France

DIRECT. Coronavirus en France : le pic hospitalier est passé, une 3e vague en 2021 ?

DIRECT. Coronavirus en France : le pic hospitalier est passé, une 3e vague en 2021 ? COVID FRANCE. Si les taux d'occupation des lits de réanimation diminuent, un peu partout en France, le cap des 50 000 morts a été franchi mardi et 381 nouveaux décès ont été annoncés mercredi.

La barre des 50 000 morts a été franchie mardi 24 novembre. Et si le reconfinement semble porter ses fruits, avec notamment une diminution nette des taux d'occupation des lits de réanimation, plusieurs milliers de nouveaux cas et des centaines de décès supplémentaires sont rapportés quotidiennement. Voici le dernier bilan en date du mercredi 25 novembre 2020 :

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l'épidémie. Concernant les évolutions, il faut distinguer le solde 'net', autrement dit l'évolution tenant compte des entrées, mais aussi des sorties et des décès, des nouveaux admis ('brut') présentés juste en dessous.

Jeudi 20 novembre dans la soirée, Santé publique France a publié comme chaque fin de semaine son dernier point épidémiologique hebdomadaire sur l'épidémie pour la semaine 46 (du 9 au 15 novembre 2020). Ces points, plus détaillés que les bilans quotidiens délivrés chaque soir, éclairent chaque semaine un peu plus sur la situation sanitaire dans le pays. En résumé, SPF fait part de plusieurs bonnes nouvelles dans son dernier rapport : le nombre de nouveaux cas, les nouvelles entrées à l'hôpital et les admissions en réanimations sont en baisse par rapport à la semaine 45. Autre indicateur confirmant une circulation en baisse du Covid-19, le taux d'incidence (nombre de cas pour 100 000 habitants). En France métropolitaine, il est désormais de 253, ce qui reste élevé, mais ce chiffre a quasiment diminué de moitié par rapport à la semaine dernière (443). Voici les points clés à retenir :

Suivez l'évolution du coronavirus dans votre commune grâce à la carte ci-dessous. Cliquez sur un département pour afficher la liste des communes. Retrouvez aussi tous les détails sur cette cartographie et le point complet par ville et par département dans notre article sur la carte du Covid en France. 

Un incendie s'est déclaré à Portiragnes (Hérault), dans un centre qui doit accueillir des mineurs touchés par le Covid-19, pris en charge par le département, rapporte France Bleu. Le président de l'Hérault a porté plainte. "C’est avec stupeur que nous avons appris l’incendie de l’ancien relais de la Vitarelle à Portiragnes", a déclaré le Conseil départemental dans un communiqué. L'incendie a été assez rapidement maîtrisé. 

52 patients sont hospitalisés en Martinique selon les données du 25 novembre de Santé publique France. Parmi ces derniers, quinze malades sont en réanimation. 40 personnes sont décédées du coronavirus. Aucun nouveau décès n'a été enregistré en l'espace de 24 heures. Le taux d'incidence était de 56,6 cas pour 100 000 habitants, soit -0,6 points de moins en 24 heures.

Il sera désormais possible de se faire dépister sur le parvis de la médiathèque d'Orléans dès le samedi 28 novembre. Le service de santé des armées de Chanteau, dans le Loiret, a déjà installé trois tentes à cet emplacement. Les tests antigéniques effectués par des infirmiers et kinésithérapeuthes permettront de tester 26 personnes par heure selon la Ville d'Orléans. Les pharmaciens auront pour mission de prendre en charge les individus positifs au Covid-19. "Le but c’est de pouvoir proposer aux Orléanais de se faire tester facilement pour qu’ils puissent passer les fêtes en plus grande tranquillité et en plus grande sécurité sanitaire", a expliqué le maire de la commune Serge Grouard. C'est dans cette optique que les tests seront faits du lundi au samedi jusqu'à la fin du mois de janvier.

Selon le dernier bilan du Covid-19 dans l'Aisne daté du 25 novembre, le nombre de personnes hospitalisées est de 204 patients, avec treize nouveaux admis dans les dernières 24 heures. 22 malades sont en réanimation, avec une nouvelle entrée dans la journée. 383 personnes sont mortes du coronavirus, soit une de plus en 24 heures et 1633 sont sorties de l'hôpital soit douze de plus. Pour rappel, le département des Hauts-de-France est classé en vulnérabilité élevée.

Pour le chef de service des urgences du CHR de Metz-Thionville, François Braun, "notre système de santé ne supporterait pas" une troisième vague. Le praticien, qui est aussi président de SAMU et Urgences de France, a ajouté au micro de France Bleu Lorraine que "les soignants sont épuisés. Ils sont au front depuis maintenant dix mois, avec une très petite période de repos. Une tension qui est permanente donc oui, ce sera très difficile de redémarrer au front dans les circonstances actuelles".

"Mardi soir, nous sommes passés en dessous de 900 malades du Covid en réanimation, avec 6000 hospitalisations Covid", a détaillé au micro des Échos Aurélien Rousseau, le directeur de l'ARS Ile-de-France. "Le mouvement de baisse est symétrique à la hausse antérieure ; la vague est montée très vite et très haut à Paris et elle redescend au même rythme. L'évolution a été un peu moins rapide en petite couronne, encore moins en grande couronne", a t-il ajouté lors de son interview.

1310 patients sont hospitalisés en Normandie, avec 63 nouveaux admis dans les dernières 24 heures. 132 malades sont en réanimation. 1084 personnes sont décédées du coronavirus. Le taux d'occupation des lits de réanimation au 25 novembre, à l'échelle régionale, était de 55%. Le R effectif mesuré le 17 novembre dans la région était de 0,68.

"Dans le meilleur des cas, on pourrait avoir une autorisation de l'agence européenne d'ici la fin du mois de décembre pour un ou plusieurs vaccins. Nous nous mettons en capacité de débuter la campagne de vaccination" à cette période, a déclaré Olivier Véran.

58 patients sont hospitalisés en Corrèze. Les services de réanimation sont occupés par six personnes dans le département de Nouvelle-Aquitaine. Le territoire déplore 80 décès depuis que le virus a commencé à se propager. Le taux d'incidence était de 118,6 cas pour 100 000 habitants, soit 0,4 points de plus en 24 heures. Pour rappel, le département est classé en vulnérabilité élevée.

Olivier Véran a précisé que "la France déploie vite et fort les tests antigéniques. [...] Il ne faut pas tester pour tester, mais pour mettre à l’abri les personnes et briser les chaînes de contamination". La stratégie du gouvernement a désormais pour nom "tester, alerter, protéger, soigner".

Au cours de la conférence de presse du gouvernement de ce matin, le ministre des Solidarités et de la Santé a affirmé que "la vaccination n'ira pas de pair avec l'abandon des gestes barrières". Il faudra du temps pour "retrouver la tradition française".

Le Premier ministre Jean Castex a affirmé lors de la conférence de presse du gouvernement de ce matin que le Covid-19 sera toujours d'actualité l'année prochaine : "On sait que nous en avons encore pour plusieurs mois en 2021 avec cette affaire de coronavirus".

"Nous avons mis en place un protocole destiné aux entreprises et aux collectivités territoriales qui souhaitent s'engager dans une campagne de dépistage", a souligné Olivier Véran ce matin.

Jean Castex évoquera la question de la vaccination "la semaine prochaine". La Haute Autorité de Santé donnera des recommandations au gouvernement sur cette campagne à la fin du mois de novembre, afin de déterminer les personnes à vacciner en priorité.

Olivier Véran, le ministre des Solidarités et de la Santé, a confié lors de la conférence de presse du gouvernement ce matin que "l'épidémie n'est pas derrière nous. La seconde vague n'est pas terminée. Nous devons donc poursuivre sur notre lancée".

Olivier Véran a déclaré que "depuis plus de trois semaines maintenant, le nombre de contaminations est en diminution constante". Le ministre de la Santé a également estimé qu'"à ce rythme, nous pourrions atteindre notre objectif de 5 000 cas par jour en moyenne d'ici la deuxième semaine ou la fin de la deuxième semaine de décembre".

Le Premier ministre, Jean Castex, prend la parole lors d'une conférence de presse ce matin pour détailler les mesures annoncées mardi soir par Emmanuel Macron. M. Castex a indiqué que "la pression épidémique reste forte mais [qu']elle se réduit, en France plus que dans les autres pays européens". Sur les sept derniers jours, 10 000 cas quotidiens ont été dépistés dans le pays. Le taux de reproduction du virus est à 0,65, ce qui est similaire au "niveau atteint lors du premier confinement". Jean Castex a également précisé que le "R" est "l'un des plus bas d'Europe".

Aurélien Rousseau, le directeur de l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France, a souligné aux Échos que la "deuxième vague a été d'une violence inouïe" dans la région. "Jusqu'à octobre, on a eu droit à une grande marée : ça ne montait pas très vite, mais absolument partout, en médecine, en réanimation, en soins de suite et réadaptation… Les moments d'accélération qui nous ont fait très peur n'ont heureusement pas duré. Et nous avons réussi à gérer, car nous avons bénéficié de l'expérience de la première vague, à la fois sur le terrain épidémiologique et en termes de préparation du système de santé", a t-il ajouté.

Selon le dernier bilan du Covid-19 dans la Nièvre daté du 25 novembre, le nombre de personnes hospitalisées est de 91 patients. Neuf malades sont en réanimation, avec une nouvelle entrée dans la journée. 64 personnes sont décédées du coronavirus, soit cinq de plus en 24 heures et 237 sont sorties de l'hôpital. Le taux de positivité des tests mesuré à la date du 22 novembre était de 11,4%, soit -0,1 point de moins en 24 heures.

Football news:

Fonseca peut être congédié si Roma ne Bat pas l'Épice. Allegri et Mazzarri, prétendants à la Roma, pourraient bientôt mettre fin à leur collaboration avec l'entraîneur Paulo Fonseca
Mick McCarthy a dirigé Cardiff jusqu'à la fin de la saison
Aston Villa achète à Marcel Sanson pour 14-15, 5 millions de livres
Dzeko est retiré de la composition de la Roma après un conflit avec Fonseca. L'attaquant de West Ham a été victime d'un grave conflit entre l'attaquant de la Roma Edin Dzeko et l'entraîneur-chef Paulo Fonseca
Ronald Koeman: Nous n'avons pas marqué 7 des 12 tirs au but cette saison. C'est trop, quelque chose doit changer
Real sur Hakimi et Inter: une information totalement erronée. Nous n'avons pas demandé de garanties. Nous avons d'excellentes relations
Richards sur le racisme: J'ai aussi été insulté par les noirs. Il a été difficile. J'ai lutté toute ma vie contre la discrimination