France

Dorian éliminé de Koh Lanta : "Je suis frustré de ne pas avoir gagné d'épreuve"

Dorian éliminé de Koh Lanta : "Je suis frustré de ne pas avoir gagné d'épreuve" Éliminé lors de l'épreuve d'orientation de Koh Lanta les 4 terres, Dorian nous explique sa frustration de n'avoir remporté aucune épreuve individuelle cette saison. Interview.

Aventurier de la tribu de l'Ouest, Dorian fait partie des candidats qui a marqué la saison par ses performances sportives. S'il a très clairement mené les Oranges à la victoire dans le début de l'aventure, le Normand souhaitait également être victorieux pour lui-même après la réunification. Malheureusement, il n'a pas réussi à obtenir de victoire en solo, ce qui lui laisse toujours, plusieurs mois plus tard, un sentiment de frustration sur son aventure dans Koh Lanta. Eliminé lors de l'épreuve d'orientation, Dorian revient pour nous sur son parcours dans Koh Lanta les 4 terres.

Cette saison a été très particulière parce que les candidats de Koh Lanta représentaient leur région. C'était une pression supplémentaire pour vous ?

Non, c'était plutôt une satisfaction. Savoir qu'on allait représenter notre ville, notre région... On a tous un côté un peu chauvin en nous donc je savais que ça allait être cool et que le soutien et les attentes de la région seraient peut être plus importants. J'ai trouvé le concept génial et j'étais très content de faire partie de l'Ouest et de représenter la Normandie et la ville de Caen.

J'en avais parlé avec Estelle qui me disait qu'elle n'aurait jamais voté contre vous parce que vous étiez tous les deux Normands. Ça a joué pour vous aussi ?

Pas forcément. Ça dépend aussi beaucoup des affinités qu'il peut y avoir et des liens et des opportunités qui se font dans le jeu. Je ne m'étais pas forcément dit "elle est d'ici donc je ne vote pas pour elle", la preuve puisque j'ai voté contre elle donc je ne peux pas dire le contraire.

C'est dans l'équipe de l'Ouest que vous rencontrez Brice avec qui vous nouez un lien très fort. Ça s'est fait naturellement entre vous deux ?

Dès le début, dès la première épreuve, on s'est trouvé et on a fini l'épreuve ensemble. Tout de suite, un lien s'est créé. Et sur chaque épreuve je comptais sur lui pour m'aider à faire briller les Oranges donc le lien a été fort dès le début. On a beaucoup de points en commun. C'était cool de trouver un gars comme ça dès le début dans mon équipe.

Cette saison, on a vu se créer un noyau dur chez les garçons (Laurent, Loïc, Brice et vous). Mais vous avez semblé vous laisser porter sans trop de stratégie. Vous ne vous sentiez pas trop en danger ?

C'est pas utile de faire des stratégies quand on n'est pas forcément en danger. Je ne pensais pas Laurent en danger et quand il est parti avec Alix, ça a été un coup que je n'ai pas vu venir. J'en étais triste parce que je n'ai rien pu faire pour changer ça. Malheureusement, ça arrive. C'est vrai que Brice s'est retrouvé très en danger mais je ne pouvais pas faire grande chose pour lui parce que les Jaunes étaient en majorité à vouloir l'éliminer et ma voix seule ne pouvait rien faire. J'étais aussi dans la sécurité avec le groupe des cinq : Angélique, Loïc, Lola, Alexandra et moi. C'est vrai que Brice m'en a un peu voulu de pas prendre position avec lui et Ava mais j'avais beaucoup plus à perdre à faire ça qu'à en gagner. Il fallait aussi qu'il se mette à ma place. Par contre, dès que j'ai pu lui sauver la mise et lui permettre d'aller à l'orientation, je n'ai pas hésité. Le geste était naturel et c'était cool pour moi de pouvoir aller en finale avec mon pote du début d'aventure.

C'est une décision qui a dû être très difficile pour vous puisque vous appréciez Lola et vice versa...

Ça été difficile par rapport à Lola parce qu'elle me faisait confiance et moi aussi. Depuis le début des Jaunes, on avait un lien fort qu'on ne voit pas forcément à la télé parce que ce sont des moments où on discute entre nous et ce n'est pas intéressant. Mais on était très proches. Je savais que j'allais trahir sa confiance et ça m'embêtait. Maintenant, à côté de ça si je ne trahis pas sa confiance, je n'offre pas la finale à mon pote. Je me suis juste posé et je me suis dit "c'est soit Angélique, soit Brice. Qui tu veux voir en finale ?" Le choix était tout de suite vu. C'était Brice que je voulais sauver. Au final, j'ai compris que Lola soit déçue parce qu'elle avait perdu son binôme mais elle m'a totalement compris et elle aurait fait la même chose si elle avait pu sauver Angélique.

Dans l'épisode 14, au moment de votre élimination, vous dites que vous êtes fier d'avoir réussi à mettre cette stratégie en place. Ça manquait à votre aventure ?

C'est vrai que cette année, il n'y a pas eu de grands grands coups de stratégie mis en place. En tout cas pas de mon côté. Mais si je n'ai pas besoin de le faire, je ne le fais pas. Je vais pas inventer des stratégies quand il n'y en a pas besoin. Faut être un peu malin et se dire que le but c'est d'aller plus loin donc sans se mettre en difficultés. Jusque-là je n'avais pas eu besoin de mettre en place des stratégies. Là, elle était possible parce qu'elle ne me mettait pas en porte-à-faux parce que derrière c'était l'orientation donc je ne risquais pas de prendre la foudre et de passer pour un traître. La stratégie était logique et sincère. C'était une stratégie qui était belle à avoir. Je suis content de l'avoir mise en place. Loïc m'a suivi à 100% parce qu'il savait qu'Angélique ne l'aurait jamais choisi quoi qu'il arrive. Brice était plus susceptible de le choisir lui ou moi. J'en ai parlé à Brice qui, dans un premier temps, voulait éliminer Lola. Je lui ai dit que je ne voulais pas l'éliminer et surtout qu'elle avait un collier. Il fallait qu'aucune des deux gagne l'épreuve d'immunité pour qu'on puisse mettre cette stratégie en place. Et comme par hasard les trois garçons arrivent en fin d'épreuve, donc c'était bien mené. Je suis content d'avoir fait tout ça.

Vous arrivez en finale de Koh Lanta et, à l'épreuve d'orientation, vous êtes en difficultés. Vous semblez perdre votre lucidité. Qu'est-ce qui s'est passé ?

J'étais totalement épuisé. Je m'écroule pas parce que je veux pas abandonner et je me dis qu'il faut pas lâcher mais je suis épuisé. Du coup, je manque totalement de lucidité et de clairvoyance. Je pense qu'à ce moment-là, je ne suis plus moi. Je suis là sans être là, mon corps ne répond plus à ma tête. Ça fait deux heures et demi que je cherche quelque chose où je suis tout seul, je ne croise plus personne malgré qu'on soit encore quatre. Je me dis qu'il y a un problème. Je me dis "ils sont où les gens ? Y a un problème, c'est pas normal !" C'est dur d'être à fond pendant cinq heures alors qu'on est complètement dead. Je suis vraiment dans un état second. Et une fois que je trouve l'élément remarquable, je retrouve la motivation, je me dis que c'est pas fini et j'y retourne. Je ne me souviens même plus de ce qui s'est passé pendant ces deux heures et demi.

En tant que grand compétiteur, on vous a entendu très déçu de vos performances individuelles. Avec le temps, vous avez réussi à être en paix avec ça ?

Non. Je reste très déçu de tout ça. Disons qu'avec la diffusion, je relativise sur le fait que mon aventure n'a pas été faite que des épreuves et que j'ai existé autrement. Malgré le fait que je n'ai gagné aucune épreuve individuelle, je pense quand même faire partie des candidats un peu sportifs de la saison. Je pense avoir réussi mon aventure mais, sur le sujet des épreuves individuelles, il y a toujours cette frustration qui est un peu moindre que pendant le jeu. Pour en arriver à pleurer parce que j'ai pas gagné... C'est quand même incroyable, on se croirait à la maternelle. Mais c'est quelque chose qui me pesait. J'avais de grandes attentes par rapport à ça. Et la première chose que j'ai dite à mes proches en rentrant c'est "Vous allez être déçus de mon aventure". Dans ma tête, je ne voyais que le zéro victoire en individuel. Tout le long de mon aventure, je n'ai vu que ça. Je voyais même pas que j'avais quand même fait 39 jours, ce qui est ouf. Elle est là ma plus belle victoire. C'est pour ça que je ne suis pas déçu mais j'ai des regrets parce que ça m'a pesé. J'ai montré sur les épreuves en équipes que j'étais là et que je pouvais faire de belles choses. J'avais envie de briller et je n'ai pas réussi. C'est une déception, bien sûr.

Si on vous proposait de refaire Koh Lanta, ça vous motiverait d'autant plus ?

C'est sûr que c'est un élément important, j'aurais une revanche à prendre là dessus. J'ai l'impression qu'il a manqué quelque chose à cette aventure pour qu'elle soit parfaite pour moi. Et c'est pas la victoire finale ou les poteaux mais plutôt si j'avais réussi à gagner deux, trois, quatre épreuves en individuel pour qu'on se dise que c'était moi qui était fort dans les épreuves cette année. En tant que compétiteur, c'est un peu dur à accepter mais c'est le jeu.

Que retiendrez-vous de votre aventure Koh Lanta au final ?

Que du positif. C'est une aventure exceptionnelle, des rencontres incroyables, une expérience de vie. Je remercierais jamais assez les producteurs de m'avoir fait confiance pour que je puisse vivre cette expérience. Indirectement, je me rends compte qu'on a la chance dans la vie de tous les jours. Le fait de ne manquer de rien, de ne pas manquer de nourriture, d'avoir du confort, c'est vraiment une chance incroyable. Je retiens avant tout l'aventure humaine. C'est une chance formidable de pouvoir participer à Koh Lanta. En soi, ça ne m'a pas changé sur la personne que je suis. Je suis toujours le même. J'étais comme ça avant, pendant et encore après.

Football news:

Atalanta réclame 15 millions d'euros pour Gomez. Séville veut baisser le prix
La priorité de Liverpool est le nouveau contrat de Van Dijk, pas de Salah. Le défenseur aura le plus gros salaire du Club
Willian José a déménagé à Wolverhampton de la Sociedad sur un bail avec un droit de rachat
Perez demande le retour de Hakimi au Real Madrid si l'inter ne donne pas de garanties sur le paiement du transfert
Lampard de Havertz: de Bruyne et Salah avaient le même âge quand ils sont venus à Chelsea. Ils sont partis, sont revenus et sont devenus des légendes de l'APL
Ronald Araujo: Barcelone va se battre pour gagner La Liga. Nous savons que les résultats viendront
Klopp sur les transferts: le défenseur Central ne nous aurait pas gagné le match contre Burnley. Je ne pleurerai pas comme un homme de 5 ans si je n'obtiens pas ce que je veux