", a déclaré Jérôme Salomon. "L'enquête a été lancée en urgence", a-t-il poursuivi, ajoutant que les détails des investigations en cours au sujet de cet homme seraient présentés ce mercredi soir par le ministre de la Santé, Olivier Véran.

La première personne morte en France en raison du coronavirus apparu en décembre en Chine, le premier décès hors d'Asie, était un touriste chinois de 80 ans. Cet homme originaire de la province du Hubei, premier foyer de l'épidémie, est mort le 14 février.

Le point à 9 h

L'OMS alerte. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) lance une nouvelle alerte, face à la propagation du nouveau coronavirus dans plusieurs pays en dehors de la Chine continentale. Le monde n'est "tout simplement pas prêt" à faire face à cette épidémie de pneumonie virale, a prévenu Bruce Aylward, l'expert dirigeant la mission conjointe de l'OMS et de la Chine.

"Vous devez être prêt à gérer cela à une plus grande échelle, et cela doit être fait rapidement", a-t-il alerté de retour de Pékin, tout en saluant le travail d'endiguement de la maladie réalisé par les autorités chinoises.

Courbevoie. Invité de France Inter ce mercredi, le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a indiqué que quatre élèves des cinq de Courbevoie avaient "un test négatif". Sur BFMTV, le secrétaire d'État Gabriel Attal a affirmé que le test du cinquième était "en attente".

Vaccin. Selon Didier Raoult, directeur de l'Institut Méditerranée Infection, la solution pour lutter contre le coronavirus pourrait se trouver dans un banal traitement à la chloroquine, utilisé contre le paludisme et peu coûteux. Ce dernier s'appuie sur les résultats d'une étude clinique chinoise effectuée dans plus de dix hôpitaux du pays.

Le point à 8 h

Diamond Princess. Des dizaines de passagers qui ont débarqué du navire de croisière Diamond Princess touché par le coronavirus présentent certains types de symptômes, a déclaré ce mercredi le ministre japonais de la Santé, sur fonds de nombreuses critiques sur la gestion de la crise sanitaire.

Lyon - Juventus. 3 000 supporters italiens environ sont attendus à Lyon, ce mercredi soir, pour le match OL-Juventus, un match de 8e de finale de la Ligue des champions. Aucune mesure spécifique n'a été prise.

Déclin en Chine. La Chine a annoncé ce mercredi un bilan de 52 morts du coronavirus au cours des dernières 24 heures, portant à 2 715 le total cumulé depuis l'apparition de la pneumonie virale en décembre dans le Hubei (centre). Ces 52 nouveaux décès, chiffre le plus bas depuis 3 semaines, sont à déplorer dans cette province.

Le Hubei compte également 401 des 406 nouveaux cas de contamination répertoriés ce mercredi, selon la commission nationale (ministère) de la Santé. La Chine compte désormais plus de 78 000 cas de contamination.

Tournoi des Six nations. Les autorités sanitaires irlandaises ont recommandé l'annulation du match de rugby devant opposer l'Irlande à l'Italie, le 7 mars à Dublin pour le tournoi des six Nations. "La recommandation faite ce jour d'annuler le match de rugby Irlande-Italie est fondée sur l'évolution rapide de l'épidémie en Italie du Nord, et le risque consécutif d'importer des cas en Irlande", a le ministère de la Santé irlandais. Le match Angleterre-Italie, prévu le 14 mars lors de la dernière journée du Tournoi, est également menacé.

Corée du Sud. La Corée du Sud annonce 169 nouvelles contaminations, pour un total de 1 100.

Le point à 7 h

Le coronavirus a continué de se propager mardi 25 février dans de nombreux pays, avec deux nouveaux de cas de contamination en France. Il s’agit d’une jeune femme chinoise revenue de Chine le 7 février et hospitalisée à Paris et qui a "un tableau très rassurant", a annoncé le directeur général de la santé, Jérôme Salomon. "Elle est négative mais avec des traces de guérison récente […] Cette personne va très bien", a-t-il précisé.

Un homme rentré d'un séjour en Italie

"Le 14e cas vient de nous être signalé […], il s’agit d’un homme français qui rentre d’un séjour en Lombardie et qui est actuellement hospitalisé en région Auvergne-Rhônes-Alpes, a-t-il ajouté. Son état n’inspire pas d’inquiétude."

"Nous avons donc 14 cas confirmés : deux personnes hospitalisées, onze guéries et un décédé", rappelle Jérôme Salomon. "Nous avons beaucoup d’alertes. C’est tout à fait normal car l’épidémie est à nos portes, souligne le ministre de la Santé, Olivier Véran. Nous préparons l’ensemble des dispositifs de veille sanitaire et d’intervention."

Un premier cas en Catalogne

Une femme de 36 ans d’origine italienne vivant à Barcelone a été testée positive mardi 25 février au Covid-19. Il s’agit du premier cas d’un patient infecté par le coronavirus en Catalogne.

Les autorités sanitaires ont pu rapidement retracer le parcours de la jeune femme qui rentrait d’un séjour récent dans le nord de l’Italie, précisément dans la région infectée, entre Bergame et Milan. Elle y aurait séjourné entre les 12 et 22 février.

Et si toutes les personnes entrées en contact avec elle, au nombre de 25 mardi, ont été identifiées et rapidement déclarées "saines" par les autorités catalanes, elles sont néanmoins placées en quarantaine. "Elles doivent rester 14 jours à leur domicile au cas où apparaissent des symptômes, a précisé le secrétaire à la Santé publique de Catalogne, Joan Guix. On entrera en contact avec elles deux à trois fois par jour."

Le cas de cette Barcelonaise était mardi jugé "léger avec rien de préoccupant" par la conseillère catalane à la Santé, Alba Vergès. La patiente aurait elle-même contacté l’Hospital clinic de Barcelone dans la nuit de lundi à mardi pour des symptômes identiques à "ceux de la grippe ". C’est là qu’elle aurait été soumise à un premier test de dépistage qui s’est avéré positif et "fiable à 99 % ". " Elle va bien", a déclaré Joan Guix.

La jeune femme serait ainsi hospitalisée " par commodité" et parce que l’établissement n’était pas saturé : "Nous allons rapidement décider de la garder hospitalisée ou bien de la laisser regagner son domicile."

Les autorités veulent néanmoins rassurer. Comme le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez avant lui, Joan Guix a appelé au calme et rappelé que "80 % des cas sont légers, la grippe saisonnière est bien plus grave."

"L’immense majorité des cas graves sont des personnes d’un âge avancé avec d’autres pathologies, a renchéri la responsable des services catalans de santé, le docteur Assumpta Ricard. Le cas (de cette femme de 36 ans) n’est pas d’une grande gravité, on parle d’une personne jeune et saine." Et d’ajouter : "On pense que les pires scénarios n’arriveront pas mais on doit se préparer. Le cas de l’Italie nous oblige à réfléchir sur un scénario plus chaotique."

Après avoir écarté mardi tout risque sur dix cas suspects, les services de santé de la Generalitat de Catalunya attendaient encore le résultat de tests effectués sur " sept ou huit" autres cas suspects.

Frédérique Michalak

77 hôpitaux activés en France

La France est en état d’alerte avec 77 hôpitaux activés et des mesures de précaution pour les personnes revenant d’Italie, où 11 morts et plus de 300 infections sont désormais recensées. Huit régions et une province autonome sont touchées, les compagnies aériennes commencent à restreindre les vols vers la péninsule, les contrôleurs SNCF ne passent plus la frontière et les Français sont priés de reporter leurs voyages vers les zones contaminées, tandis que les prix des masques et des gels désinfectants grimpent en flèche.

"Il n’y a pas lieu de fermer les frontières entre nos pays, ce serait disproportionné et inefficace", a estimé mardi le ministre français de la Santé, Olivier Véran, en déplacement à Rome pour une réunion de travail avec ses homologues européens transfrontaliers de l’Italie.

Les infections et les décès sont exponentiels en Italie.
Les infections et les décès sont exponentiels en Italie. - MAXPPP - LAURA GOZZINI

Prêts à réagir rapidement

Quant aux manifestations publiques, "à ce stade, il n’y a pas lieu d’annuler a priori les grands événements publics, qu’il soit de nature sportive ou culturelle", a-t-il ajouté. "Mais nous nous accordons la possibilité, au cas par cas, de regarder chaque situation", prévient le ministre (lire aussi en pages Sports), alors que le coronavirus poursuit sa propagation à grande vitesse en Europe. Un premier cas a été enregistré dans la péninsule ibérique, en Catalogne (lire ci-dessous). Quatre autres malades sont hospitalisés dans les îles Baléares et Canaries, où près d’un millier de résidents d’un hôtel sont confinés.

La Croatie et la Suisse ont confirmé, elles aussi, mardi la détection d’un premier cas sur leur territoire. Deux autres ont été signalés en Autriche. Au Moyen-Orient, l’Afghanistan, Bahrein, le Koweit, l’Irak et Oman sont désormais eux aussi touchés.

Le virus décline en Chine

Le virus apparu en décembre à Wuhan, en Chine, où il a fait 2 663 morts et 80 000 contaminations, décline désormais dans ce pays selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais, ailleurs, elle gagne du terrain, touchant aujourd’hui plus d’une trentaine d’États, selon Le Monde. Outre l’Italie, l’épidémie est particulièrement meurtrière en Iran (15 morts) et en Corée du Sud (10 morts).

Les pays du monde entier doivent se préparer immédiatement à une épidémie pour réagir rapidement à son arrivée, a exhorté mardi le Dr Bruce Aylward, un expert de l’OMS, de retour de Chine.