France
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Disparition de Lina : des ossements découverts, de nouvelles pistes ?

Disparition de Lina : des ossements découverts, de nouvelles pistes ? Ce samedi 30 septembre dans la matinée, un périmètre de sécurité a été installé, puis levé, le long de la RD350, après la découverte d'ossements "de nature animale". Une "opération coordonnée d'envergure" a été menée ce vendredi, avec l'inspection de nombreux véhicules.

[Mis à jour le 30 septembre 2023 à 14h11] Une semaine après la disparition de Lina dans le Bas-Rhin, toujours aucune trace de l'adolescente de 15 ans. Ce samedi 30 septembre au matin, après un signalement, un périmètre de sécurité a été installé le long de la route départementale 350, proche du lieu de disparition de la jeune fille, a annoncé la procureure de la République de Saverne, Aline Clérot, dont BFMTV s'est fait l'écho. Dépêché sur place, après la découverte d'ossements, un médecin légiste de l'institut médico-légal de Strasbourg les a "formellement" identifiés comme étant "d'origine animale". Après que le véhicule d'identification a quitté les lieux, le périmètre de sécurité a été levé.

Aussi, "l'opération coordonnée d'envergure" débutée ce vendredi doit se poursuivre samedi. En effet, un signalement avait été reçu par les gendarmes relativement à une voiture bleue de marque française ayant circulé sur la départementale où Lina a disparu. Selon Le Parisien, une dizaine de voitures ont été inspectées dans plusieurs communes autour du lieu de la disparition, et des prélèvements ont été effectués. Par ailleurs, des traces ADN ont notamment été relevées sur un véhicule dans une propriété située à Bellefosse (Bas-Rhin). L'opération, menée depuis vendredi matin, s'est poursuivie dans la soirée. D'après les informations des Dernières Nouvelles d'Alsace, des maisons, une supérette ainsi que la Déchetterie de Saint-Blaise-la-Roche ont aussi été inspectées.

La procureure a indiqué vendredi soir que les recherches vont se poursuivre "dans les heures qui viennent". "Menées par la section de recherches de Strasbourg et le groupement de gendarmerie du Bas-Rhin, elles portent sur des informations utiles à l'enquête qu'il s'agit encore de vérifier", a précisé la procureure, Aline Clérot. Les vérifications qui ont lieu pourraient être liées aux enregistrements des caméras de vidéosurveillance de l'étang du Breux à Saint-Blaise-la-Roche. L'étang est situé entre la maison de Lina et la gare vers laquelle elle se rendait. Il est longé par une piste cyclable qu'elle aurait pu emprunter avant de disparaître.

La jeune fille introuvable

L'adolescente de 15 ans a disparu le samedi 23 septembre dans le Bas-Rhin, près de la commune de Plaine où elle vit, alors qu'elle se rendait à pied à la gare pour rejoindre son petit ami à Strasbourg. La jeune fille n'est jamais montée à bord du train et n'a laissé aucune trace de son passage. Pourtant, les gendarmes sont mobilisés en nombre, ils étaient plus de 80 à fouiller la zone le jeudi 28 septembre, pour trouver "tous types d'indices" ou un début de piste.

Les enquêteurs appellent toutes les personnes qui étaient présentes aux abords du lieu de la disparition, notamment près des étangs qui ont été sondés le 27 septembre, à les contacter au 03 88 97 04 71. Ils espèrent obtenir des informations susceptibles de faire avancer l'enquête. Déjà plusieurs témoignages ont été recueillis et "ont fait l'objet de vérifications approfondies sur tout le territoire national" selon la procureure de Saverne, Aline Clérot.

Malgré les jours écoulés depuis la disparition de Lina, les parents de l'adolescente gardent espoir de revoir leur fille. "On se bat, on se bat, on continue aujourd'hui, ce soir, à chaque instant" a assuré Fanny, la mère de la jeune fille, au micro de BFM TV, le 28 septembre. À nouveau, elle a remercié toutes les personnes bienveillantes et celles qui ont fourni leur aide, mais elle s'est aussi adressée aux colporteurs de rumeurs : "À ceux qui lancent des méchancetés sur les réseaux sociaux, des fausses rumeurs [...] Vous vous rendez compte que l'épreuve est assez difficile comme ça, sans avoir à en rajouter. [...] Arrêtez d'inventer et de supposer des choses qui sont fausses."

"Aucune trace sur la chaussée évoquant un accident de la route"

Une enquête pour "disparition inquiétante" a été ouverte et les circonstances de la volatilisation de Lina sont toujours inconnues. Les gendarmes ont déterminé que la jeune fille n'est jamais montée à bord du train qui devait l'amener à Strasbourg et ont remonté sa trace jusqu'à mi-chemin entre son domicile et la gare, au bord de la RD350. Deux témoins ont assuré avoir vu la jeune femme marcher le long de cette route. L'un deux, l'ancien maire de la commune de Plaine a affirmé à BFMTV, qu'en repassant sur ce chemin quelques minutes après, Lina "n'était plus au bord de la route". Et l'ancien édile de remarquer : "Alors, prise en stop ou pas, ça, c'est autre chose."

La gare près de laquelle l'adolescente s'est volatilisée se trouve dans une zone rurale où il est commun de "faire trois kilomètres à pied" selon la maire de Plaine, Patricia Simoni, contactée par la chaine d'information en continu. L'édile ajoute que si la gare se situe "dans un endroit où il n'y a pas trop de maisons et où il y a un petit peu de circulation", elle "n'est pas un coupe-gorge".

La piste de l'accident a été envisagée, mais la procureure de la République a précisé qu'"aucune trace sur la chaussée évoquant un accident de la route" n'a été retrouvée sur ce chemin. Quant à une possible fugue, l'hypothèse est écartée par les parents de Lina et, a priori, par le parquet qui affirmait dans les premiers jours de l'enquête que la jeune fille n'avait "aucun problème de famille" et n'avait jamais fugué auparavant. 

Lina "enthousiaste" avant de disparaître près de la gare

Lina avait rendez-vous à Strasbourg avec son petit ami pour manger au restaurant et faire les magasins selon les précisions de sa maman. Elle est "partie de la maison vers 11 heures pour se rendre à la gare". C'est le jeune homme qui est le dernier à avoir eu des nouvelles de Lina grâce à un message reçu à 11h20 : "une vidéo d'elle qui me disait qu'elle était contente de venir", a-t-il précisé auprès de LCI/TF1. L'adolescente n'a ensuite plus donné de signe de vie. Le jeune homme a alors appelé la mère de Lina "pour lui dire qu'il y avait quelque chose de bizarre".

Une amie de Lina, Margaux, a également relevé des bizarreries au micro de BFMTV. Selon elle, l'adolescente était particulièrement heureuse d'aller rejoindre son copain toutefois, après avoir envoyé un message pour dire qu'elle partait de son domicile, la jeune femme se serait fait beaucoup plus discrète qu'en temps normal. "D'habitude, elle faisait beaucoup de vocaux pour parler et là, d'un coup, elle écrivait très rapidement, par des petits mots, c'était très inquiétant, ce n'était pas comme d'habitude, on le sentait quand elle parlait" analyse Margaux. Au quotidien, "Lina est une jeune fille pleine de vie, elle est lumineuse, elle est solaire, elle a envie de croquer la vie", a assuré sa mère.

Des recherches et des véhicules ciblés

Depuis la disparition de Lina, des recherches et des battues ont été organisées sur le chemin long de trois kilomètres qui sépare le domicile de l'adolescente à la gare et les abords, notamment la forêt et les étangs. Mais aucune trace de l'adolescente n'a été trouvée, malgré le déploiement d'hélicoptères, de drones et d'équipes cynophiles avec notamment des chiens Saint-Hubert réputés pour leur flair.

Si l'enquête de terrain n'a pour le moment rien donné, la téléphonie et les données bancaires n'ont pas non plus permis de trouver des indices. Le téléphone de Lina "n'a pas été retrouvé" et le mobile a cessé d'émettre à 11h22 le jour de la disparition, selon la magistrate. Depuis samedi, aucune activité bancaire n'a été constatée sur le compte de la jeune femme. Vendredi, les enquêteurs ont ciblé un même type de véhicule : des Renault Clio de couleur sombre.