Une vidéo vue des milliers de fois sur YouTube ou sur Facebook, en plusieurs langues. Sara Cunial, une députée italienne, y dresse une charge contre Bill Gates et sa fondation. Elle y relaie plusieurs rumeurs, que nous décryptons ci-dessous.

Sara Cunial est une ancienne membre du Mouvement 5 étoiles, expulsée en avril 2019 en raison de plusieurs prises de position contre son groupe et de déclarations opposées à la vaccination – en 2018, elle avait déjà été suspendue du groupe pour des propos anti-vax.

Dans cette intervention, prononcée le 14 mai au Parlement italien, l’élue lance plusieurs accusations contre Bill Gates et les actions de sa fondation. Nous les passons en revue ci-dessous.

Au dernier trimestre 2019, les Etats-Unis étaient les premiers contributeurs de l’Organisation mondiale de la Santé. La fondation de Bill et Melinda Gates arrivait en seconde position. La situation est amenée à évoluer dans les prochains mois : Bill Gates a promis de donner 250 millions de dollars supplémentaires pour lutter contre le Covid-19, tandis que Donald Trump a menacé le 18 mai de couper définitivement tout financement de l’organisation internationale.

L’Event 201 n’était pas une prophétie, mais un exercice théorique de simulation réalisé en octobre 2019 conjointement avec le Forum économique mondial et l’école de santé publique John Hopkins Bloomberg. Il ne portait pas sur le Covid-19. Nous avions consacré en janvier un article sur cette accusation.

Il n’existe aucune trace de cette soi-disant citation de Bill Gates sur un « génocide » qui pourrait « sauver le monde ». Quant à la première partie de la citation, elle est extraite d’un Ted Talk donné par Bill Gates en 2010. Celui-ci porte sur les nouvelles énergies et l’objectif d’atteindre zéro émission de carbone en 2050. Voici ce qu’a déclaré le milliardaire (à partir de 4'30'' dans la vidéo ci-dessous) : « Le monde compte aujourd’hui 6,8 milliards de personnes. Ce chiffre s’élève à 9 milliards. Si nous faisons vraiment un excellent travail sur les nouveaux vaccins, les soins de santé, les services de santé reproductive, nous pourrions réduire cela [la croissance de la population] de, peut-être, 10 ou 15 pour cent. »

Bill Gates fait ici allusion à la croissance de la population mondiale. Comme le souligne le site de fact-checking américain Snopes, Bill Gates pense qu’une mortalité infantile réduite et un meilleur accès à des soins peuvent réduire le taux de croissance. Si les enfants ont des meilleures chances de survie, les parents choisiront alors d’avoir moins d’enfants. Une idée qu’il a formulée à plusieurs reprises.

La rumeur se propage depuis plusieurs campagnes de vaccination contre le tétanos dans les années 1990 dans plusieurs pays. Elle a été relancée en 2014 au Kenya, après qu’une campagne de vaccination a été lancée dans le pays par l’OMS en direction des jeunes femmes. Elle visait à réduire la contamination des bébés, rappelle AfricaCheck.

Des médecins catholiques ont alors affirmé que le vaccin contenait l’hormone HCG, en s’appuyant sur des tests de grossesse qui auraient révélé la présence de l’hormone. Combinée au vaccin, l’hormone HCG pourrait provoquer des fausses couches, selon ces médecins.

Les tests n’ont pas été effectués dans des conditions adéquates. L’OMS a publié un démenti, dans laquelle elle rappelle que le vaccin a été utilisé dans 52 pays pour immuniser 130 millions de femmes et leurs enfants. Cela n’a pas empêché la rumeur de resurgir dans le pays.

La seconde affirmation, selon laquelle un demi-million d’enfants ont été paralysés en Inde, est répandue sur les réseaux sociaux et a été relayée par Robert F. Kennedy JR, le neveu de John Fitzgerald Kennedy, comme le souligne Politifact. L’OMS a décompté 17 cas en Inde de polio dérivés de la vaccination, entre 2000 et 2019.

Vous voulez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info, une photo ou une vidéo ? Remplissez le formulaire ci-dessous ou écrivez-nous sur Twitter :  https://twitter.com/20minFakeOff

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les  fausses nouvelles. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.