France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Coupures d’électricité à l’école : l’annonce de potentielles fermetures prend de court et inquiète

Si des délestages interviennent en matinée, les élèves n’auront cours que l’après-midi. Quid de ceux qui n’auront pas reçu l’information, des cantines ou encore du transport scolaire ? La communauté éducative, notamment, s’interroge. Une réunion entre le ministère et les syndicats est prévue vendredi soir.

Article réservé aux abonnés

L’inquiétude d’avoir à revivre les fermetures d’écoles qui ont rythmé les deux dernières années grandissait depuis des semaines dans la communauté éducative. Elle a été confirmée par la présentation, jeudi 1er décembre, du plan du gouvernement pour faire face aux tensions énergétiques qui pourraient menacer le réseau électrique cet hiver.

Lire aussi :

Les établissements scolaires ne feront pas partie des structures prioritaires qui échapperont aux coupures de courant, selon la circulaire sur les « délestages programmés » adressée aux préfets par la première ministre, Elisabeth Borne. Le gouvernement prévoit que les coupures d’électricité pourront avoir lieu entre 8 heures et 13 heures et entre 18 heures et 20 heures, sur des créneaux de deux heures. Lorsque les délestages interviendront en matinée, « la rentrée des élèves (…) se fera en début d’après-midi, avec sans doute un repas qui sera néanmoins prévu pour les élèves qui sont à la cantine », a expliqué le ministre de l’éducation nationale, Pap Ndiaye.

Le locataire de la Rue de Grenelle a également annoncé que les établissements situés à proximité de structures prioritaires – et donc épargnées par les délestages – pourraient « accueillir les enfants de personnels prioritaires, selon un schéma qui a (…) été expérimenté pendant la crise sanitaire ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés

L’annonce a pris de court l’ensemble de la communauté éducative. Elle ravive, chez des personnels encore échaudés, le souvenir de la gestion erratique des deux années de Covid-19 en milieu scolaire et le spectre de l’enseignement à distance qu’ils espéraient ne plus connaître. « Entre les élèves et les équipes, l’école réunit 20 % de la population et nous n’avons pas été avertis, ni consultés », s’énerve Didier Georges, membre du SNPDEN-UNSA, syndicat des chefs d’établissements.

La crainte d’un casse-tête logistique

Au-delà de la méthode, dans les rangs syndicaux, on ne cache pas un étonnement amer de découvrir que les écoles ne sont pas considérées comme des structures prioritaires. « Pendant l’épidémie de Covid-19, la priorité absolue était de laisser les écoles ouvertes, et maintenant nous allons devoir fermer faute d’électricité… On a l’impression de marcher sur la tête », dénonce Guislaine David, du SNUipp-FSU. Pour les élèves, c’est un troisième hiver avec la menace d’un enseignement morcelé qui se profile.

Matignon fait valoir que les écoles n’entrent « dans aucune des catégories » listées par l’arrêté du 5 juillet 1990 qui définit les établissements prioritaires pour l’alimentation en énergie. « Par ailleurs très nombreuses, elles réduiraient l’ampleur du délestage », ajoute-t-on. L’exécutif rappelle que les coupures ne sont pas prévues avant janvier, ne seront décidées qu’en ultime recours, et insiste sur le fait qu’elles ne conduiront qu’à des fermetures temporaires et ponctuelles. « Les personnes concernées seront prévenues trois jours à l’avance du risque de délestage, et la décision leur sera confirmée la veille à 17 heures », est-il précisé.

Il vous reste 48.63% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Vous pouvez lire Le Monde sur un seul appareil à la fois

Ce message s’affichera sur l’autre appareil.

Découvrir les offres multicomptes
  • Parce qu’une autre personne (ou vous) est en train de lire Le Monde avec ce compte sur un autre appareil.

    Vous ne pouvez lire Le Monde que sur un seul appareil à la fois (ordinateur, téléphone ou tablette).

  • Comment ne plus voir ce message ?

    En cliquant sur «  » et en vous assurant que vous êtes la seule personne à consulter Le Monde avec ce compte.

  • Que se passera-t-il si vous continuez à lire ici ?

    Ce message s’affichera sur l’autre appareil. Ce dernier restera connecté avec ce compte.

  • Y a-t-il d’autres limites ?

    Non. Vous pouvez vous connecter avec votre compte sur autant d’appareils que vous le souhaitez, mais en les utilisant à des moments différents.

  • Vous ignorez qui est l’autre personne ?

    Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe.

Lecture restreinte

Votre abonnement n’autorise pas la lecture de cet article

Pour plus d’informations, merci de contacter notre service commercial.