France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Coupe du monde 2022 : face à la Pologne, «il va falloir aller vite» prévient Wendie Renard

lewandoski

Lewandowski , buteur exceptionnel, fait peur à la France. © Foto Olimpik / NurPhoto / NurPhoto via AFP

Jacques Vendroux 13h43, le 04 décembre 2022

Avec une composition qui a déjà fait ses preuves, la France s'élance contre la Pologne, qui détient parmi ses rangs le redoutable buteur Lewandowski. Si les Bleus se méfient du talent des Polonais, Wendie Renard, consultante Europe 1 prévient : il va falloir aller vite et maitriser ses émotions pour voir les quarts.

À quelques heures du coup d'envoi du match France-Pologne, premier match à élimination directe des Bleus lors de cette Coupe du monde, la ferveur s'empare peu à peu de Doha. Parmi les équipes très populaire au Qatar, notamment l'Argentine, le Sénégal ou l'Angleterre, la France a sa place dans le cœur des supporters. Tout le monde attend le match France-Pologne avec impatience, comme si le «phénomène Bleus» s'était ancré chez les qataris.

Une composition identique au match contre le Danemark

Sur la feuille de match, chacun est à sa place. La composition est identique à celle du match contre le Danemark, une certaine forme de sécurité de la part de Didier Deschamps. Hugo Lloris sera dans les buts, Koundé en défense. Varane sera présent tout comme Upamecano et Théo Hernandez, qui devient l'un des hommes les plus importants de cette équipe puisque c'est le seul latéral gauche des Bleus.

Au milieu de terrain on retrouve Tchouaméni, qui prend beaucoup de grandeur dans cette équipe de France. Les incontournables Griezmann, Rabiot, Dembélé, Mbappé et Giroud seront également présents sur le terrain. En jeu, la qualification pour les quarts de finale mais aussi plusieurs records que les joueurs de cette Coupe du monde commencent à collectionner. 

>> Retrouvez le Journal de la Coupe du monde 2022 tous les jours sur Europe 1, radio officielle

Une cascade de records

Le record de Lloris d'abord, qui égale avec ce match le record de sélections de Lilian Thuram, soit 142. Le gardien des Bleus a également à son compteur 118 capitanat et 61 matches avec l'équipe de France sans encaisser un seul but. Un homme qui rentre à chaque rencontre encore plus dans la légende des Bleus.

Un autre record fait plaisir à beaucoup de supporters, c'est celui d'Olivier Giroud. Si le Français marquait ce dimanche contre la Pologne, il dépasserait le record de Thierry Henry et comptabiliserait un 52e but. Un but de Giroud, c'est aussi une petite chance de se qualifier pour les quarts de finale. À un but, donc, du bonheur total.

"Il va falloir aller vite" prévient Wendie Renard

Face à un Lewandowski en grande forme, l'équipe de France devra revenir à un football à l'ancienne, c'est-à-dire faire du marquage individuel pour neutraliser de grands joueurs, comme cela s'est fait avec Pelé, Maradona, Platini ou encore Zidane. Un objectif : ne pas le lâcher d'une semelle. Il ne faut surtout pas lui laisser l'occasion d'avoir le ballon dans la surface de réparation, autrement là, c'est danger. Néanmoins, il ne faut pas non plus s'imaginer que le Polonais peut tout faire seul.

Pour Wendie Renard, internationale française et consultante pour Europe 1 durant toute la Coupe du monde de football, il faut se méfier de Lewandowski, l'un des meilleures avant-centre du monde et un buteur de feu. "C'est une belle équipe polonaise", admet-elle. "Elle n'a pas un jeu comme le nôtre ou même comme d'autres nations, mais elle a un buteur exceptionnel." 

Lewandowski n'est pas le seul atout de cette équipe, qui a réussi à se hisser en huitièmes de finale. Wendie Renard souligne également des "lignes compactes, très serrées" et un "bon gardien". "Il va falloir être très juste techniquement, mettre du rythme. Les très peu de fois où ils vont sortir à la récupération du ballon. Il va falloir aller vite", prévient la consultante Europe 1. Autre point important, "garder ses émotions maîtrisées". Et puis, pour finir "avec le ballon, faire mal", conclut l'internationale tricolore.